Elections françaises : quelle suite va-t-il réserver ?

Martin Goujon

Elections françaises : quelle suite va-t-il réserver ?

PARIS — La France est sur le point d’élire un gouvernement d’extrême droite pour la première fois dans l’histoire de la république moderne.

Le premier tour de scrutin, dimanche, a placé le Rassemblement national de Marine Le Pen en tête, devant l’alliance de gauche, la coalition centriste du président Emmanuel Macron étant à la troisième place.

Le dimanche 7 juillet, les électeurs se rendront aux urnes pour prendre leur décision finale. L’enjeu n’est pas seulement la future composition du Parlement français, mais aussi la stabilité de la deuxième économie de l’UE et la force politique de l’OTAN et de l’Union européenne.

Le processus électoral français est complexe et les dirigeants des partis tentent de toute urgence de trouver comment contourner le système pour obtenir le résultat qu’ils préfèrent.

Pour Macron et ses alliés, le choix est particulièrement douloureux : s’accrocher à l’espoir que les électeurs soutiendront son offre libérale, ou se plier à la réalité et apporter le soutien de son parti aux radicaux de gauche pour tenter d’empêcher l’extrême droite de prendre le pouvoir.

« Pas un seul vote pour l’extrême droite. Il faut se rappeler que (lors des présidentielles) de 2017 et 2022… à gauche, tout le monde avait cette ligne. Sans cela, vous et moi ne serions pas là », aurait déclaré Macron à ses membres du cabinet lundi, selon RTL, signalant que le président pourrait tout miser contre l’extrême droite au second tour.

L’Observatoire de l’Europe vous explique ce qui va se passer ensuite.

Les députés français ne sont pas élus au scrutin proportionnel, mais à deux tours, dans 577 circonscriptions où les dynamiques locales jouent souvent un rôle.

Jusqu’à quatre candidats peuvent se qualifier pour le second tour, en fonction de la participation et des votes locaux. Dans 301 des 577 circonscriptions électorales, au moins trois candidats, généralement un de chacune des principales coalitions (le Rassemblement national, la coalition centriste de Macron et l’alliance de gauche), sont désormais qualifiés pour le second tour. Ce sont les champs de bataille cruciaux qui décideront de l’issue du scrutin.

Grâce à son avance nationale, le RN est en tête dans la plupart des cas. Si les candidats arrivés en troisième position dans ces circonscriptions se retirent du scrutin, cela pourrait jouer en défaveur du Rassemblement national (RN), car les électeurs opposés à l’extrême droite risquent de se regrouper pour soutenir le seul candidat rival restant.

Mais le processus reste très incertain. C’est pourquoi les projections de sièges du RN après le premier tour varient fortement, de 230 à 310 sièges. 289 sièges sont nécessaires pour obtenir la majorité absolue à l’Assemblée.

« Dans de telles circonstances, la France mérite qu’on n’hésite pas », a déclaré dimanche soir le Premier ministre Macron, Gabriel Attal, appelant les troisièmes à se retirer de la course alors que leur candidature au second tour pourrait « faire élire le Rassemblement national ».

Mais tous les membres du camp présidentiel ne sont pas prêts à s’incliner… Durant les trois semaines de campagne législative, les militants centristes ont fait valoir que le bloc de gauche, appelé Nouveau Front populaire, était sous le contrôle du leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon et de son mouvement La France insoumise (LFI). Tous les « extrêmes » politiques, ont-ils déclaré, doivent être combattus de la même manière.

Avant le premier tour de scrutin, Macron lui-même est allé jusqu’à comparer ses adversaires de gauche à l’extrême droite, affirmant que leur succès conduirait à une « guerre civile ».

Une fenêtre de 48 heures pourrait déterminer l’issue du scrutin de dimanche prochain. Les candidats qualifiés pour le second tour ont jusqu’à mardi soir à 18 heures CET pour déposer leur candidature.

Certains candidats pro-Macron ont déjà annoncé qu’ils suivraient les instructions du Premier ministre, se retirant même au profit de candidats issus du mouvement radical LFI.

Mais le tableau est pour l’instant inégal. L’ancien Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l’Economie Bruno Le Maire ont tous deux déclaré qu’ils estimaient qu’il ne fallait pas voter pour LFI, même contre le Rassemblement national.

Certains candidats ont même déclaré vouloir rester dans la course malgré leur troisième place, même face à des candidats de gauche issus de forces modérées, dont les Verts et les socialistes français.

A gauche, les instructions de vote semblent plus claires : tous les dirigeants du bloc Nouveau Front populaire ont appelé ceux qui sont arrivés troisièmes à se retirer chaque fois que le Rassemblement national est en tête, libérant ainsi le terrain pour les candidats centristes lorsqu’ils sont les mieux placés pour le faire. vaincre le parti de Le Pen.

Il y a maintenant un piège. Même si tout est mis en œuvre dans les partis dominants pour empêcher une victoire du Rassemblement national, l’issue restera incertaine. Les électeurs sont ceux qui comptent vraiment – ​​et ils montrent peu de signes de volonté de suivre les ordres.

Selon un sondage Elabe publié avant le vote de dimanche, à peine un électeur sur quatre avait l’intention de suivre les consignes de vote délivrées par son parti.

En outre, alors que le Rassemblement national avait insisté sur le fait qu’il ne gouvernerait qu’avec la majorité absolue lors de la campagne du premier tour, le parti adoucit désormais cette position. Ses dirigeants affirment qu’ils pourraient tenter de se rapprocher d’autres parlementaires, notamment au sein du groupe conservateur Les Républicains, pour constituer une majorité.

« Si nous avons besoin de trouver des soutiens supplémentaires, nous assumerons notre devoir envers les Français », a déclaré lundi le vice-président du Rassemblement national, Sébastien Chenu. Une déclaration qui laisse entendre que si le parti se rapproche des 289 sièges nécessaires pour obtenir la majorité, il fera tout ce qu’il faut pour trouver les soutiens parlementaires dont il a besoin.

Ce scénario conduirait à davantage de troubles et d’incertitudes alors que le Rassemblement national tente de persuader de nouveaux députés de se joindre à lui dans une mission historique visant à placer l’extrême droite aux commandes de la France.

Laisser un commentaire

4 × 1 =