Erdogan fustige la « faiblesse » de l’Occident concernant Gaza, les meurtres en Cisjordanie et les négociations de cessez-le-feu en cours

Jean Delaunay

Erdogan fustige la « faiblesse » de l’Occident concernant Gaza, les meurtres en Cisjordanie et les négociations de cessez-le-feu en cours

Les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas.

Palestiniens tués par l’armée israélienne en Cisjordanie

Huit Palestiniens ont été tués jeudi lors d’un raid de l’armée israélienne à Jénine, au nord de la Cisjordanie occupée, a annoncé le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne.

D’intenses combats se sont poursuivis en début d’après-midi, selon un journaliste de l’AFP qui a été témoin de bombardements, de plusieurs explosions importantes et de tirs d’armes légères.

Al Jazeera rapporte que les forces israéliennes parcourent la ville de maison en maison à la recherche de combattants armés.

Des séquences vidéo partagées en ligne montrent une épaisse fumée noire s’élevant au-dessus de la ville, fief des groupes armés en Cisjordanie, occupée depuis 1967 par Israël.

Quatorze personnes ont également été blessées, selon l’Autorité palestinienne.

La guerre entre Israël et le Hamas a provoqué une montée de la violence en Cisjordanie, déjà à des niveaux historiquement élevés avant le début des combats.

Erdogan accuse l’Occident de « faiblesse » concernant Gaza

Le président turc a dénoncé la « faiblesse » des États occidentaux face aux morts civiles à Gaza et a appelé les nations musulmanes à s’unir contre Israël.

Recep Tayyip Erdogan, un critique virulent des actions d’Israël à Gaza, a fait ces commentaires jeudi lors d’une réunion des 10 membres de l’Organisation de coopération économique en Ouzbékistan.

Erdogan a déclaré que les gouvernements et les organisations occidentales observaient de loin ces « massacres perpétrés par Israël », mais qu’ils étaient « trop faibles pour ne serait-ce qu’appeler à un cessez-le-feu, et encore moins critiquer les meurtriers d’enfants ».

« Si nous, l’Organisation de coopération économique, en tant que musulmans, n’allons pas élever la voix aujourd’hui… quand élèverons-nous la voix », a-t-il ajouté.

Erdogan a également déclaré que la Turquie poursuivrait ses efforts diplomatiques pour obtenir un cessez-le-feu et empêcher la propagation du conflit.

L’Organisation de coopération économique regroupe cinq pays d’Asie centrale ainsi que la Turquie, l’Iran, l’Azerbaïdjan, le Pakistan et l’Afghanistan.

Négociations en cours pour un court cessez-le-feu à Gaza

Des pourparlers ont lieu pour instaurer un cessez-le-feu humanitaire de trois jours à Gaza en échange de la libération d’une douzaine d’otages détenus par le Hamas.

C’est ce qu’ont déclaré deux responsables égyptiens, l’un des Nations Unies et un diplomate occidental, qui ont parlé sous couvert d’anonymat.

L’accord pourrait permettre à davantage d’aide, notamment de carburant, d’entrer dans le territoire assiégé, alors que les conditions auxquelles sont confrontés les 2,3 millions de Palestiniens piégés là-bas deviennent de plus en plus désastreuses.

Ce projet est négocié par le Qatar, l’Égypte et les États-Unis, selon les responsables.

Si un accord est trouvé, la même formule pourrait être réexaminée pour davantage de pauses et de libérations, a ajouté un responsable.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que tout cessez-le-feu dépendrait de la libération par le Hamas de certains des otages qu’il a pris lors de l’attaque du 7 octobre contre le sud d’Israël.

Israël affirme qu’environ 240 personnes ont été capturées par le groupe militant palestinien.

Un cessez-le-feu de trois jours permettrait à l’aide humanitaire indispensable d’entrer dans la bande de Gaza, avec potentiellement l’autorisation d’entrer du carburant pour la première fois depuis la guerre. Il serait distribué aux hôpitaux et aux boulangeries sous la supervision de l’ONU.

Des soldats israéliens sont vus lors d'une opération terrestre dans la bande de Gaza, le mercredi 8 novembre 2023.
Des soldats israéliens sont vus lors d’une opération terrestre dans la bande de Gaza, le mercredi 8 novembre 2023.

Israël a interdit les expéditions de carburant vers Gaza depuis le début des combats, arguant que le Hamas les détournerait à des fins militaires.

Au cours du mois dernier, seule une petite quantité d’aide, notamment des médicaments, de la nourriture et de l’eau, est arrivée à Gaza. Les travailleurs humanitaires estiment que ce montant est loin d’être suffisant pour répondre aux besoins croissants.

