The EU registered 1.14 million applications for international protection in 2023.

Jean Delaunay

Élections européennes : que veulent faire les partis en matière de migration et d’asile ?

Alors que les élections au Parlement européen approchent, L’Observatoire de l’Europe détaille ce que les partis veulent faire sur ce qui est sans doute le sujet le plus controversé de l’agenda politique : la migration et l’asile.

Les candidats aux élections pourront faire campagne sur le Nouveau Pacte sur la migration et l’asile, une réforme globale qui introduirait des règles collectives prévisibles pour gérer l’accueil et la relocalisation des demandeurs d’asile, approuvée en mars par le Parlement après des années d’impasse entre les membres États.

Tirer le meilleur parti de cette réforme non testée sera l’une des principales priorités du bloc au cours du prochain mandat, en particulier après que le nombre de demandes d’asile ait atteint 1,14 million en 2023, un sommet depuis sept ans.

Mais les partis en lice pour des sièges dans l’hémicycle ont plus d’idées sur cette question brûlante, allant d’un blocus naval total à une plus grande protection des réfugiés LGBTQ+.

Voici ce que chaque manifeste s’engage à faire en matière de migration et d’asile.

PPE : plus de Frontex, plus d’accords

« Les principes directeurs de notre politique migratoire sont l’humanité et l’ordre. Nous cherchons à mettre un terme aux migrations incontrôlées », déclare le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, la plus grande formation du Parlement qui devrait le rester, dans son communiqué. manifeste.

Le parti est déterminé à renforcer les frontières extérieures et souhaite un contrôle « rigoureux » de toutes les arrivées irrégulières et une surveillance électronique « complète » à tous les points d’entrée. Si les frontières extérieures ne sont pas suffisamment sécurisées, le PPE n’exclut pas l’introduction de contrôles aux frontières intérieures, comme le font déjà certains pays.

En outre, le PPE envisage un renforcement du rôle et du budget de Frontex, l’agence de garde-frontières et de garde-côtes du bloc, avec 30 000 membres du personnel, soit un triplement par rapport aux 10 000 dont elle est censée disposer d’ici 2027.

Mais la proposition la plus frappante du manifeste est l’initiative visant à transférer les demandeurs d’asile vers des pays « sûrs » et, par conséquent, à traiter leurs demandes en dehors du bloc. « En cas de résultat positif, le pays tiers sûr accordera une protection au demandeur sur place », indique le manifeste.

Ce projet, non défini, a été comparé au controversé « plan rwandais » que le Royaume-Uni tente depuis des années d’établir pour envoyer des migrants par avion vers ce pays africain, qui a fait l’objet de multiples contestations judiciaires jusqu’à son approbation finale.

Interrogée lors du premier débat des principaux candidats pour savoir si une telle proposition pourrait respecter les droits de l’homme, Ursula von der Leyen, du PPE, a déclaré que tout arrangement futur devrait être compatible avec la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH), que Londres a défiée à plusieurs reprises.

Von der Leyen a également défendu les accords de plusieurs millions que sa Commission européenne a signés avec des pays voisins, tels que la Tunisie, la Mauritanie et l’Égypte, pour stimuler leurs économies nationales et réduire les départs d’arrivées irrégulières.

Le manifeste du PPE appelle à la poursuite de cette stratégie et à utiliser les politiques commerciales, de développement et de visa comme levier pour contraindre les pays d’origine à reprendre les migrants qui quittent leur territoire. Il propose également un « plan d’investissement européen pour l’Afrique afin de s’attaquer plus efficacement aux causes profondes de la migration ».

Le nombre de demandes d'asile déposées dans l'UE a atteint en 2013 son plus haut niveau depuis sept ans, avec plus de 1,1 million.
Le nombre de demandes d’asile déposées dans l’UE a atteint en 2013 son plus haut niveau depuis sept ans, avec plus de 1,1 million.

Socialistes : une approche juste et humaine

Le Parti socialiste européen (PSE) reste assez concis sur la migration et l’asile : il souhaite que le nouveau pacte soit mis en œuvre d’une manière « juste, sûre et prévisible », dans le plein respect des droits de l’homme et de la « dignité des personnes ».

Pour eux, cela signifie des conditions d’accueil « humaines et décentes », une assistance juridique aux demandeurs, une protection particulière pour les enfants et la lutte contre les trafiquants.

Comme le PPE, le PSE milite en faveur du renforcement des frontières extérieures du bloc et de la coopération avec les pays d’origine et de transit, mais il se distingue en rejetant explicitement « toute forme d’externalisation des frontières de l’UE ».

« Nous ne criminaliserons jamais l’aide humanitaire et nous soutenons une mission européenne de recherche et de sauvetage en Méditerranée », ajoutent-ils. (Depuis 2014, plus de 28 000 personnes ont été portées disparues en mer.)

Le PSE entend également promouvoir des politiques inclusives pour aider les réfugiés à s’intégrer sur le marché du travail européen et soutenir les autorités locales travaillant sur le terrain.

Libéraux : clarté et stabilité

La plateforme commune des libéraux, connue sous le nom de Renew Europe Now, est basée sur un recueil succinct de 10 priorités.

Sur la migration et l’asile, le groupe affirme que le sujet a deux ennemis : les populistes qui « attisent les flammes du racisme » et les réseaux de passeurs qui jouent avec « les espoirs et la vie des personnes qui tentent d’échapper à la misère ou à la guerre ».

Combattre ces deux phénomènes nécessite « de la clarté et de la stabilité » pour accroître les garanties juridiques pour ceux qui arrivent en Europe et davantage d’opportunités pour les migrants dans leur pays d’origine.

