Two years on: How is Ukraine adapting to a long-term war?

Jean Delaunay

Deux ans après : comment l’Ukraine s’adapte-t-elle à une guerre de longue durée ?

La journaliste d’L’Observatoire de l’Europe Valérie Gauriat se rend à Kiev et dans le Donbass pour voir comment la population ukrainienne fait face à un conflit qui fait désormais partie de son quotidien.

Plus de 10 000 civils sont morts depuis le début de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022. Beaucoup espéraient que les combats seraient de courte durée, mais le conflit, qui en est maintenant à sa troisième année, s’est transformé en une guerre d’usure.

Par une journée pluvieuse de février, Antonina Danylevich, l’épouse d’un soldat ukrainien, et quelques dizaines de femmes s’étaient réunies à Kiev pour réclamer des conditions de service plus courtes pour les soldats mobilisés sur la ligne de front depuis les premiers jours de la guerre.

« Mon mari est dans la zone de combat depuis deux ans. Pendant tout ce temps, il n’a eu que 30 jours de congé. Il faut que nos hommes soient remplacés, qu’ils aient le temps de se reposer. Et après, s’ils veulent rentrer, tant mieux. « , a déclaré Antonina à L’Observatoire de l’Europe.

Une absence durement ressentie

Chaque samedi, dans un lieu secret aux portes de la capitale ukrainienne, des groupes de femmes participent à des entraînements militaires, sous l’égide de « Ukraine Walkyrie ».

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Roman Pilipey (@romanpilipey)

Daryna Trebukh a fondé le cours après le retrait des troupes russes de la région de Kiev en mars 2022. « Après ce qui s’est passé à Bucha et Irpin, nos femmes étaient sans défense, elles étaient sous occupation et elles ne savaient pas comment se protéger. J’ai donc décidé de créer cette école de survie, pour apprendre aux femmes à se défendre », a-t-elle expliqué.

Daryna et ses stagiaires s’attendent à une guerre de longue durée. Kateryna a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que son mari était en première ligne depuis deux ans : « Ma fille aura 14 ans dans quelques mois, âge auquel elle est autorisée à commencer l’entraînement militaire, non pas avec de vraies armes, mais avec des balles de frappe par exemple ».

« J’aurais préféré que ce ne soit pas le cas, mais la guerre pourrait bien faire partie de son avenir », soupire-t-elle après avoir terminé un exercice de tir.

En attendant dans les coulisses

Les étudiants ukrainiens apprennent également à s’adapter à la guerre. Nous visitons le prestigieux Institut polytechnique de Kyiv. De nombreux cours sont désormais dispensés à distance.

Mais un nouvel espace ultra-sécurisé a été aménagé pour permettre aux étudiants de travailler sur place en temps de guerre.

« Dans ce refuge moderne, les étudiants et les enseignants peuvent travailler de manière sûre et confortable, lorsqu’il n’y a pas d’alerte et lorsque l’alerte est activée », explique le vice-recteur Vitali Pasichnyk.

Générateurs, systèmes de ventilation, connexion internet, aires de repos, rien n’a été laissé de côté. Financée par des entreprises, l’initiative doit être répliquée dans d’autres universités du pays.

« Si vous ne soutenez pas les jeunes étudiants, ils pourraient quitter l’Ukraine. Vous pouvez créer des innovations ici, créer des entreprises. C’est plus qu’une simple réaction à l’agression de la Russie. C’est un investissement dans notre avenir », sourit Pasichnyk.

Nous suivons Ivan, 20 ans, dans un laboratoire de recherche de l’Institut. Lui et un groupe de camarades sont en train d’assembler une civière électronique qui peut être contrôlée à distance et utilisée pour transporter les soldats blessés loin de la ligne de front.

« Il faut trois ou quatre personnes pour transporter un soldat blessé avec son équipement, mais avec cela, il suffit de le placer sur une civière et de le chasser à distance », a expliqué Ivan.

