The potential increase in seats for the radical right could have significant implications for the EU

Milos Schmidt

Élections européennes : que se passera-t-il si les partis d’extrême droite accèdent au pouvoir ?

Les partis de droite radicale connaissent un regain de soutien dans l’opinion publique, selon les sondages d’opinion. Une éventuelle victoire de la droite aux élections pourrait avoir un impact significatif sur le paysage macroéconomique de la zone euro.

À moins de deux semaines des élections européennes, le regain de soutien aux partis d’extrême droite continue de préoccuper les principaux groupes politiques, en particulier le Parti populaire européen (PPE).

Même si les sondages actuels indiquent toujours une victoire de la dirigeante sortante, Ursula von der Leyen, l’augmentation potentielle du nombre de sièges pour la droite radicale pourrait avoir des implications significatives pour l’avenir de l’Union européenne (UE). L’influence politique sur le paysage économique de l’UE affectera principalement la mise en œuvre du Green Deal et les relations diplomatiques avec l’Ukraine. Cela pourrait aussi indirectement dévaluer l’euro par rapport aux autres monnaies du G10.

Le malheur surgit au milieu de la crise du coût de la vie

Les dirigeants des partis d’extrême droite ont gagné le soutien du public en raison de la détérioration de la qualité de vie résultant de la guerre menée par la Russie en Ukraine. La hausse du coût de la vie, l’augmentation de l’immigration et le mécontentement des agriculteurs ont tous contribué au déplacement du vote vers des groupes populistes, en particulier le groupe Identité et démocratie (ID) et les Conservateurs et réformistes européens (ECR).

Le groupe ID constate un soutien croissant au Rassemblement national (NR), dirigé par Marine Le Pen, et à l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) en Allemagne. Pendant ce temps, l’ECR a été soutenu par les Frères d’Italie, leur dirigeante Giorgia Meloni devenant la première femme Premier ministre du pays.

Cette situation rappelle les résultats inattendus du Brexit en 2016 et de la victoire de Donald Trump aux élections américaines de 2016. Lorsque les gens ne sont pas satisfaits du parti au pouvoir en place, ils recherchent souvent le changement, créant ainsi des opportunités pour les dirigeants populistes. Selon les sondages d’L’Observatoire de l’Europe, les deux groupes d’extrême droite pourraient remporter environ 20 % des sièges, ce qui pourrait conduire à un glissement vers la droite au Parlement européen.

Le Green Deal se heurte à un obstacle politique

Un domaine d’intérêt commun pour ces groupes concerne les questions liées à la transition énergétique. Les partis de droite sont devenus la voix des agriculteurs européens, qui protestent depuis février contre le Green Deal sur tout le continent.

Le Green Deal vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 90 % avant 2040, un objectif qui a suscité des inquiétudes parmi les agriculteurs. Les troubles ont incité la Commission européenne (CE) à faire des compromis, en décidant d’exempter l’agriculture de l’échéance.

Cependant, même si le coût de la transition verte devrait limiter les revenus des agriculteurs, le financement agricole de l’UE semble n’atteindre qu’un faible pourcentage des travailleurs agricoles. Parallèlement, les revenus des agriculteurs ont diminué en raison de la forte inflation des prix des biens et du coût de la main-d’œuvre. Cela pourrait entraîner des retards dans la réalisation des objectifs du Green Deal si les partis de droite prennent les devants.

Un autre problème auquel la CE a été confrontée est l’élimination progressive des voitures à combustibles fossiles d’ici 2035. Les partis de droite appellent à l’annulation de l’échéance, arguant qu’une telle politique ferait pression sur les consommateurs pour qu’ils achètent des véhicules électriques très coûteux (VE). ). Au lieu de cela, les consommateurs se sont tournés vers des véhicules hybrides plus abordables, avec une part de marché passant de 24,4 % en mars à 29 %, selon l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA).

La mise en œuvre complète de l’utilisation des véhicules électriques nécessitera également un déploiement suffisant de bornes de recharge, le gouvernement offrant des subventions pour faciliter la transition. L’ACEA indique que « les avantages fiscaux pour les voitures de société électriques sont moins répandus, puisque seuls 17 États membres les offrent », tandis que « seuls cinq États membres offrent des incitations pour les infrastructures de recharge ».

La transition écologique des automobiles a également suscité des inquiétudes quant à une augmentation des importations chinoises de véhicules électriques avec une baisse des prix. La mise en œuvre de mesures de protection telles que l’augmentation des droits de douane pourrait entraîner des représailles et potentiellement nuire aux ventes des constructeurs automobiles européens en Chine.

Un parlement de droite posera probablement davantage de défis à la politique des véhicules électriques face à ces problèmes croissants.

Un changement diplomatique potentiel avec l’Ukraine

Le soutien croissant aux partis d’extrême droite menace la diplomatie de l’UE avec l’Ukraine. Les groupes ID, dont le parti allemand AfD, le Parti autrichien de la liberté et le NR français, ont tendance à pencher vers une position pro-russe. Cela pourrait potentiellement devenir un obstacle aux efforts de l’UE visant à renforcer sa défense contre la Russie et son alliance avec l’OTAN.

Les agriculteurs de Paris protestent contre les réformes agricoles
Les agriculteurs de Paris protestent contre les réformes agricoles

En outre, les partis de droite constituent une menace pour le libre-échange entre l’UE et les producteurs alimentaires ukrainiens. Les agriculteurs européens ont protesté contre les importations de produits alimentaires bon marché, notamment contre l’accord de libre-échange avec l’Ukraine. En réponse, l’UE a conclu un accord visant à étendre le libre-échange avec les producteurs alimentaires ukrainiens, mais avec de nouvelles limites aux importations de céréales. Les politiciens ont également imposé un plafond sur les produits exemptés de droits de douane, notamment la volaille, les œufs et le sucre.

Le changement diplomatique avec l’Ukraine et la Russie pourrait être significatif si les populistes d’extrême droite accédaient au pouvoir. Cela pourrait avoir un impact majeur sur le paysage politique mondial, d’autant plus que les élections présidentielles américaines auront lieu en novembre.

Un nouvel affaiblissement de l’euro pourrait se produire

L’incertitude entourant la victoire potentielle de la droite radicale pourrait peser sur l’euro, dans la mesure où les eurosceptiques tenteraient probablement de porter atteinte à l’intégrité de l’UE. Les divisions dans les opinions politiques et les politiques pourraient réduire la compétitivité du marché unique.

Les turbulences économiques et les perspectives incertaines pourraient inciter la Banque centrale européenne (BCE) à abaisser ses taux d’intérêt dès juin, potentiellement avant d’autres grandes banques centrales. Shahil Shah, directeur informatique de SMS Investments, a déclaré : « L’euro pourrait atteindre la parité avec le dollar américain d’ici la fin de cette année », faisant référence à la possibilité d’une baisse des taux de la BCE en juin.

Laisser un commentaire

4 × 4 =