Selon l’accord de trêve proposé, le Hamas libérerait une douzaine d’otages civils, pour la plupart titulaires de passeports étrangers, et fournirait une liste complète des otages aux médiateurs, selon les responsables. Le Comité international de la Croix-Rouge serait autorisé à rendre visite aux otages.

Le diplomate a déclaré que les négociations sont complexes en raison de l’implication de différentes parties dans la région et dans les capitales occidentales.

Israël resserre l’étau autour de Gaza

L’armée israélienne renforce son emprise sur le nord de Gaza, alors que des milliers de Palestiniens fuient vers le sud dans l’espoir de trouver sécurité et abri.

« Ils partent parce qu’ils comprennent que le Hamas a perdu le contrôle du nord et que la situation est plus sûre dans le sud », a déclaré mercredi soir le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari.

Il a ajouté qu’un « couloir » d’évacuation ouvert quelques heures chaque jour depuis le 5 novembre vers le sud de Gaza serait à nouveau opérationnel jeudi.

Plus d’un mois de bombardements israéliens incessants et de siège ont créé une situation humanitaire désastreuse à Gaza, avec des coupures d’électricité et d’eau.

Des civils ont été touchés par les frappes israéliennes même dans le sud, où Israël leur a ordonné de se mettre en sécurité.

Mercredi, près de 50 000 habitants ont quitté la ville de Gaza, indique l’armée israélienne.

Cela porte à 72 000 le nombre total de personnes ayant quitté la plus grande ville de l’enclave palestinienne, selon le Bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha).

Toutefois, des centaines de milliers de personnes restent dans le nord de Gaza « dans une situation humanitaire désastreuse », ajoute le communiqué.

« Ils luttent pour obtenir les quantités minimales d’eau et de nourriture nécessaires à leur survie », a déclaré l’organisation internationale.

La France accueille un sommet humanitaire pour Gaza

La France accueille jeudi une « conférence humanitaire » visant à garantir une aide à Gaza, rendue quasi impossible par les bombardements incessants d’Israël.

Israël ne participera pas au sommet initié par le président français Emmanuel Macron, qui s’est entretenu avec Netanyahu mardi et lui reparlera ensuite.

Macron a également eu des conversations téléphoniques mardi avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, dont les pays jouent un rôle clé dans l’acheminement de l’aide à Gaza.

Mais les pays arabes ne seront pas non plus représentés au plus haut niveau.

L’Autorité palestinienne sera représentée par son Premier ministre. L’Egypte, qui contrôle le seul poste frontière avec Gaza non détenu par Israël, enverra une délégation ministérielle.

La conférence sera cependant suivie de près par les organisations humanitaires, qui dénoncent inlassablement le manque d’aide et l’impossibilité d’en fournir davantage, dans un contexte de frappes dévastatrices d’Israël.

Gaza est devenue un « cauchemar vivant », selon un responsable de l’ONU

Le chef des droits de l’homme de l’ONU a déclaré que la punition collective infligée par Israël aux civils palestiniens et leur déplacement forcé, ainsi que les atrocités commises par les groupes du Hamas le 7 octobre et leur détention continue d’otages, constituent des crimes de guerre.

Volker Türk, debout devant le poste frontière égyptien de Rafah avec Gaza, a déclaré mercredi aux journalistes : « Ce sont les portes d’un cauchemar vivant. »

« Nous sommes tombés dans un précipice. Cela ne peut pas continuer », a-t-il déclaré plus tard au Caire, la capitale égyptienne.

Türk a déclaré que les droits de l’homme et le droit humanitaire international doivent être respectés pour aider à protéger les civils et permettre à l’aide désespérément nécessaire d’atteindre la population assiégée de Gaza.

Il a déclaré que le bureau des droits de l’homme de l’ONU avait reçu ces derniers jours des informations faisant état d’un orphelinat non précisé dans le nord de Gaza, abritant 300 enfants qui ont besoin d’une aide urgente, mais que les communications étaient interrompues et l’accès était impossible.

« Nous ne pouvons pas les atteindre », a-t-il déclaré.

« Je ressens, au plus profond de moi-même, la douleur, l’immense souffrance de chaque personne dont un proche a été tué dans un kibboutz, dans un camp de réfugiés palestiniens, caché dans un immeuble ou alors qu’il fuyait », a déclaré Türk.

« Nous devons tous ressentir cette douleur partagée – et mettre fin à ce cauchemar. »

Laisser un commentaire

un × quatre =