Espérance de vie : Où en Europe vit-on le moins et le plus longtemps ?

Jean Delaunay

Espérance de vie : Où en Europe vit-on le moins et le plus longtemps ?

À mesure que la démographie évolue, l’espérance de vie dans l’UE ne fera que gagner en importance à mesure que nous ferons face au vieillissement de la population.

Les estimations de l’espérance de vie sont un outil essentiel pour suivre le bien-être de la société, mais pour les décideurs politiques, les tendances sont également fondamentales pour l’élaboration des politiques gouvernementales.

La France, par exemple, est aux prises avec le défi de l’allongement de la durée de vie de la population et la pression qui en résulte sur le système de sécurité sociale.

Pour relever le défi, le gouvernement français a récemment adopté – avec beaucoup de résistance – une série de réformes visant à relever l’âge de la retraite et à encourager les individus à travailler plus longtemps.

Mais la France n’est pas seule avec sa population vieillissante, et ce ne sont pas eux qui vivent le plus longtemps. Dans toute l’UE, la mesure de l’espérance de vie suit une trajectoire ascendante depuis plusieurs décennies.

Qui vit le plus longtemps dans l’UE ?

En 2021, l’espérance de vie moyenne à la naissance dans l’UE était de 80,1 ans, mais les derniers chiffres sont relativement inférieurs par rapport à 2020 et 2019, probablement en raison de l’augmentation soudaine de la mortalité due à la pandémie de COVID-19, selon les données d’Eurostat, l’office statistique de l’UE.

En 2019, l’espérance de vie à la naissance a atteint un niveau record de 81,3 ans, mais elle est ensuite tombée à 80,4 en 2020.

Malgré le léger revers – dont nous nous remettrons probablement bientôt – la ligne de longévité a tendance à augmenter depuis que l’UE a commencé à enregistrer des données au début des années 2000, et les statistiques officielles révèlent que l’espérance de vie a augmenté, en moyenne, de plus de deux ans par décennie depuis les années 1960.

Dans l’ensemble, à travers le bloc, les femmes vivent plus longtemps que les hommes (82,9 ans contre 77,2 ans en 2021), mais les habitants de certains pays – et même de régions – vivent plus longtemps que d’autres.

De même, toutes les nations n’ont pas connu les mêmes progrès au fil des ans – ou rechutent dans certains cas particuliers – dans leurs estimations d’espérance de vie.

Le pays où l’espérance de vie à la naissance est la plus élevée est l’Espagne, avec une moyenne de 83,3 ans, suivie de la Suède (83,1 ans), du Luxembourg et de l’Italie (82,7 ans chacun).

La durée de vie la plus basse est prévue en Bulgarie (71,4 ans), en Roumanie (72,8 ans) et en Lettonie (73,1 ans).

Les différences pays par pays sont intéressantes, mais peut-être encore plus fascinantes sont les comparaisons des régions au sein des pays qui obtiennent un score supérieur à la moyenne sur l’échelle de longue durée.

En Espagne par exemple, les personnes nées dans la région d’Andalousie devraient vivre environ 81,7 ans, mais celles vivant dans la région de la capitale, Madrid, devraient vivre 85,4 ans, soit plus de quatre ans de plus.

Des tendances similaires sont observées en Italie. Les Italiens vivant sur l’île méridionale de Sicile peuvent espérer vivre environ 81,3 ans, mais ceux qui vivent dans le nord du Trentin, près de la frontière autrichienne, ont une espérance de vie de 84,2 ans, soit un écart de près de trois ans.

Quels pays ont le plus amélioré leur espérance de vie à la naissance ?

Les Estoniens ont le plus allongé leur longévité, gagnant 6,1 ans d’espérance de vie entre 2000 et 2021. Ils sont suivis par l’Irlande (+5,8), le Luxembourg (+4,7), le Danemark (+4,6) et la Slovénie (+4,5).

Les gains des cinq premiers sont remarquables, surtout par rapport à d’autres pays qui n’ont pas réussi à repousser les limites de la vie, ou simplement par rapport à la moyenne de l’UE, qui a enregistré une augmentation de 2,5 ans.

