The ruling coalition is expected to retain a majority with 361 seats

Milos Schmidt

Élections européennes à l’approche : quelles sont les principales priorités politiques pour l’Europe ?

Les principaux défis pour les nouveaux décideurs politiques comprennent l’augmentation de la productivité, l’augmentation des investissements industriels dans les secteurs clés et l’amélioration de la coordination budgétaire pour éviter un creusement des écarts économiques avec les États-Unis.

Les citoyens des 27 États membres de l’Union européenne (UE) se rendront aux urnes du 6 au 9 juin pour élire les 720 membres du Parlement de l’Union européenne.

La coalition au pouvoir, qui comprend le Parti populaire européen (PPE), les Socialistes et Démocrates (S&D) et Renew Europe (RE), devrait conserver une majorité avec 361 sièges, selon les derniers sondages d’opinion d’Europe Elects.

Le PPE de centre-droit devrait obtenir 182 sièges, l’Alliance progressiste de centre-gauche du S&D devrait remporter 136 sièges et le groupe centriste-libéral RE devrait obtenir 86 sièges.

D’autres partis extérieurs à l’actuelle coalition au pouvoir, comme la Gauche, les Verts/Alliance libre européenne, les Conservateurs et réformistes européens et le parti d’extrême droite Identité et Démocratie, devraient remporter respectivement 38, 55, 79 et 69 sièges.

La première tâche majeure du Parlement européen nouvellement élu sera d’élire le président de la Commission européenne. Le président sortant von der Leyen est le plus susceptible d’être confirmé. Parmi les autres candidats potentiels figurent l’ancien président de la BCE, Mario Draghi, qui pourrait également être considéré pour les postes de président du Conseil de l’UE ou de haut représentant de l’UE.

Une fois le président élu, l’assemblée devra approuver chaque membre de la Commission par le biais d’un contrôle individuel.

Principales priorités politiques de la nouvelle Commission européenne

Selon Filippo Taddei, économiste européen chez Goldman Sachs, l’UE est confrontée à trois défis structurels que la nouvelle Commission doit relever :

1) Retard de productivité : la productivité de l’Europe est à la traîne par rapport à celle des États-Unis.

Taddei souligne : « Le premier écart réside dans les mauvaises perspectives démographiques : pour 100 personnes de plus de 20 ans dans la population active en Europe, il y a 10 personnes de plus de 65 ans de plus qu’aux États-Unis. De plus, en Europe, il y aura cinq personnes de plus de 65 ans de plus. pour 100 travailleurs actifs au cours de chaque décennie jusqu’en 2050. »

Avec le vieillissement de la population et la résistance à la migration, l’Europe est confrontée à une pénurie de travailleurs qualifiés pour répondre à la demande des entreprises, ce qui constitue déjà un problème urgent.

2) Investissement industriel : l’Europe a connu des niveaux d’investissement industriel inférieurs à ceux des États-Unis depuis 2011.

Au cours de la dernière décennie, l’Europe a investi en moyenne 1,5 point de pourcentage de moins que les États-Unis. La croissance de la productivité aux États-Unis a dépassé celle de l’Europe avant même la pandémie, et l’économie de l’UE a encore ralenti en raison de la crise énergétique.

Taddei prévient : « Si les écarts structurels actuels ne sont pas comblés et si la productivité n’est pas rétablie, le PIB réel par habitant aux États-Unis s’éloignera de la moyenne de la zone euro de 5 points de pourcentage supplémentaires avant la fin de la décennie. »

3) Coordination budgétaire : il est nécessaire de consolider et d’orienter l’espace budgétaire disponible pour remédier aux fragilités structurelles de l’UE.

Les infrastructures clés, telles que les réseaux énergétiques et les technologies comme l’IA, nécessitent un financement privé important et une priorisation stratégique pour atteindre l’échelle nécessaire.

La promotion de l’union des marchés des capitaux (UMC) a bénéficié d’un soutien renouvelé parmi les décideurs politiques européens à la suite des recommandations du sommet de la zone euro de mars. Toutefois, Taddei souligne que, pour que l’UMC puisse remédier de manière significative aux faiblesses structurelles de l’Europe, l’épargne des ménages doit être canalisée vers des investissements plus importants.

Regard vers l’avenir

Il y a des raisons d’être optimiste quant à la capacité de la nouvelle Commission européenne à réaliser des progrès significatifs vers la réduction des écarts d’investissement et de productivité.

Le Fonds européen de relance dispose encore de près de 100 milliards d’euros de capacité financière disponible qui pourraient être décaissés sous forme de prêts aux États membres, finançant ainsi des efforts coordonnés visant à accroître les investissements dans des secteurs stratégiques, selon Taddei.

Si l’UE ne parvient pas à parvenir à une coordination stratégique en matière de politique économique, il devient désormais plus urgent entre les pays d’aller de l’avant avec des initiatives impliquant des sous-ensembles d’États membres, augmentant ainsi le risque d’une « Europe à deux vitesses ».

Le secteur de la défense, en particulier, est un candidat probable à une coordination politique renforcée pour atteindre les objectifs de l’OTAN.

En ce qui concerne les politiques commerciales, Taddei estime qu’il est peu probable que les prochaines élections européennes entraînent à elles seules une augmentation des restrictions commerciales ou des droits de douane à l’importation, à moins qu’elles ne répondent à des changements de politique de la part de la Chine ou des États-Unis.

Laisser un commentaire

trois × 3 =