Europe

Jean Delaunay

Écart salarial entre hommes et femmes en Europe : comment les pays se comparent-ils en matière de réduction de l’écart ?

L’écart salarial entre hommes et femmes va bien au-delà du simple salaire égal pour un travail égal. En Europe, les femmes sont confrontées à d’importantes inégalités en matière d’accès au travail, de progression et de récompenses.

L’écart salarial entre hommes et femmes est encore très évident en Europe. Plusieurs indicateurs mettent en évidence l’inégalité entre les femmes et les hommes dans de nombreux domaines, mais la vie économique est l’un des domaines clés qui touchent le plus les femmes.

Malgré quelques améliorations en Europe, les femmes souffrent toujours d’écarts entre les sexes en matière de salaires, de participation au marché du travail, d’emploi et de positions hiérarchiques sur le lieu de travail.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme (8 mars), une initiative annuelle promue par les Nations Unies pour sensibiliser aux questions liées au genre, L’Observatoire de l’Europe Next analyse les données de ces principaux indicateurs pour donner une image plus complète de la fracture actuelle entre les sexes.

Combien les femmes gagnent-elles de moins que les hommes ?

L’inégalité salariale entre les sexes a été de plus en plus débattue ces dernières années.

L’écart salarial non ajusté entre les sexes est un indicateur significatif, montrant la différence entre les gains horaires bruts moyens des hommes et des femmes, exprimé en pourcentage du salaire horaire brut moyen des hommes.

Il ne prend pas en compte l’éducation, l’âge, les heures travaillées ou le type d’emploi.

Cela révèle essentiellement à quel point les femmes gagnent moins que les hommes. En 2022, l’écart entre les sexes était de 12,7 pour cent dans l’UE. En d’autres termes, les femmes gagnaient en moyenne 12,7 pour cent de moins par heure que les hommes.

Cela montre que les femmes gagnent en moyenne 87,3 € pour 100 € gagnés par les hommes. En bref, les femmes devraient travailler 1,5 mois supplémentaire pour combler la différence.

L’écart salarial entre hommes et femmes variait considérablement au sein de l’UE et dans le bloc de l’Association européenne de libre-échange (AELE). En 2022, il dépassait 17 pour cent dans plusieurs pays.

L’Estonie présentait l’écart salarial entre hommes et femmes le plus élevé, soit 21,3 pour cent, suivie par l’Autriche (18,4 pour cent), la Suisse et la Tchéquie (17,9 pour cent chacune).

Le Luxembourg (-0,7 pour cent) est le seul pays à afficher un chiffre négatif, ce qui signifie que les femmes gagnent légèrement plus que les hommes.

Hormis le Luxembourg, l’Italie, la Roumanie et la Belgique présentaient l’écart salarial entre hommes et femmes le plus faible, soit moins de cinq pour cent.

Parmi les « quatre grands » de l’UE, l’Allemagne (17,7 pour cent) et la France (13,9 pour cent) présentaient des écarts plus élevés que la moyenne de l’UE.

L’écart salarial entre hommes et femmes diminue-t-il en Europe ?

L’un des objectifs de la Commission européenne est de réduire l’écart salarial entre hommes et femmes au sein du bloc. Y a-t-il eu une amélioration dans ce sens ? Les progrès sont réguliers mais lents.

Entre 2012 et 2022, l’écart salarial entre hommes et femmes a diminué de 3,7 points de pourcentage (pp) dans l’UE, passant de 16,4 pour cent à 12,7 pour cent.

L’écart salarial a augmenté dans six pays

Dans six pays, à savoir la Slovénie, la Lettonie, la Pologne, Malte, la Suisse et la Lituanie, l’écart salarial entre hommes et femmes s’est accru, allant de 0,1 pp à 3,7 pp.

Amélioration significative en Espagne, en Estonie et en Islande

L’Espagne a enregistré la plus forte amélioration de l’écart salarial entre hommes et femmes, avec une baisse de 10 points de pourcentage au cours de cette période, suivie par l’Estonie (8,6 points de pourcentage), l’Islande (8,4 points de pourcentage) et le Luxembourg (7,6 points de pourcentage).

L’Allemagne et le Royaume-Uni ont également enregistré une baisse considérable de 5 points de pourcentage et de 4,7 points de pourcentage respectivement.

L’écart salarial entre hommes et femmes est-il plus élevé dans le secteur privé ?

Oui c’est le cas.

En 2022, l’écart entre les sexes était plus élevé dans le secteur privé que dans le secteur public dans 21 des 24 pays européens.

Selon l’agence de données européenne Eurostat, cela pourrait être dû au fait que les salaires dans le secteur public sont principalement déterminés par des grilles salariales transparentes qui s’appliquent de manière égale aux hommes et aux femmes dans l’UE.

L’écart salarial n’était plus élevé dans le secteur public qu’au Portugal, en Slovénie et en Finlande.

Chypre a enregistré (-0,2 pour cent) un écart négatif dans le secteur public, ce qui indique que les femmes étaient mieux payées que les hommes.

