Jean Delaunay

Emmanuel Macron appelle à la construction d’une filière minière légale en Guyane pour lutter contre l’orpaillage illégal

L’efficacité de la mission Harpie et la lutte contre l’orpaillage illégal

Le président de la République, Emmanuel Macron, a expressément salué le travail accompli par les militaires, gendarmes et agents sur le terrain, dans leur lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane, une pratique qui cause de grands dégâts environnementaux, sociaux et économiques. La mission Harpie, mise en place en 2008, utilise des moyens militaires pour lutter contre cette exploitation non contrôlée des ressources aurifères. Son objectif est de rétablir la souveraineté de l’Etat français sur ces territoires et de lutter contre les activités illégales, en particulier l’exploitation illégale de l’or.

Même si des critiques ont été émises sur le coût de cette mission et sur le sentiment qu’elle est un moyen d’imposer une présence militaire à une population qui souvent se sent délaissée par la métropole, le tweet du président vise à remercier toutes les personnes impliquées et à souligner le succès de leurs opérations.

Pour une filière minière légale et responsable

Si le combat contre l’orpaillage illégal reste une priorité, Emmanuel Macron a aussi donné une perspective d’avenir en appelant à réfléchir à la mise en place d’une filière minière légale et responsable en Guyane. C’est là une réponse à un double enjeu : environnemental tout d’abord, car l’exploitation illégale de l’or est dévastatrice pour la biodiversité locale, économique ensuite, car l’or est une ressource précieuse pour l’économie guyanaise.

Cela pourrait impliquer de réformer le code minier, afin d’encourager des pratiques plus responsables et d’améliorer la transparence de ce secteur. Il faudrait aussi renforcer les contrôles et les sanctions à l’encontre des exploitations illégales et mettre en place des incitatifs pour encourager l’exploitation légale et respectueuse de l’environnement.

La protection du territoire guyanais

En se positionnant en faveur d’une filière minière légale et responsable, Emmanuel Macron insiste sur la nécessité de protéger le territoire guyanais. Cette perspective est saluée par certains, qui y voient une voie de développement économique pour le département, et critiquée par d’autres, qui pointent les risques pour l’environnement.

La mise en balance entre ces différentes préoccupations sera le défi des prochains mois et années. Le débat promet d’être houleux, entre les partisans d’une mise en valeur des ressources du territoire et ceux qui redoutent un impact environnemental désastreux. Un équilibre devra être trouvé entre exploitation et préservation, entre développement économique et respect de l’environnement.

Laisser un commentaire

1 × cinq =