En Bulgarie, en revanche, les gens meurent plus jeunes qu’avant ; l’espérance de vie à la naissance était inférieure de 0,2 an en 2021 à ce qu’elle était en 2000. Le malheureux revers serait le résultat d’un certain nombre de facteurs, notamment un système de santé en difficulté et des taux de mortalité par accident vasculaire cérébral plus élevés que dans la plupart des pays de l’UE, selon le rapport sur la santé de la Commission européenne.

Espérance de vie à 65 ans

L’espérance de vie à 65 ans correspond au nombre moyen d’années qu’une personne à cet âge peut espérer vivre.

C’est une métrique intéressante à regarder car, par exemple, l’espérance de vie à la naissance d’une personne née en 1958 et qui a aujourd’hui 65 ans, ne tient pas compte des variables contemporaines, telles que l’amélioration des modes de vie, les progrès de la santé, etc.

En 2021, l’espérance de vie à 65 ans était estimée à 19,2 ans, 20,9 ans pour les femmes et 17,3 ans pour les hommes.

La France et l’Espagne avaient l’espérance de vie la plus élevée à 65 ans en 2021 (21,4 ans) et la Bulgarie la plus faible (13,6 ans).

Pour les femmes, l’espérance de vie la plus élevée à 65 ans était en Espagne (23,5 ans) et la plus basse en Bulgarie (15,5 ans) tandis que pour les hommes, la plus élevée était en Suède (19,6 ans) et la plus basse en Bulgarie (11,6 ans).

Espérance de vie en bonne santé : la mesure la plus importante ?

L’espérance de vie en bonne santé à la naissance est également un indicateur important de la santé de notre population. Il signale, peut-être, la mesure la plus importante : si nos dernières années sont vécues en bonne santé.

En 2020, le nombre moyen d’années de vie en bonne santé à la naissance dans l’UE était de 64,5 ans pour les femmes et de 63,5 ans pour les hommes. Ce nombre a également connu une évolution joyeuse ; il a augmenté de 2,6 ans entre 2011 et 2020, passant de 61,4 années en bonne santé à 64.

La Suède est le pays qui vit le plus d’années en bonne santé dans le bloc de l’UE (les femmes vivent en moyenne 72,7 années en bonne santé et les hommes 72,8 années en bonne santé. Les Suédois sont suivis par les Italiens et les Maltais, 68,7 contre 67,2 et 70,7 contre 70,2 années en bonne santé sans handicap, respectivement.

Fait intéressant, le Danemark, malgré son classement élevé sur l’échelle de la longévité, est loin derrière en ce qui concerne les années en bonne santé, occupant la quatrième place, les femmes vivant 57,7 années en bonne santé et les hommes 58,1.

La Lettonie est le pays avec le plus petit nombre d’années de vie en bonne santé pour les femmes et les hommes, 54,3 et 52,6 respectivement.

Pourquoi l’espérance de vie s’améliore-t-elle ?

Nous vivons plus longtemps – et en meilleure santé – pour un certain nombre de facteurs. Mais le plus important est la réduction de la mortalité infantile, définie comme le décès d’un enfant avant son premier anniversaire, selon Eurostat.

Les chances qu’un nouveau-né survive à l’enfance sont passées de 50 % à 96 % dans le monde. Entre 2011 et 2021, le taux de mortalité infantile dans l’UE est passé de 3,8 décès pour 1 000 naissances à 3,2 décès pour 1 000 naissances.

En étendant l’analyse aux 20 dernières années, le taux de mortalité infantile a presque diminué de moitié (6,2 décès pour 1 000 en 1999).

En 2021, les taux de mortalité infantile les plus élevés de l’UE ont été enregistrés en Bulgarie (5,6 décès pour 1 000 naissances) et en Roumanie (5,2 décès pour 1 000 naissances), et les plus bas ont été enregistrés en Finlande, en Slovénie et en Suède (tous 1,8 décès pour 1 000 naissances).

Laisser un commentaire

8 + cinq =