El Niño : les experts s'attendent à une saison des ouragans "au-dessus de la moyenne" cette année

Jean Delaunay

El Niño : les experts s’attendent à une saison des ouragans « au-dessus de la moyenne » cette année

La prévision pour cette saison est la meilleure estimation des prévisionnistes du nombre de tempêtes qui pourraient se produire cette année.

La saison des ouragans de cette année dans l’Atlantique devrait être « au-dessus de la moyenne » en raison des températures record de la mer.

Chaque saison depuis quatre décennies, des chercheurs de la Colorado State University (CSU) publient une prévision basée sur des modèles statistiques qui examinent les températures, la pression, le vent et une foule d’autres mesures.

Ils tiennent également compte d’El Niño – un réchauffement de la surface de l’océan ou des températures de la mer supérieures à la moyenne dans l’océan Pacifique.

Un mois après le début de la saison en cours, qui s’étend de juin à novembre, les experts prédisent qu’il y aura 18 tempêtes nommées, soit quatre de plus que la moyenne.

Cela comprend neuf ouragans et quatre ouragans majeurs – ceux dont la vitesse du vent de 179 kilomètres à l’heure ou plus. Il prend également en compte une série d’événements météorologiques sans nom plus tôt cette année et les tempêtes tropicales Arlene, Bret et Cindy qui se sont déjà produites en juin.

Les chercheurs estiment que la probabilité d’un ouragan majeur toucher terre aux États-Unis est « au-dessus de la moyenne à long terme ».

Ils précisent que bien que les prévisions soient leur « meilleure estimation » de la saison à venir, ce n’est pas une mesure exacte. La CSU exhorte les résidents côtiers à prendre les précautions appropriées – comme ils le font chaque année.

AP Photo/Rebecca Blackwell, Dossier
Des voitures et des débris de maisons emportées bordent un canal à Fort Myers Beach, en Floride.

L’apparition d’El Niño affectera-t-elle la saison des ouragans cette année ?

En mai, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a prédit qu’il n’y avait que 30 % de chances que cette saison des ouragans soit supérieure à la moyenne. Il a déclaré qu’il s’attendait à ce qu’il se situe autour de ce qu’il serait normalement en raison de plusieurs facteurs concurrents, « certains qui suppriment le développement des tempêtes et d’autres qui l’alimentent ».

À l’origine, CSU a également déclaré que ce serait une année relativement moyenne, mais a mis à jour ses prévisions car les températures de surface de la mer dans la principale zone où les tempêtes se développent – les basses latitudes de l’océan Atlantique – ont été plus chaudes que la moyenne.

Mardi 4 juillet, l’Organisation météorologique mondiale a déclaré le début des conditions d’El Niño pour la première fois en sept ans.

La possibilité de températures record et la chaleur plus extrême dans de nombreuses régions du monde et l’océan est « considérablement augmenté », selon le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas.

El Niño pourrait provoquer une hausse des températures mondiales et des conditions météorologiques perturbatrices au second semestre de cette année.

L’équipe de CSU dit que cela signifie qu’il y a plus d’incertitude dans la prédiction de ce qui va se passer. Les eaux de l’océan Atlantique où se forment habituellement les tempêtes sont beaucoup plus chaudes que la normale et l’effet météo sera « robuste » au plus fort de la saison des ouragans.

Mais El Niño augmente également ce qu’on appelle le cisaillement vertical du vent qui peut déchirer les tempêtes lorsqu’elles se forment.

La «chaleur anormale extrême» dans l’Atlantique, cependant, est susceptible de contrecarrer une partie de ce cisaillement du vent, selon les experts, et pourrait annuler cet effet.

Talaas a averti que la déclaration d’El Niño devrait être un signe pour les gouvernements du monde entier de « mobiliser les préparatifs pour limiter les impacts sur notre santé, nos écosystèmes et nos économies.

Laisser un commentaire

20 + dix-neuf =