Élections françaises : le chaos, les egos et les trahisons entravent les alliances à gauche et à droite

Martin Goujon

Élections françaises : le chaos, les egos et les trahisons entravent les alliances à gauche et à droite

PARIS — Lorsque le président français Emmanuel Macron a convoqué des élections anticipées surprise dimanche après la défaite écrasante de son parti face au Rassemblement national d’extrême droite aux élections européennes, il a déclenché un tourbillon dans la politique française sans précédent de mémoire récente.

La gauche, la droite et le centre se précipitent désormais pour former des alliances avant les deux tours qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet.

Et les couteaux sont déjà sortis.

Suivez chaque rebondissement de la journée avec l’équipe L’Observatoire de l’Europe ci-dessous.

Développements clés

  • Raphaël Glucksmann, leader de la liste socialiste aux élections européennes, rejette l’idée de Jean-Luc Mélenchon, un incendiaire d’extrême gauche comme Premier ministre
  • Les centristes critiquent l’extrême droite sur le coût des propositions politiques
  • Le Nouveau Front populaire dévoilera son programme électoral plus tard dans la journée

Laisser un commentaire

treize + neuf =