A man walks past a row of campaign boards for the upcoming European election in Versailles west of Paris, Friday, May 31, 2024.

Jean Delaunay

Élections européennes : les candidats français entrent dans la dernière ligne droite de la campagne

La campagne pour les élections européennes touche à sa fin en France. Le vote aura lieu le 9 juin et la campagne officielle se clôturera le vendredi 7 juin, offrant ainsi l’occasion aux candidats de faire leurs derniers choix.

Alors que la campagne électorale européenne en France entre dans sa dernière ligne droite, les candidats intensifient leurs efforts en direction des électeurs indécis et plus jeunes.

Jordan Bardella, candidat du Rassemblement national d’extrême droite, a tenu dimanche son dernier meeting public à Paris.

En tête des sondages avec 32 pour cent d’intentions de vote, il a appelé les électeurs à voter contre le parti Renaissance du président français Emmanuel Macron.

« Dimanche prochain, s’abstenir, c’est voter pour Macron. Dimanche prochain, la scission sur d’autres listes renforcera Macron. Dimanche prochain, voter pour d’autres (plus petits) partis ne fera que renforcer Macron », a-t-il déclaré devant une foule enthousiaste de 5 000 personnes. personnes.

Le Premier ministre français intensifie la campagne pour sa candidate Valérie Hayer

Le Premier ministre Gabriel Attal a appelé les électeurs à lutter contre la montée de l’extrême droite lors d’un meeting organisé samedi près de Paris par Valérie Hayer, candidate aux élections européennes du parti de Macron.

« L’Europe pourrait mourir parce que l’extrême droite gagne du pouvoir sur tout le continent. L’Europe mourra si nous ne faisons rien si nous restons chez nous comme des spectateurs passifs », a insisté le ministre.

Valérie Hayer est actuellement en difficulté dans les sondages, à 15 points du Rassemblement national de Bardella.

La gauche appelle les jeunes électeurs

A gauche, les appels à la mobilisation se sont également multipliés ce week-end.

Au coude à coude avec le parti de Macron dans les sondages, le candidat socialiste Raphaël Glucksmann a poursuivi samedi sa campagne à Marseille, dans le sud du pays, promettant d’être « la grande et belle surprise » de ces élections.

Il a appelé les électeurs jeunes et absents à soutenir sa campagne.

« J’en appelle aux jeunes de France : je vois le risque de l’abstention, ne laissez personne décider de votre avenir à votre place », a-t-il lancé, espérant accrocher la deuxième place en dépassant le parti de Valérie Hayer.

Un appel similaire à la jeunesse a été lancé par la candidate de gauche Manon Aubry, représentant le parti La France Insoumise à Toulouse, dans le sud-ouest du pays, devant 3 000 personnes, selon les organisateurs.

« Nous les interpellons aujourd’hui. Les jeunes sont pleins d’espoir, mais aussi pleins d’inquiétude. Des jeunes qui se mobilisent pour le climat, pour Gaza, pour leurs droits », a déclaré Aubry.

L’eurodéputé est loin derrière le socialiste Raphaël Glucksmann avec 8,5 pour cent des intentions de vote.

La cheffe des Verts Marie Toussaint s’est également réunie dimanche près de Paris, alors que la campagne des députés européens glisse dangereusement sous le seuil des 5 pour cent d’intentions de vote nécessaire pour envoyer des hommes politiques au Parlement.

La période de campagne officielle se terminera vendredi. Ce week-end, près de 50 millions d’électeurs français choisiront 81 députés européens pour les représenter au Parlement européen.

Laisser un commentaire

2 × 4 =