En Israël, certains habitants ont peur de parler de la guerre

Jean Delaunay

En Israël, certains habitants ont peur de parler de la guerre

En Israël, au milieu du traumatisme du massacre du 7 octobre perpétré par le Hamas et de l’offensive militaire israélienne qui a suivi à Gaza, les voix dissidentes ont été réduites au silence.

Les Palestiniens ont déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’ils craignaient d’être arrêtés s’ils étaient accusés de parler ouvertement de la guerre, notamment d’aimer ou de partager des messages sur les plateformes de réseaux sociaux.

Des Israéliens critiques, notamment des professeurs d’université, des journalistes et des hommes politiques, ont déclaré qu’ils avaient déjà été pris pour cible un mois seulement après le début du conflit.

La politicienne israélo-arabe Aida Touma-Suleiman, qui a condamné l’attaque du Hamas contre les Israéliens, a déclaré qu’elle n’avait pas pu faire preuve d’une compassion similaire envers les Palestiniens de Gaza.

« Je ne me promène plus avec mes petits-enfants parce que je ne veux pas que quiconque sache qu’ils sont mes petits-enfants », a-t-elle déclaré à Shona Murray d’L’Observatoire de l’Europe.

« Il y a une énorme incitation contre quiconque ose protester contre cette guerre ou même montrer un peu d’empathie envers ce qui se passe à Gaza.

« Nous n’avons même pas le droit de pleurer pour un enfant palestinien qui y est tué. »

Un groupe de travail chargé de surveiller les discours haineux contre l’État d’Israël a été créé en février par le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir.

Nous n’avons même pas le droit de pleurer pour un enfant palestinien qui y est tué

Aida Touma-Suleiman

Homme politique israélo-arabe

Et ces dernières semaines, le système judiciaire israélien a confirmé la détention provisoire des personnes accusées d’avoir enfreint la loi – les juges estiment que cela est nécessaire étant donné que le pays est en « temps de guerre ».

Amir Badran et Itamar Avneri sont des alliés politiques palestiniens et juifs qui œuvrent en faveur d’une approche commune pour lutter contre la peur et la haine qui se sont gravement détériorées entre les deux communautés.

Amir Badran et Itamar Avneri de la Garde du partenariat juif-arabe
Amir Badran et Itamar Avneri de la Garde du partenariat juif-arabe

« Les Juifs et les Arabes ont peur, mais les Arabes sont toujours menacés. De nombreuses arrestations sont effectuées contre des jeunes, pas seulement parce qu’ils n’ont rien fait sur les réseaux sociaux », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Amir Badran, de la Garde du partenariat juif-arabe.

« Un ‘j’aime’ qu’ils mettent ou une simple photo qu’ils mettent sont immédiatement pris pour des terroristes et pour des gens soutenant le Hamas. »

« Les Juifs sont très anxieux, ils le craignent », a ajouté Itamar Avneri, de la Garde du partenariat juif-arabe.

« Les gens sont également inquiets et il y a des tensions entre Juifs et Arabes en Israël.

« C’est très naturel mais nous essayons de désamorcer la situation et d’empêcher la violence d’éclater. »

Un responsable du gouvernement israélien a déclaré à L’Observatoire de l’Europe : « Israël surveille les incitations à la haine et enquête sur chaque cas ».

Laisser un commentaire

19 − 3 =