Au-delà de leur participation à l’effort de guerre, les étudiants ont des ambitions pour l’avenir. « Nous gagnons en compétences avec ce projet. Mon rêve est d’aider à développer l’Ukraine et à créer des entreprises modernes, pour produire des choses nouvelles et compétitives. Nous avons un énorme potentiel », a-t-il ajouté.

L’un des secteurs d’avenir en plein essor est celui de la fabrication de drones. Des centaines d’usines de drones ont vu le jour dans toute l’Ukraine au cours des deux dernières années.

Airlogix a fait visiter L’Observatoire de l’Europe ; une trentaine de drones de surveillance et de reconnaissance sont expédiés chaque mois depuis son usine.

« Ils permettent à nos forces armées de voler profondément dans les lignes ennemies et d’identifier les équipements ennemis, tels que les systèmes de défense aérienne, la guerre électronique, l’armurerie, les entrepôts, etc. », a déclaré le PDG Vitalii Kolisnichenko.

« Dans cette guerre, vous devez être technologiquement avancé. Nous considérons les drones comme la clé de notre victoire.

D’une startup fabriquant des drones cargo, comptant une dizaine de salariés il y a deux ans, Vitalii emploie aujourd’hui une centaine de personnes. Il prévoit de doubler prochainement la production et de l’étendre aux drones kamikazes et bombardiers.

Une expansion soutenue par l’État ukrainien. Les baisses d’impôts, ou encore le relèvement des seuils de profit autorisés pour les contrats militaires, ont favorisé la naissance de centaines d’usines comme celle-ci.

« C’est un véritable coup de pouce pour des entreprises comme la nôtre, car nous réinvestissons. Nous essayons continuellement d’inventer des technologies qui nous aideront à remporter notre victoire. »

À long terme, Kolisnichenko estime que les drones pourraient devenir l’une des principales exportations ukrainiennes et contribuer à stimuler l’économie du pays : « Je pense qu’à terme, l’Ukraine deviendra le centre des technologies sans pilote, pour le monde entier. »

Nous quittons Kiev pour nous diriger vers les régions proches de la ligne de front, qui s’étend sur un millier de kilomètres au sud et à l’est de l’Ukraine.

Des zones qui concentrent une grande partie des infrastructures industrielles du pays, très exposées aux bombardements russes.

Située à la périphérie de la ville de Zaporizhzhia, se trouve l’une des plus grandes usines sidérurgiques d’Ukraine.

Volonté de fer

Zaporizhstal est devenu le premier producteur d’acier et de fonte du pays, après la destruction du tristement célèbre site d’Azovstal lors de la bataille de Marioupol, dans les premiers mois de l’invasion à grande échelle.

En deux ans, l’usine a perdu un quart de ses 10 000 salariés, mobilisés ou partis vers des zones plus sûres dans le pays ou à l’étranger.

Le site fonctionne désormais à 70 pour cent de sa capacité. Non sans obstacles.

« Le principal type de logistique pour les industries métallurgiques était la logistique maritime.

Nous avons été contraints de nous tourner vers le transport ferroviaire, quatre fois plus cher. Et nous ne pouvons pas non plus importer toutes les matières premières dont nous avons besoin, ni atteindre les volumes auxquels nous avons besoin pour vendre nos produits.» déclare le PDG Roman Slobodianuk.

Située à une quarantaine de kilomètres de la ligne de front, l’usine est constamment menacée. Mais les ouvriers tiennent le coup.

Maksym travaillait à l’usine Azovstal et a pu trouver un emploi ici. « Je ne peux m’empêcher de penser aux dangers de la guerre. Mais nous sommes des êtres humains, nous devons vivre, nous distraire et nous ne perdons pas espoir. Nous travaillons pour notre victoire. »

Se distraire de la guerre est un défi, pour les adultes comme pour les enfants.

Nous terminons notre visite à Zaporizhzhia dans un centre d’activités extrascolaires que nous ne pouvons identifier pour des raisons de sécurité. La séance d’escalade que nous devions filmer a été interrompue juste avant notre arrivée.

