From the thought-provoking installations of Yael Bartana to the vibrant portraits of Lola Flash, each artist offers a unique lens.

Jean Delaunay

« Et si les femmes dirigeaient le monde ? » : des artistes féminines occupent une place centrale au musée d’Athènes

Couvrant toute l’année 2024, ce projet ambitieux comprend des expositions personnelles, des projets spéciaux et des installations à grande échelle d’artistes femmes et de celles qui s’identifient comme femmes.

Alors que nous célébrons la Journée internationale de la femme, le Musée national d’art contemporain d’Athènes (ΕΜΣΤ) se prépare à dévoiler plusieurs nouveaux projets dans le cadre de sa série d’expositions en cours, « Et si les femmes dirigeaient le monde ? ».

Ce programme ambitieux investit l’ensemble du musée et se consacre à présenter les œuvres d’artistes femmes et de celles qui s’identifient comme femmes tout au long de l’année 2024.

Le titre de l’initiative s’inspire d’une œuvre de Yael Bartana du même nom, qui a été reconstituée sous forme d’installation extérieure à grande échelle, en grec et en anglais, sur les façades nord et sud du musée.

Le prochain volet de « Et si les femmes dirigeaient le monde? », qui a débuté en décembre de l’année dernière, s’ouvre le 9 mars et présente des expositions personnelles de Lola Flash, Bouchra Khalili, Tala Madani et Malvina Panagiotidi, ainsi que des projets spéciaux de Yael Bartana, Claudia Comte et Hadassah Emmerich.

Voici un aperçu plus détaillé de ce que vous pouvez attendre des différentes expositions :

« Et si les femmes dirigeaient le monde ? » par Yaël Bartana

Et si les femmes dirigeaient le monde, 2016, installation de néons de Yael Bartana
Et si les femmes dirigeaient le monde, 2016, installation de néons de Yael Bartana
« Two Minutes to Midnight », 2021, Installation vidéo et sonore monocanal

Yael Bartana, au cours des deux dernières décennies, a créé une pratique artistique centrée sur la vidéo et les images en mouvement, abordant des événements historiques et des identités collectives moins connus. Ses installations font souvent référence aux discours politiques et à l’activisme, les réinterprétant pour critiquer leur impact.

Parallèlement à son travail audiovisuel, Bartana crée également des installations de néons présentant des slogans politiques. Une de ces installations, « Et si les femmes dirigeaient le monde ? (2016), orne désormais la façade du musée.

Dans le cadre de l’exposition, EMST présente la vidéo de Bartana « Two Minutes to Midnight » (2021), basée sur sa performance de 2017. Située dans une pièce qui rappelle le « Dr Folamour » de Kubrick, la pièce imagine un conseil dirigé par des femmes aux prises avec un scénario de menace nucléaire. Bartana injecte de l’humour dans ce récit anti-guerre tout en proposant des approches alternatives aux crises mondiales.

« Sel » de Lola Flash

Photographie de Ruth par Lola Flash (2014)
Photographie de Ruth par Lola Flash (2014)
Photographie d'Ilona par Lola Flash (2012)
Photographie d’Ilona par Lola Flash (2012)

EMΣΤ présente le travail de la célèbre photographe américaine Lola Flash, dont la carrière s’étend sur plus de quatre décennies à l’avant-garde de la politique visuelle queer.

L’art de Flash remet en question les stéréotypes et affronte les préjugés sexistes, sexuels et raciaux, enracinés dans leur activisme avec ACT UP lors de l’épidémie de sida à New York.

L’exposition présente « SALT » (2011-en cours), une série de portraits de femmes emblématiques âgées de plus de soixante-dix ans, qui continuent d’apporter des contributions significatives à la société. Ces portraits célèbrent la sagesse, l’attractivité et le pouvoir souvent négligés en raison de l’âgisme.

Les sujets incluent Tony Parks, Koho et Esther Cooper Jackson, photographiés dans leurs espaces intimes pour transmettre la texture de leur vie.

« L’origine de l’effet d’entraînement des ondes de choc » de Claudia Comte

L'origine de l'effet d'ondulation Shockwave (jaune et turquoise), 2024
L’origine de l’effet d’ondulation Shockwave (jaune et turquoise), 2024

La dernière commande de l’artiste plasticienne suisse Claudia Comte pour EMΣΤ, « L’origine de l’effet d’ondulation de l’onde de choc (jaune et turquoise) » (2024), est une superbe peinture murale de 30 mètres reliant la zone principale et le hall d’entrée du musée.

Le mélange caractéristique de Comte de techniques traditionnelles et de technologie moderne transparaît, reflétant sa fascination pour les motifs organiques et les formes inspirées de la nature.

Cette peinture murale particulière présente un effet d’ondulation saisissant, passant dynamiquement du turquoise au jaune, symbolisant le dynamisme et l’interconnexion du monde naturel.

« L’Éden épicurien » de Hadassah Emmerich

Guirlande de tulipes créolisées de Hadassah Emmerich (2018)
Guirlande de tulipes créolisées de Hadassah Emmerich (2018)

Résidant et travaillant à Bruxelles, Hadassah Emmerich est célèbre pour ses peintures, collages et peintures murales vibrantes qui mélangent des représentations stylisées de fruits exotiques, de parties du corps et d’éléments végétaux dans des ornements audacieux et érotisés.

Pour sa première exposition en Grèce, Emmerich a créé une peinture murale à grande échelle, spécifique au site, s’étendant sur le hall et la mezzanine du rez-de-chaussée du musée.

Composée de plusieurs peintures murales et d’une grande frise, l’installation invite les spectateurs à s’engager dans les thèmes de l’attraction, de la répulsion et de l’intimité.

« Tous les rêves sont vexants » de Malvina Panagiotidi

Répétitions de demi-sens par Malvina Panagiotidi
Répétitions de demi-sens par Malvina Panagiotidi
Pourquoi imaginez-vous des oiseaux dorés ?  II de Malvina Panagiotidi
Pourquoi imaginez-vous des oiseaux dorés ? II de Malvina Panagiotidi

Le projet « All Dreams Are Vexing » de l’artiste plasticienne grecque Malvina Panagiotidi découle de ses recherches sur l’île de Spetses, où vivait autrefois la première femme peintre grecque, Eleni Boukoura-Altamoura.

Isolée après la mort tragique de ses enfants, Boukoura-Altamoura explore le spiritualisme, laissant derrière elle légendes et manuscrit magique.

L’exposition Panagiotidi, qui présente des sculptures en cire et des pièces en verre soufflé, s’articule autour de deux thèmes principaux : la maison de Boukoura-Altamoura comme symbole de génie et d’isolement, et les symboles de son manuscrit magique recontextualisés comme porteurs de mémoire.

Laisser un commentaire

treize − 1 =