Des sculptures géantes « Vivre et respirer » envahissent le Hamburger Bahnhof Museum de Berlin

Jean Delaunay

Des sculptures géantes « Vivre et respirer » envahissent le Hamburger Bahnhof Museum de Berlin

L’immense salle d’exposition du Hamburger Bahnhof Museum de Berlin est un espace imposant à remplir mais qui a permis à Eva Fabregas de laisser libre cours à son imagination. Et le résultat est incroyablement impressionnant.

Les salles principales du musée d’art contemporain Hamburger Bahnhof à Berlin étaient autrefois le hall d’arrivée d’une gare.

Aujourd’hui, c’est l’un des plus grands espaces d’exposition d’Allemagne. Mais c’est un espace intimidant.

Eva Fabregas, née à Barcelone, est la dernière artiste à avoir tenté de s’imposer, ainsi que son travail, et elle ne se retient pas.

Environ 70 sculptures colorées gonflables sont exposées – certaines sur le sol, mais beaucoup grimpent sur les murs jusqu’au plafond, apprivoisant l’espace.

« J’ai une façon de travailler qui, pour moi, vient beaucoup de mes doigts. Je ne suis pas une personne qui… Mes connaissances et mon processus d’apprentissage viennent plus de la peau et du corps que de mon esprit rationnel, vous savoir. » dit Fabregas.

AP Photo
Eva Fabregas, née à Barcelone, explique la motivation derrière son travail à Berlin

Fabregas est née à Barcelone en 1988. Elle a étudié les beaux-arts à l’Université de Barcelone puis au Chelsea College of arts de Londres.

Elle a exposé à Barcelone, Londres, Munich et Gand, mais l’exposition au Hamburger Bahnhof est son plus grand projet à ce jour.

AP Photo
C’est l’un des plus grands espaces d’exposition d’Allemagne.
AP Photo
Environ 70 sculptures colorées gonflables – certaines sur le sol mais beaucoup rampant des murs jusqu’au plafond, apprivoisant l’espace.

Sam Bardaouil, le directeur de Hamburger Bahnhof et a pris la décision de faire venir Fabregas dans la capitale allemande.

« Elle a créé 70 sculptures spécialement pour son exposition ici. Et vous êtes transporté dans un monde entre humain, non humain, généré par la technologie. C’est très organique. Vous vous rendez compte que ces sculptures ne sont pas entièrement statiques. Il y a un mouvement subtil. ils respirent. » il explique.

L’exposition « Eva Fabregas. Amoureux dévorants » jusqu’au 7 janvier 2024.

Laisser un commentaire

trois × trois =