EU citizens and migrants face discrimination due to their race, sexual orientation or religious beliefs.

Jean Delaunay

Élections européennes : quelle est la position des partis sur les politiques anti-discrimination ?

Les enquêtes sur le racisme dans l’UE montrent que le problème devient plus aigu.

Seuls deux des sept partis politiques du Parlement européen appellent explicitement à l’adoption rapide d’une directive visant à lutter contre la discrimination à l’approche des élections européennes, malgré les avertissements des ONG contre une montée du racisme.

L’Observatoire de l’Europe a examiné les manifestes des principaux partis politiques en lice pour certains des 720 sièges au Parlement européen à l’issue des élections européennes du 6 au 9 juin et a constaté que seuls les Socialistes et Démocrates (S&D) et la gauche ont clairement promis faire pression pour l’adoption de la directive.

Le Parti populaire européen (PPE), Renew Europe et les Verts/ALE font référence à la nécessité de lutter contre toutes les formes de discrimination, de racisme et d’exclusion mais ne mentionnent pas la législation.

Le Réseau européen contre le racisme (ENAR), qui a exhorté les candidats à signer un engagement à lutter contre le racisme au cours de leur mandat avant le scrutin à l’échelle du bloc, appelle par exemple à ce que le plan d’action antiraciste de l’UE soit étendu au-delà 2025 et pour une révision du texte actuellement bloqué de la directive.

« Nous pensons que c’est peut-être l’occasion d’évaluer le texte et d’adopter un cadre juridique renouvelé de non-discrimination qui puisse couvrir toutes les formes de discrimination, car il existe des lacunes dans le texte actuel de la directive sur l’égalité de traitement », Julie Pascoët, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe le coordinateur politique d’ENAR.

« Il y a des choses qui restent en suspens : la racialisation des politiques migratoires, le système économique d’exploitation, le discours anti-musulman », a-t-elle ajouté.

« Une tendance à la hausse »

La Commission européenne a fait une première tentative en 2008 pour créer une loi globale sur la lutte contre tous les types de discrimination, en plus des règles existantes pour le marché du travail. Les députés ont adopté plusieurs résolutions, tenu un débat en plénière sur le sujet en octobre 2019 et ont approuvé leur dernière position en novembre 2022.

Mais le Conseil européen, qui rassemble les 27 États membres, a bloqué la directive, certains gouvernements arguant qu’elle violait les compétences nationales et qu’elle serait trop coûteuse à mettre en œuvre.

La présidence suédoise du Conseil de l’UE a publié un rapport d’étape en mai 2023, mais il n’a pas été possible d’obtenir les votes nécessaires des États membres pour débloquer la directive.

Selon l’eurodéputée suédoise Alice Kuhnke (Verts/ALE), rapporteure pour la directive européenne anti-discrimination, le climat politique actuel, qui devrait voir les forces dures et d’extrême droite acquérir une plus grande influence au Parlement européen, rend l’adoption du texte plus urgent.

« Je pense que plusieurs États membres hésitent et ne veulent pas que cette directive anti-discrimination devienne une réalité. Ils craignent un ‘monstre’ qui n’existe pas et je pense aussi que nous devons les dénoncer », a-t-elle déclaré. a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« Il ne devrait pas être acceptable d’accepter la discrimination », a déclaré Kuhnke, qui, en tant qu’ancien ministre de la Culture et de la Démocratie, a modifié la législation anti-discrimination en Suède.

« Nous savons avec certitude que les Noirs vivant dans l’UE, mais aussi les personnes LGBTQI+ et les personnes d’origine rom, font partie des personnes confrontées à la discrimination dans leur vie quotidienne. C’est une tendance à la hausse », a déclaré l’eurodéputé à L’Observatoire de l’Europe.

Un nouveau pacte migratoire pourrait aggraver la situation

Une enquête Eurobaromètre publiée en décembre 2023 a révélé que plus de la moitié des plus de 26 400 personnes interrogées dans les 27 États de l’UE déclarent qu’il existe une discrimination généralisée dans leur pays sur la base de l’appartenance à un peuple rom, de la couleur de la peau, de l’origine ethnique, de l’identité de genre ou de l’orientation sexuelle.

Environ un cinquième des personnes interrogées ont déclaré s’être personnellement senties discriminées ou victimes de harcèlement au cours des 12 mois précédents, soit une augmentation de quatre points de pourcentage par rapport à une enquête de 2019.

L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) a quant à elle constaté dans une enquête publiée en octobre dernier que 45 % des Noirs déclarent avoir été victimes de discrimination raciale au cours des cinq années précédant l’enquête, contre 39 % dans une édition de 2018.

Le nouveau pacte sur la migration et l’asile récemment adopté pourrait encore envenimer la situation, selon Kuhnke.

« Je crains que le pacte migratoire et ses différents volets ne nous aident pas à lutter contre le racisme et la discrimination. Bien au contraire », a-t-elle déclaré.

ENAR fait également pression pour que les partis aient une liste de candidats plus diversifiée, en particulier les forces progressistes.

« Dans quelle mesure les institutions européennes représentent-elles réellement la diversité des personnes en Europe et au-delà ? Il y a certainement un déficit dans la manière dont les personnes racialisées, par exemple, sont représentées dans la plus grande chambre démocrate de l’Union européenne », a déclaré Pascoët.

Laisser un commentaire

cinq × un =