Security officials examine the scene of a bomb blast in Khanozai, Pashin, a district of Pakistan

Jean Delaunay

Deux attentats à la bombe contre des bureaux politiques au Pakistan font au moins 26 morts chaque jour avant le début du vote

Le vote commencera demain pour les élections législatives avec la police déployée dans tout le pays pour assurer la sécurité.

Deux attentats à la bombe contre les bureaux électoraux d’un parti politique et d’un candidat indépendant dans le sud-ouest du Pakistan ont tué au moins 26 personnes et en ont blessé plus de deux douzaines d’autres, ont annoncé mercredi des responsables.

Personne n’a immédiatement revendiqué ces attaques, survenues un jour avant la tenue d’élections parlementaires au Pakistan.

La première attaque a touché le bureau électoral d’Asfandyar Khan à Pashin, un district de la province du Baloutchistan, a déclaré Jan Achakzai, porte-parole du gouvernement local. Au moins 15 personnes ont été tuées dans l’attaque et les blessés, dont certains dans un état critique, sont transportés vers un hôpital voisin, selon les autorités.

Plus tard mercredi, un autre attentat à la bombe contre le bureau électoral du parti Jamiat Ulema Islam (JUI) du politicien Fazlur Rehman au Baloutchistan a tué au moins 11 personnes, ont indiqué les autorités.

Le Premier ministre par intérim Anwaarul-Haq-Kakar a dénoncé les attentats à la bombe au Baloutchistan et a présenté ses condoléances aux familles des victimes. Il a promis que « toute tentative visant à saboter l’ordre public sera contrecarrée ».

Kakar a déclaré que le gouvernement était déterminé à organiser des élections dans un environnement pacifique.

Le ministre de l’Intérieur par intérim, Gohar Ejaz, a également dénoncé les attentats à la bombe, affirmant que personne ne serait autorisé à saboter le processus électoral.

Insurrection et radicalisme

Ces dernières années, le Pakistan a eu du mal à contenir la montée du militantisme. Ces attentats à la bombe ont eu lieu malgré le déploiement de dizaines de milliers de policiers et de forces paramilitaires à travers le Pakistan pour assurer la paix suite à une récente recrudescence d’attaques militantes dans le pays, notamment au Baloutchistan.

L’Armée de libération du Baloutchistan, interdite, a été à l’origine de multiples attaques contre les forces de sécurité, notamment une attaque le 30 janvier contre des installations de sécurité qui a tué six personnes.

Cette province riche en gaz, située à la frontière de l’Afghanistan et de l’Iran, est le théâtre d’une insurrection de faible intensité de la part des nationalistes baloutches depuis plus de deux décennies. Les nationalistes baloutches voulaient initialement obtenir une part des ressources provinciales, mais ils ont ensuite lancé une insurrection pour l’indépendance.

Les talibans pakistanais et d’autres groupes militants sont également fortement présents dans la province du Baloutchistan et ont pris pour cible les civils ces dernières années.

Le JUI est l’un des principaux partis islamistes radicaux du Pakistan et est connu pour son soutien aux talibans afghans. Ses écoles religieuses sont réparties dans tout le pays, notamment dans le nord-ouest et au Baloutchistan, frontalier de l’Afghanistan.

Alors que de nombreux dirigeants talibans d’Afghanistan ont étudié dans les séminaires islamiques du JUI, Rehman et les dirigeants de son parti ont été attaqués par le groupe État islamique et d’autres militants ces dernières années.

La violence avant les élections et le jour du scrutin est courante dans le pays. Dans l’une des pires attaques de ce type, l’ancienne Première ministre pakistanaise Benazir Bhutto a été tuée dans une attaque à l’arme à feu et à la bombe en 2007, quelques minutes seulement après avoir pris la parole lors d’un rassemblement électoral dans la ville de garnison de Rawalpindi.

Son fils, Bilawal Bhutto-Zardari, a mené la campagne de son Parti du peuple pakistanais jusqu’à mardi soir, dans un contexte de sécurité renforcée.

Laisser un commentaire

treize + dix-sept =