Les libéraux soulignent la nécessité de « voies juridiques économiques » pour pourvoir les postes vacants. « La pénurie de main-d’œuvre étant une réalité, nous devons intégrer les talents dont nous avons besoin », affirme le groupe.

Verts : non aux sales deals

« Le droit d’asile n’est pas négociable », affirment les Verts avant de présenter une série de propositions sur la migration et l’asile.

Le groupe appelle à un « mécanisme de relocalisation obligatoire » pour garantir que les 27 États membres assument la responsabilité, à l’introduction de « visas climatiques » pour les victimes de catastrophes naturelles en dehors du bloc et à une attention particulière accordée aux demandeurs d’asile LGBTQIA+, qui pourraient subir des persécutions malgré venant d’un pays qui, sur le papier, est « sûr ».

Les Verts, comme le PSE, exigent une mission de recherche et de sauvetage dirigée par l’UE en Méditerranée et ajoutent que Frontex devrait renforcer son « mandat humanitaire » et sa responsabilité devant les parlements. Ils exigent également la fin des refoulements aux frontières et de la « criminalisation » des ONG.

« Les gens n’ont pas leur place en prison simplement parce qu’ils ont demandé l’asile », disent-ils.

En termes clairs, les Verts s’opposent aux « sales accords avec les dictateurs », faisant référence aux accords avec la Tunisie et l’Égypte (que les conservateurs soutiennent sans réserve), et estiment que lier l’aide au développement et la gestion des migrations est « contraire à l’éthique ».

« Nous ne pouvons pas accepter que les réfugiés et les migrants soient exploités à des fins géopolitiques. La traite des êtres humains ne doit jamais être une arme de guerre hybride », affirment-ils.

Concernant l’emploi, le groupe propose un nouveau code des migrations pour élargir l’accès aux visas, des possibilités plus faciles pour les étudiants étrangers de devenir travailleurs, et une « campagne globale » pour régulariser la situation des migrants sans papiers (« sans-papiers ») vivant dans le bloc.

Au cours de l’année écoulée, l’UE a conclu des accords avec les pays voisins, comme l’Égypte, dans le but de réduire la migration irrégulière.
Au cours de l’année écoulée, l’UE a conclu des accords avec les pays voisins, comme l’Égypte, dans le but de réduire la migration irrégulière.

ECR : tout sur l’externalisation

Sans surprise, le parti d’extrême droite des Conservateurs et Réformistes européens (ECR), qui regroupe des forces telles que Fratelli d’Italia (Italie), Droit et Justice (Pologne), Vox (Espagne) et Nouvelle Alliance flamande (Belgique), a le parti le plus radical. propositions sur la migration et l’asile.

Le parti affirme dans son manifeste que les Etats membres ne doivent pas forcer « leurs citoyens à accueillir des immigrants illégaux sans leur consentement », une déclaration brutale qui attaque le système de « solidarité obligatoire » présenté dans le Nouveau Pacte. (Le système propose trois options possibles aux pays, l’une étant la relocalisation.)

L’ECR propose une stratégie visant à contrôler « tous les points d’entrée possibles » par voie aérienne, terrestre et maritime, basée sur une infrastructure frontalière « renforcée », un rôle renforcé de Frontex et d’Europol et de nouvelles mesures pour lutter contre les trafics, accroître les rapatriements et, surtout,  » collaborer avec des pays tiers sur l’externalisation de la gestion des migrations.

« Notre objectif est de garantir que la majorité des demandes de protection internationale soient évaluées directement en dehors de l’UE », affirment-ils.

Cela fait écho au protocole révolutionnaire signé l’année dernière par la Première ministre italienne Giorgia Meloni, la plus éminente politicienne de l’ECR, pour traiter jusqu’à 36 000 demandes d’asile par an dans deux centres flambant neufs qui seront construits en Albanie.

Une autre idée de Meloni, une mission navale de l’UE pour « bloquer les départs illégaux », plutôt que pour sauver les migrants en détresse, figure également dans le manifeste. (En vertu du droit international, les blocus navals sont considérés comme un acte de guerre.)

« Pour éviter les abus du système d’asile, nous insisterons pour accorder l’asile uniquement aux véritables réfugiés », déclare le groupe, sans expliquer ce qu’est un « véritable réfugié ».

La Gauche : annuler le Nouveau Pacte, dissoudre Frontex

Plutôt que de consacrer une section distincte à la migration et à l’asile, La Gauche aborde le sujet dans un chapitre plus large intitulé « Le co-développement, pas la domination et l’hégémonie coloniales ».

Le groupe appelle à une « rupture avec la forteresse Europe », rejette l’externalisation de la politique migratoire basée sur le « financement de régimes sanguinaires » et exige une « solidarité obligatoire » entre tous les États membres.

« Si l’UE veut réduire le nombre de réfugiés et de migrants, elle doit promouvoir la paix, la stabilité et le développement durable au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, au lieu de participer à des interventions militaires, d’alimenter les guerres civiles et d’exploiter les ressources naturelles. , » lit-on dans le manifeste.

Sur une note de défi, La Gauche affirme que le Nouveau Pacte doit être « annulé » car, selon eux, il condamne les demandeurs d’asile à la détention et à l’expulsion. Il convient également de noter leur proposition directe de « dissolution » de Frontex.

Identité et démocratie : disparus en action

Le groupe d’extrême droite, qui comprend notamment Alternative für Deutschland (Allemagne), Rassemblement national (France) et Lega (Italie), n’a pas publié de manifeste commun avant les élections de juin – du moins pas encore.

Dans une déclaration de principes adoptée en 2022, la DI a rejeté « la manière dont l’Union européenne brouille davantage les frontières de l’Europe dans une gestion des droits migratoires au lieu des limites géographiques du continent où ses propres citoyens européens sont gardés et protégés ».

Laisser un commentaire

1 + 12 =