Effondrement d'une banque de la Silicon Valley : Craintes d'une crise financière après la faillite d'une banque utilisée par le secteur de la technologie

Jean Delaunay

Effondrement d’une banque de la Silicon Valley : Craintes d’une crise financière après la faillite d’une banque utilisée par le secteur de la technologie

Les États-Unis, et le secteur technologique qui comptait parmi ses plus gros clients, font face à un autre moment de Lehman Brothers avec l’échec de SVB.

Les régulateurs américains se sont précipités pour saisir les actifs de la Silicon Valley Bank (SVB) vendredi après une ruée sur la banque, la plus grande faillite d’une institution financière depuis le plus fort de la crise financière il y a plus de dix ans.

La Silicon Valley, la 16e plus grande banque du pays, a fait faillite après que les déposants – principalement des travailleurs de la technologie et des sociétés financées par du capital-risque – se sont empressés de retirer leur argent cette semaine alors que l’inquiétude suscitée par la situation de la banque se répandait.

La banque ne pouvait plus faire face aux retraits massifs de ses clients et ses dernières tentatives pour lever de l’argent frais n’ont pas abouti.

Les autorités américaines ont donc officiellement pris possession de la banque et confié sa gestion à l’agence américaine chargée de garantir les dépôts, la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC).

Peu connue du grand public, SVB s’était spécialisée dans le financement des start-up et était devenue l’une des plus grandes banques des États-Unis par la taille de ses actifs : fin 2022, elle disposait de 209 milliards de dollars (196 milliards d’euros) d’actifs et d’environ 175,4 dollars. milliards (164,5 milliards d’euros) de dépôts.

L’anxiété grandit chez les travailleurs de la technologie

Sa disparition représente non seulement la plus grande faillite bancaire depuis celle de Washington Mutual en 2008, mais aussi la deuxième plus grande faillite d’une banque de détail aux États-Unis.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a réuni vendredi plusieurs régulateurs du secteur financier pour discuter de la situation, leur rappelant qu’elle avait « pleine confiance » dans leur capacité à prendre les mesures appropriées et que le secteur bancaire restait « résilient ».

Vendredi, devant le siège social de la banque à Santa Clara, en Californie, quelques clients nerveux se demandaient comment ils pouvaient accéder à leurs fonds, certains essayant de deviner ce qui se passait à travers les portes vitrées fermées.

Au recto, un morceau de papier de la FDIC indiquait qu’ils pouvaient, à partir de lundi, retirer jusqu’à 250 000 $ (235 000 €).

« Ce n’est pas bon. Beaucoup des plus grands (capital-risqueurs) ont des dépôts très élevés ici », a fait remarquer un client qui n’a pas souhaité donner son nom. Patron de start-up, il a utilisé la banque pour payer ses employés et s’inquiète pour eux.

Sur les marchés, le mouvement de panique a commencé jeudi, après que SVB a annoncé qu’elle cherchait à lever rapidement des capitaux pour faire face aux retraits massifs de ses clients, sans y parvenir et après avoir cédé pour 21 milliards de dollars (19,7 milliards d’euros) de titres financiers, perdant 1,8 milliard de dollars (1,7 milliard d’euros) dans le processus.

L’annonce a surpris les investisseurs et ravivé les craintes sur la solidité de l’ensemble du secteur bancaire, notamment avec la hausse rapide des taux d’intérêt, qui fait baisser la valeur des obligations dans leurs portefeuilles et renchérit le coût du crédit.

Les quatre plus grandes banques américaines ont perdu 52 milliards de dollars (49 milliards d’euros) en Bourse jeudi et dans leur sillage, les banques asiatiques puis européennes ont plongé.

Échec SVB : effet d’entraînement en dehors des États-Unis ?

A Paris, Société Générale a perdu 4,49%, BNP Paribas 3,82% et Crédit Agricole 2,48%. Ailleurs en Europe, la banque allemande Deutsche Bank a chuté de 7,35%, la banque britannique Barclays de 4,09% et la suisse UBS de 4,53%.

A Wall Street, les grandes banques se sont redressées vendredi après la déroute de la veille : JPMorgan Chase a pris 2,54% tandis que Bank of America et Citigroup ont perdu moins de 1%.

Les banques de taille moyenne ou plus axées sur un type de client, en revanche, ont été confrontées à une plus grande tourmente, avec First Republic, par exemple, en baisse de près de 15% et Signature Bank, proche de la scène des crypto-monnaies, en baisse de 23%.

« Comme c’est souvent le cas dans la finance, le problème n’est pas venu de là où nous l’espérions », déclare Alexander Yokum du CFRA.

« Beaucoup d’observateurs s’interrogeaient sur l’endettement qui s’accumulait sur les cartes de crédit ou sur le marché de l’immobilier de bureau. On ne s’attendait pas à une panique bancaire », une réaction en chaîne qui commence par des retraits massifs de clients, a-t-il déclaré à l’AFP.

Stephen Innes, analyste chez SPI Asset Management, se veut rassurant, estimant « faible », dans une note, le risque « d’un incident de capital ou de liquidité chez les grandes banques ».

Depuis la crise financière de 2008/2009 et la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, les banques ont dû fournir à leurs régulateurs nationaux et européens des preuves de solidité renforcées.

Par exemple, ils doivent justifier d’un niveau de capital minimum plus élevé pour absorber d’éventuelles pertes.

Pour les analystes de Morgan Stanley, « les pressions de financement auxquelles est confrontée la SVB sont tout à fait uniques » et les autres banques ne sont pas confrontées à une « pénurie de liquidités ».

Laisser un commentaire

six + un =