Chypre a également enregistré la plus grande différence entre le public et le privé, soit 19,7 pp.

Cette différence était supérieure à 10 points de pourcentage dans cinq pays, ce qui suggère que l’inégalité salariale entre les sexes était forte dans de nombreux pays.

Les femmes gagnent 12,7 pour cent de moins que les hommes dans le secteur privé allemand

La Tchéquie présentait l’écart salarial entre hommes et femmes le plus élevé dans le secteur privé, avec 20,5 pour cent, suivie de près par l’Allemagne (19,9 pour cent). Cela montre que les femmes gagnent en moyenne 80 euros pour 100 euros gagnés par les hommes dans le secteur privé allemand.

Pourquoi les femmes gagnent-elles moins ?

Les raisons de l’écart salarial entre hommes et femmes ne sont pas simples. C’est bien plus que la question d’un salaire égal pour un travail égal.

« Cela englobe un grand nombre d’inégalités auxquelles les femmes sont confrontées en matière d’accès au travail, de progression et de récompenses », souligne la Commission européenne.

Selon la Commission, les principales raisons sont les suivantes :

  • Ségrégation sectorielle : environ 24 pour cent de l’écart salarial entre hommes et femmes est lié à la surreprésentation des femmes dans des secteurs relativement peu rémunérés, tels que les soins, la santé et l’éducation.

En 2022, 28 pour cent des femmes dans l’UE travaillaient à temps partiel, contre 8 pour cent des hommes.

  • Discrimination salariale : les femmes gagnent moins que les hommes pour un travail égal ou de valeur égale dans certains cas.

  • Part inégale du travail non rémunéré : les femmes travaillent plus d’heures par semaine que les hommes, mais elles consacrent plus d’heures au travail non rémunéré, ce qui pourrait également affecter leurs choix de carrière. Ils sont beaucoup plus susceptibles d’arrêter de travailler pour s’occuper de leurs enfants et de leurs proches. C’est la raison pour laquelle l’UE promeut le partage équitable des congés parentaux.

  • Le plafond de verre : La position dans la hiérarchie influence évidemment le niveau de rémunération. Par exemple, la profession présentant les plus grandes différences de salaires horaires dans l’UE est celle des cadres : 23 pour cent de salaires inférieurs pour les femmes par rapport aux hommes.

En plus d’être mieux payés que les femmes, les hommes occupent généralement des postes plus élevés que les femmes. En 2021, les femmes ne représentaient que 35 pour cent des cadres dans l’UE.

Comme le montre le graphique ci-dessus, la proportion de femmes occupant ce poste ne dépassait pas 50 pour cent dans aucun pays de l’UE. La Lettonie (46 pour cent), la Pologne et la Suède (toutes deux 43 pour cent) avaient les parts les plus élevées tandis que Chypre (21 pour cent), le Luxembourg (22 pour cent) et les Pays-Bas (26 pour cent) enregistraient les proportions les plus faibles.

Les femmes sont plus instruites mais moins employées

De nombreux facteurs doivent encore être pris en compte pour comprendre l’écart salarial entre hommes et femmes.

En 2022, le nombre de femmes ayant fait des études supérieures (37,1 pour cent), qui comprend les universités, les collèges et la formation technique, dans l’UE était nettement plus élevé que les hommes (31,4 pour cent).

La proportion de femmes ayant fait des études supérieures était supérieure à celle des hommes dans presque tous les pays de l’UE, à l’exception de l’Allemagne et de l’Autriche.

Cependant, le taux d’emploi des femmes (83,6) était inférieur à celui des hommes (88,9 pour cent) dans l’UE. Ces chiffres démontrent évidemment que les femmes sont moins employées bien qu’elles soient plus instruites.

Les hommes sont davantage employés dans tous les pays de l’UE

Parmi les 15-64 ans, le taux d’emploi des hommes dans l’UE était de 74,7 pour cent en 2023, dépassant celui des femmes (64,9 pour cent) de 9,8 points de pourcentage.

Le taux d’emploi des hommes était supérieur à celui des femmes dans tous les pays de l’UE, allant de 0,3 pp en Lituanie à 19,1 pp en Grèce.

La Turquie, pays candidat, constitue une exception avec 34,6 pp.

Amélioration de la participation au marché du travail, mais l’écart reste élevé

Le taux d’activité des femmes était également inférieur à celui des hommes dans tous les pays de l’UE. En 2022, cette différence était de 9,9 pp dans l’UE selon les données de l’OCDE.

Ce chiffre était de 16,6 pp en 2002.

Même si presque tous les pays, à l’exception de la Roumanie, ont connu des améliorations visant à réduire cet écart au cours des deux dernières décennies, l’écart entre les sexes en matière de taux d’activité était toujours supérieur à 10 points de pourcentage dans huit pays de l’UE, dont la Roumanie, l’Italie et la Grèce.

L’Espagne, Malte et le Luxembourg ont enregistré des progrès considérables dans la réduction de l’écart entre les sexes en matière de participation au marché du travail au cours des deux dernières décennies.

Laisser un commentaire

quatre × trois =