From left to right: Volodymyr ZELENSKYY (President of Ukraine), Maia SANDU (President of Moldova)

Jean Delaunay

Douze États de l’UE demandent des progrès sur l’Ukraine et l’adhésion de la Moldavie avant la présidence hongroise

Les douze capitales affirment que les négociations formelles sur les candidatures des deux pays à l’adhésion à l’UE devraient avoir lieu « d’ici la fin juin ».

Les ministres de douze pays de l’UE ont demandé que les prochaines étapes des candidatures de l’Ukraine et de la Moldavie à l’UE soient ouvertes avant la fin juin, lorsque le gouvernement hongrois de Viktor Orbán doit assumer la présidence tournante du Conseil de l’UE pour six mois. UE.

Dans une lettre adressée à la ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib, dont le gouvernement préside actuellement le Conseil, les ministres affirment que des progrès rapides dans le processus d’adhésion de Kiev et de Chișinău « remonteraient le moral et feraient avancer le travail de réformes dans ces pays ».

La lettre, dont Euractiv a fait état pour la première fois, a été menée par la Tchéquie, selon des sources diplomatiques. Il a également été signé par les ministres des Affaires étrangères ou européennes de Suède, d’Estonie, de Finlande, du Portugal, de Lettonie, de Pologne, de Lituanie, d’Allemagne, de Slovénie, de Roumanie et de Slovaquie.

Même si elle n’a pas officiellement signé la lettre, la France s’est également engagée à « tout faire » pour « tenir la première conférence intergouvernementale avant la fin du mois », selon une source de l’Élysée.

Les douze capitales souhaitent que les États membres adoptent les cadres de négociation – la feuille de route pour les négociations d’adhésion – et lancent les négociations en convoquant les premières conférences intergouvernementales avec les deux pays d’ici la fin du mois.

Les deux mesures nécessitent la bénédiction unanime des 27 États membres de l’UE, mais selon des diplomates, la Hongrie bloque actuellement les deux décisions.

L’ouverture des négociations d’adhésion avec l’Ukraine et la Moldavie a été approuvée en principe par les 27 pays de l’UE dès décembre, la Hongrie s’étant abstenue.

Mais le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a toujours exprimé son opposition à une progression rapide vers l’adhésion de l’Ukraine, citant ses inquiétudes concernant les niveaux de corruption dans le pays et le manque de mesures pour protéger les droits de la minorité hongroise dans la région frontalière de Transcarpatie.

Les pays qui font la queue pour rejoindre le bloc doivent mettre en œuvre une série de réformes, notamment des réformes judiciaires, constitutionnelles et économiques, avant de pouvoir être considérés comme prêts à adhérer. Le processus est notoirement long et a duré en moyenne environ une décennie pour les pays pleins d’espoir.

L’ouverture des négociations n’est qu’une étape parmi une longue série, qui nécessitent toutes le soutien unanime des membres actuels de l’UE.

Alors que le gouvernement d’Orbán doit assumer la présidence du Conseil de l’UE à partir de juillet – lui donnant le pouvoir de fixer l’ordre du jour et de présider les réunions ministérielles – les ministres craignent que les négociations ne dérapent encore davantage à moins que la Hongrie ne concède d’ici la fin juin.

Cela survient alors que l’exaspération à l’égard du gouvernement d’Orbán grandit alors que celui-ci continue d’opposer son veto à des décisions clés concernant l’aide militaire à Kiev.

« Il est temps d’aller de l’avant »

Les douze ministres insistent sur le fait qu’au vu des « résultats obtenus et des efforts de réforme en cours en Ukraine et en Moldavie », il est désormais « temps d’aller de l’avant ».

« Pour poursuivre le processus d’élargissement crédible, l’UE doit apporter des avantages tangibles aux populations des pays respectifs », indique la lettre, qui lance le concept tant vanté d’une intégration progressive aux politiques et programmes de l’UE avant d’accorder aux pays candidats une adhésion à part entière.

Ce concept est défendu dans une proposition conjointe franco-allemande dévoilée en septembre dernier, dans laquelle l’énergie, le marché unique et la sécurité sont présentés comme des domaines politiques potentiels dans lesquels les pays candidats pourraient être intégrés avant de devenir membres de l’UE.

Les dirigeants de l’UE, comme le président du Conseil européen Charles Michel, ont poussé à une accélération des progrès en matière d’adhésion, appelant l’UE elle-même à faire ses devoirs et à se préparer à s’élargir d’ici la fin de cette décennie.

Michel a déjà décrit l’élargissement comme un impératif géopolitique, affirmant que le bloc doit s’agrandir ou risquer d’être confronté à un « nouveau rideau de fer » le long de son flanc oriental.

Mais des critiques comme Orbán ont averti que l’éventuelle intégration de l’Ukraine – le pays frappé par la guerre dont le PIB par habitant est trois fois inférieur à celui de la Bulgarie, la plus petite économie de l’UE – déstabiliserait la structure budgétaire du bloc et signifierait que de nombreux pays de l’UE changeraient de pays. de bénéficiaires nets à contributeurs nets.

Les experts estiment que l’adhésion potentielle de l’Ukraine à l’UE pourrait avoir un impact compris entre 110 et 136 milliards d’euros sur le budget septennal du bloc, soit un coût compris entre 0,1 % et 0,13 % du produit intérieur brut (PIB) de l’UE.

Laisser un commentaire

17 − treize =