Farmers march with tractors during a protest outside the European Parliament in Brussels, 4 June 2024

Milos Schmidt

Élections européennes : un « coup vert » est-il à l’origine de la montée de l’extrême droite ou d’autres facteurs sont-ils en jeu ?

L’Observatoire de l’Europe Green se penche sur la manière dont les agendas des partis pourraient influencer les priorités lors des élections au Parlement européen.

Ces derniers mois ont été marqués par une réaction violente – ou « coup vert » – contre le Green Deal européen, la principale politique de la Commission européenne sous la présidente Ursula von der Leyen : la plus visible d’entre elles étant les manifestations agricoles qui ont bloqué la frontière entre l’Espagne et la France.

Et alors que les électeurs se rendent aux urnes cette semaine pour voter pour un nouveau Parlement européen, les sondages indiquent un soutien accru aux politiciens qui souhaitent affaiblir ces politiques, abaisser les objectifs climatiques ou ignorer complètement les actions environnementales.

Les super sondages d’L’Observatoire de l’Europe montrent que le Parlement européen aura probablement une forte majorité de droite après les élections du 6 au 9 juin, les partis verts devant perdre des sièges.

D’autres questions importantes, telles que les prix élevés de l’énergie résultant de la guerre en Ukraine et le coût de la vie inabordable, ont commencé à éclipser les politiques environnementales, tant pour les dirigeants actuels que pour les électeurs.

Lors d’un événement à Paris en avril dernier, le vice-président de la Commission européenne, Maroš Šefčovič, a déclaré : « Depuis les récentes manifestations des agriculteurs jusqu’à la montée du soutien au populisme cultivant une résistance aux politiques climatiques, nous pouvons voir des signes de méfiance parmi nos citoyens. Nous devons donc continuer à cultiver le soutien des Européens et des entreprises européennes aux politiques vertes.»

Le « feu vert » croissant contre l’orientation environnementale de l’Europe est alimenté par les partis de droite et d’extrême droite dans toute la région, qui tentent d’exploiter les inquiétudes des électeurs concernant le coût des politiques vertes.

Quels partis politiques alimentent le greenlash ?

En Espagne, l’un des pays de l’UE les plus touchés par le changement climatique, le parti d’extrême droite Vox s’oppose aux politiques liées au Green Deal, les qualifiant de « fanatisme climatique au détriment des agriculteurs et éleveurs européens ». Ils nient également que les humains soient à l’origine du changement climatique et veulent annuler les récentes règles environnementales.

En Italie, une analyse récente du Réseau Climatique Italien a montré une absence générale de déni climatique dans les programmes des partis, avec plutôt une tendance à souligner les dangers et les coûts de la transition énergétique, en particulier par des partis tels que la Ligue et les Frères d’Italie.

En Allemagne, le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit – qui devrait mener les élections et rester la faction la plus importante au Parlement – a été critiqué par le parti des Verts de Terry Reintke pour ce qu’il décrit comme des tentatives d’édulcorer le Green Deal en réponse à une vague de protestations des agriculteurs. Reintke présente son parti comme l’antidote à la politique « de droite et autoritaire ».

Terry Reintke, candidat allemand et européen du parti vert allemand aux élections européennes de 2024, s'exprime lors d'un congrès du parti à Potsdam, en Allemagne, le 1er juin 2024.
Terry Reintke, candidat allemand et européen du parti vert allemand aux élections européennes de 2024, s’exprime lors d’un congrès du parti à Potsdam, en Allemagne, le 1er juin 2024.

«Les citoyens ont le choix : s’ils veulent avoir une majorité plus à droite au Parlement européen, avec éventuellement des forces autoritaires d’extrême droite qui influencent le programme de la Commission européenne… ou s’ils veulent une majorité progressiste et tournée vers l’avenir. , des politiques tournées vers l’avenir », a déclaré Reintke à L’Observatoire de l’Europe.

En Suède, pays de la militante écologiste Greta Thunberg et longtemps considéré comme un pionnier dans la lutte contre le changement climatique, le gouvernement, soutenu par les Démocrates suédois d’extrême droite, a été critiqué pour avoir ralenti et adopté des politiques susceptibles d’augmenter les émissions, selon le Conseil suédois pour la politique climatique.

Les Européens sont-ils moins inquiets de la crise climatique ?

Malgré les attentes d’une majorité de droite, les données révèlent que le « feu vert » des électeurs n’est pas nécessairement la force motrice. Selon l’enquête Eurobaromètre de mai, plus des trois quarts des Européens restent profondément préoccupés par les effets directs des problèmes environnementaux sur leur vie quotidienne et leur santé.

Environ 84 pour cent pensent également que les lois environnementales de l’UE sont cruciales pour protéger l’environnement de leur pays.

En Espagne, en Grèce, à Chypre, à Malte, au Portugal et en Italie, entre 88 et 98 pour cent des citoyens estiment que les facteurs environnementaux affectent leur bien-être.

Les manifestations des militants pour le climat n’ont pas été absentes, comme celles qui ont eu lieu dans les rues de Bruxelles en avril.

La militante climatique Greta Thunberg participe à la grève climatique Fridays for Future à Stockholm, en Suède, le vendredi 19 avril 2024.
La militante climatique Greta Thunberg participe à la grève climatique Fridays for Future à Stockholm, en Suède, le vendredi 19 avril 2024.

Mais cela ne signifie pas nécessairement que les électeurs ne seront pas influencés par le débat politique.

« Les circonstances sont définitivement différentes de celles de 2019, lorsque nous avons commencé avec ce soutien maximum et la volonté politique d’agir de la part de tous les partis », a déclaré le commissaire européen chargé de l’environnement, des océans et de la pêche, Virginijus Sinkevičius, à l’agence de presse Reuters.

« Mais nous arrivons ensuite à des dossiers plus difficiles (les propositions juridiques de l’UE) où je pense qu’inévitablement, ils sont très affectés par le débat politique », dit-il.

Alors que les Verts sont sur le point de perdre un tiers de leurs sièges selon les derniers sondages, il est possible que des questions telles que l’inflation, la migration et la sécurité éclipsent cette fois-ci les préoccupations environnementales.

L’espoir n’est cependant pas encore perdu. « En 2019, les sondages ne prédisaient pas notre succès record, mais nous sommes passés de 52 à 74 sièges au Parlement européen », a déclaré au Royaume-Uni Bas Eickhout, député européen néerlandais et co-candidat principal du parti Vert aux élections européennes. journal The Guardian mardi. « Nous avons bon espoir que grâce à une forte mobilisation, nous défierons une fois de plus les élections. »

Laisser un commentaire

sept + 8 =