«Il y a eu une alerte, nous avons envoyé nos enfants à l’abri anti-aérien», s’excuse Galyna, la directrice du centre. Nous rejoignons les enfants au refuge. « On est habitués aux alertes, il y en a 9 ou 10 par jour, sourit Véronika, 13 ans. « Au début de la guerre, j’avais peur des alarmes. Maintenant, je suis habitué à eux, aux bombardements, aux drones qui volent, à toutes ces choses… »

L’alerte est terminée. Les enfants se dépêchent de retourner à leur séance d’escalade. Avec la guerre, les activités organisées pour les enfants ont été adaptées au contexte de guerre.

Vivre d’une alerte à l’autre

«Nous enseignons aux enfants non seulement comment se déplacer en montagne, comment s’orienter sur le terrain, mais aussi comment prodiguer les premiers secours et comment transporter les victimes, vers différentes zones et dans différentes conditions», explique Svitlana Bebeshko, formateur en chef au centre.

Le moment de répit des enfants est de courte durée, alors qu’une autre sirène hurle. « C’est ainsi que nous travaillons, d’une alerte à l’autre. Mais nous n’avons pas peur d’eux ! Galyna hausse les épaules.

Nous reprenons la route vers l’Est, et la région de Donetsk, dans le Donbass, où la guerre d’usure continue ses ravages.

Vétérinaire le week-end, Evgeniy Tkachov consacre le reste de son temps à aider les habitants des villes et villages proches de la ligne de front.

Il nous emmène dans la ville de Selydove, située à une vingtaine de kilomètres de la ligne de front. Evgeniy et son équipe de l’ONG Proliska avaient organisé une distribution de produits de première nécessité et de panneaux de bois pour les habitants dont les maisons avaient été détruites par les bombardements russes pendant la nuit.

« Chaque jour, de plus en plus de personnes sont dans le besoin. Outre le fait que nous apportons une aide humanitaire, nous appelons les gens à évacuer et à partir. Les gens ont passé toute leur vie dans ces petites villes minières. Il leur est donc très difficile d’aller ailleurs », explique Tkachov.

« Nous n’avons nulle part où aller », soupire Inna, une des habitantes. « Nous louerons un appartement. Nous espérons qu’au moins ce sera calme. Et nous pourrons revenir ici. Nous espérons chaque jour que cela se terminera bientôt. Ou tout sera détruit.

Nous terminons notre voyage dans le village de Selydove, situé à une douzaine de kilomètres du point zéro. Les rangées de maisons détruites offrent un spectacle de désolation.

La plupart des habitants sont partis vers des zones plus sûres. Oleksandr fait partie d’une vingtaine de villageois, sur quelque 150, qui ont décidé de rester, malgré la proximité des combats et les conditions de vie difficiles. Sa femme est partie se mettre en sécurité dans une ville voisine après que leur maison ait été bombardée.

Mais il est resté. Il nous montre les deux petites pièces dans lesquelles il vit désormais, après avoir reconstruit le toit et les murs. Oleksandr n’a plus de travail et dépend de la nourriture et des produits de première nécessité livrés chaque semaine par des bénévoles. Mais partir n’est pas une option.

«C’est ma terre. C’est la terre de mon père, la terre de mon grand-père et de mon arrière-grand-père. Pourquoi devrais-je aller quelque part ? s’exclame-t-il, alors que les explosions déchirent l’air. « Personne ne serait resté ici s’il n’avait pas cru que nous allions gagner, que la guerre se terminerait avec notre victoire. »

L’un des militaires opérant dans la zone nous rend une visite inattendue.

« Je viens du front. C’est dur. Les combats se poursuivent. Ils tentent de capturer Avdiivka. Ils arrivent, ils arrivent ! », dit sévèrement le soldat. « La guerre est le travail le plus dur qui puisse être dans cette vie », soupire-t-il avant de partir. «Je suis en route pour servir la Patrie».

Quelques jours plus tard, la ville d’Avdiivka tombait aux mains de l’armée russe.

Laisser un commentaire

neuf − 2 =