Jean Delaunay

Emmanuel Macron s’engage à ne pas forcer le projet de loi constitutionnelle en Nouvelle-Calédonie

Macron promet de ne pas « passer en force » la loi constitutionnelle en Nouvelle-Calédonie

Dans une déclaration récente sur Twitter, le président français Emmanuel Macron a promis de ne pas « passer en force » le projet de loi constitutionnelle en Nouvelle-Calédonie. Macron a fait cette annoncement devant les élus calédoniens, s’engageant à trouver un accord global sur le sujet.

Certains analystes politiques interprètent cette déclaration comme une tentative de Macron pour désamorcer les tensions qui ont balayé la Nouvelle-Calédonie à l’approche de l’éventuelle application de la législation constitutionnelle.

Une approche d’accord global

Dans son tweet, Macron a souligné qu’il serait dédié à parvenir à un « accord global ». Il n’a pas spécifié les détails exacts de ce qu’impliquerait un tel accord. Cependant, cette déclaration suggère une volonté d’inclure les parties prenantes clés pour parvenir à un consensus sur la voie à suivre.

Dans l’histoire de la Nouvelle-Calédonie, des troubles violents et des divisions sociales ont souvent été liés à des questions constitutionnelles. C’est pourquoi le discours apaisant de Macron est perçu comme une tentative de maintien de l’ordre social et de la stabilité politique sur l’île.

Réactions face à l’engagement de Macron

La réaction à l’engagement de Macron a été mitigée. Certaines parties ont salué l’engagement du président français de prendre une approche plus inclusif et consensuelle en matière de législation constitutionnelle. Cependant, d’autres ont exprimé leur scepticisme, citant des exemples de promesses passées non tenues par ce gouvernement.

La vraie preuve de l’engagement de Macron à ne pas « passer en force » le projet de loi constitutionnelle viendra probablement dans les mois à venir, en observant comment l’administration entreprendra les discussions avec les parties prenantes et en faisant preuve de transparence dans le processus. Ce sujet est susceptible d’être scruté de près à la fois par les habitants de la Nouvelle-Calédonie et par la communauté internationale.

Laisser un commentaire

huit + dix-huit =