Émetteurs négatifs : le Danemark est en tête du groupe de pays visant à éliminer plus de CO2 qu’ils n’en émettent

Milos Schmidt

Émetteurs négatifs : le Danemark est en tête du groupe de pays visant à éliminer plus de CO2 qu’ils n’en émettent

Certains pays souhaitent éliminer plus de pollution qu’ils n’en produisent. Il faudra pour cela donner un coup de pouce à la nature.

Pourquoi promettre zéro émission nette alors que vous pouvez aller encore plus bas, comme les émissions négatives ?

Alors que les pays participant aux négociations sur le climat de la COP28 se disputent sur les moyens de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, un groupe de pays dirigé par le Danemark a décidé de fixer l’objectif ultime : éliminer de l’atmosphère plus de dioxyde de carbone, la principale source du réchauffement climatique, que ils émettent.

Le Groupe des émetteurs négatifs a été lancé dimanche à Dubaï par le Danemark, la Finlande et le Panama et vise à atteindre cet objectif en réduisant les émissions, en protégeant et en agrandissant les forêts et en investissant dans les nouvelles technologies.

Le Panama a déjà atteint cet objectif avec ses vastes forêts qui agissent comme un immense puits de carbone. La Finlande et le Danemark espèrent y parvenir respectivement d’ici 2035 et 2045.

Comment les pays peuvent-ils devenir des émetteurs négatifs ?

« C’est un énorme défi de devenir neutre en carbone puis négatif en carbone et nous n’y sommes pas encore », a averti Kai Mykkänen, le ministre finlandais de l’Environnement, « mais nous y visons vraiment. »

Pour le riche pays nordique, la stratégie est triple. Il réduira les émissions, en particulier dans le secteur de l’énergie, agrandira les forêts et investira dans les technologies de captage et d’élimination du carbone. Cela empêche les émissions responsables du réchauffement de la planète d’atteindre l’atmosphère, puis les transporte là où elles peuvent être stockées de manière permanente sous terre.

De nombreux experts affirment que la technologie permettant de capturer et de stocker le carbone fonctionne mais coûte cher. Il en est encore aux premiers jours de déploiement, donc non disponible à grande échelle.

Il existe environ 40 grands projets de captage du carbone en cours dans le monde, générant environ 45 millions de tonnes de dioxyde de carbone chaque année, selon l’Agence internationale de l’énergie. Cela représente une quantité infime – environ 0,1 pour cent des 36,8 milliards de tonnes émises à l’échelle mondiale, selon le Global Carbon Project.

Le captage du carbone est-il une solution réaliste ?

« Des décennies de captage du carbone ont montré qu’il était inefficace, non rentable et risqué pour les communautés », déclare Nikki Reisch, directrice du programme climat et énergie au Centre pour le droit international de l’environnement. « L’industrie même qui nous a amenés au bord du changement climatique la catastrophe ne nous en sauvera pas. »

Dan Jørgensen, le ministre danois de l’Environnement, reconnaît qu’il y a un long chemin à parcourir.

«C’est évidemment un grand pas en avant, surtout si vous souhaitez déployer une technologie qui n’est pas encore entièrement développée», dit-il.

Contrairement au Panama et à la Finlande, le Danemark ne possède pas de vastes forêts et considère les nouvelles technologies comme essentielles pour atteindre ses objectifs.

Le pays a récemment inauguré une nouvelle installation de captage du carbone qui devrait être opérationnelle d’ici 2026. Il espère que le projet servira de preuve de concept.

« Lorsque nous avons décidé de construire le premier parc éolien offshore en 1991, beaucoup de gens ont secoué la tête en pensant que c’était fou, car c’était beaucoup trop cher », se souvient Jørgensen. « Mais nous l’avons fait et aujourd’hui, l’éolien offshore peut rivaliser en prix avec les énergies fossiles presque partout dans le monde. » Aujourd’hui, près de 50 pour cent de l’électricité du Danemark provient de l’énergie éolienne.

Le Finlandais Mykkänen estime que le captage du carbone peut encore paraître « vaudou », mais il est convaincu que cette technologie sera normalisée d’ici 10 à 15 ans, à mesure que les pays y investiront et que les coûts diminueront.

Un financement est nécessaire pour aider les pays en développement à réduire leurs émissions

Les transferts de technologies et le financement de la transition énergétique ont été des points de friction clés dans les négociations sur le climat à Dubaï, où les pays en développement exhortent le monde développé à obtenir davantage de financements pour les aider à s’éloigner des combustibles fossiles.

Harjeet Singh du Climate Action Network International affirme que le monde a besoin d’une approche à deux volets.

« Les pays développés doivent réduire leurs émissions à un niveau net négatif », a déclaré Singh. « Mais en même temps, transférer la technologie et le financement vers les pays en développement afin que nous puissions réellement multiplier cet effort là-bas, car c’est là que les émissions augmentent. »

Laisser un commentaire

18 − un =