Brown Florida carpenter ants are now known to be miniature surgeons

Milos Schmidt

Des scientifiques découvrent que les fourmis sont capables de pratiquer des amputations et de sauver des vies

On a découvert que les fourmis charpentières brunes de Floride possédaient des compétences chirurgicales jusqu’alors considérées comme exclusives aux humains.

Vous êtes-vous déjà demandé si la pratique de la chirurgie salvatrice était propre aux humains ? Vous serez peut-être surpris d’apprendre que les fourmis le font aussi.

Des scientifiques ont découvert qu’une espèce, les fourmis charpentières brunes communes de Floride, originaires de cet État américain, possèdent une intelligence médicale.

Ces minuscules créatures traitent de manière sélective les membres blessés de leurs congénères fourmis dans leurs nids, soit en nettoyant leurs blessures, soit en amputant les membres et les parties du corps endommagés.

Une nouvelle étude, publiée dans la revue Current Biology, révèle le talent des fourmis dans le domaine médical.

Il révèle que les insectes ont pu adapter leur choix de soins au type de blessure qui leur a été présentée et ont également réussi à aider leurs compagnons de nid à se rétablir.

Cette révélation constitue un grand pas en avant pour la compréhension de l’espèce.

« Lorsque nous parlons de comportement d’amputation, c’est littéralement le seul cas dans lequel une amputation sophistiquée et systématique d’un individu par un autre membre de son espèce se produit dans le règne animal », explique Erik Frank, écologiste comportemental de l’Université de Würzburg et co-auteur de l’étude.

Soins des plaies et amputations chez les fourmis en action - image extraite d'une vidéo réalisée par les chercheurs
Soins des plaies et amputations chez les fourmis en action – image extraite d’une vidéo réalisée par les chercheurs

Qu’ont découvert les scientifiques sur le processus de pensée médicale des fourmis ?

Dans un article publié en 2023, il a été découvert qu’un autre groupe de fourmis, Megaponera analis, est capable d’utiliser une glande spéciale pour inoculer les blessures avec des composés antimicrobiens destinés à apaiser d’éventuelles infections.

Cela signifie que le soin des plaies chez les fourmis n’était pas un phénomène entièrement inconnu.

Cependant, les fourmis charpentières de Floride sont particulièrement impressionnantes car elles n’ont pas cette glande et semblent plutôt utiliser uniquement des moyens mécaniques pour traiter leurs compagnes de nid.

Les scientifiques ont découvert que leurs soins mécaniques impliquent l’une des deux voies suivantes : les fourmis effectuent soit un nettoyage de la plaie uniquement avec leurs pièces buccales, soit choisissent d’effectuer un nettoyage suivi de l’amputation complète de la patte.

Les fourmis ont été observées pour évaluer le type de blessure et ensuite prendre des décisions éclairées pour sélectionner l’itinéraire à suivre.

Dans le cadre de l’étude, deux types de blessures aux jambes ont été analysés : les lacérations du fémur et celles du tibia, qui ressemble à une cheville.

Les experts ont constaté que toutes les blessures au fémur étaient accompagnées d’un nettoyage initial de la coupure par un compagnon de nidification, suivi d’un autre compagnon de nidification qui rongeait entièrement la jambe.

En revanche, pour les blessures au tibia, les fourmis n’ont procédé qu’au nettoyage moins invasif de la bouche.

Dans les deux cas, l’intervention des fourmis a permis aux insectes patients présentant des plaies infectées d’avoir un taux de survie beaucoup plus élevé.

« Les blessures au fémur, pour lesquelles on amputait toujours la jambe, avaient un taux de réussite d’environ 90 ou 95 pour cent », explique Frank. « Pour le tibia, où on n’amputait pas, le taux de survie était tout de même d’environ 75 pour cent. »

Sans cette aide, les taux de survie des écorchures infectées du fémur et du tibia non traitées sont significativement plus faibles, respectivement de 40 et 15 pour cent.

« Ce niveau de coopération innée me frappe beaucoup », déclare Frank.

Comment les fourmis savent-elles comment traiter les blessures avec succès ?

Dans le cadre de la recherche, les scientifiques ont émis l’hypothèse que la voie privilégiée en matière de soins des plaies pourrait être liée au risque d’infection au niveau du site de la plaie.

Les micro-CT scans des fémurs ont montré qu’ils sont en grande partie composés de tissu musculaire – suggérant qu’ils jouent un rôle fonctionnel de pompage du sang de la jambe vers le corps principal.

En cas de blessure, les muscles sont compromis, ce qui réduit leur capacité à faire circuler le sang potentiellement chargé de bactéries.

En revanche, le tibia possède beaucoup moins de tissu musculaire et, par conséquent, est beaucoup moins impliqué dans la circulation sanguine.

« Dans le cas des lésions du tibia, la circulation de l’hémolymphe était moins entravée, ce qui permettait aux bactéries de pénétrer plus rapidement dans le corps. Dans le cas des lésions du fémur, la vitesse de circulation sanguine dans la jambe était ralentie », explique Frank.

On pourrait penser, dans ce cas, que, comme les lésions du tibia entraînent des infections plus rapides, l’amputation de la jambe entière serait la mesure la plus appropriée.

Cependant, c’est le contraire qui a été observé : cela est dû à la vitesse à laquelle les fourmis peuvent amputer une jambe.

Une amputation typique provoquée par une fourmi prend au moins 40 minutes. Dans le cas d’une blessure au tibia, si la patte n’est pas immédiatement retirée après l’infection, la fourmi ne survivra pas.

«Ainsi, comme elles ne sont pas en mesure de couper la patte suffisamment rapidement pour empêcher la propagation de bactéries nocives, les fourmis tentent de limiter la probabilité d’une infection mortelle en passant plus de temps à nettoyer la plaie du tibia», explique Laurent Keller, auteur principal du rapport et biologiste évolutionniste de l’Université de Lausanne.

« Les fourmis sont capables de diagnostiquer une blessure, de voir si elle est infectée ou stérile et de la traiter en conséquence sur de longues périodes de temps par d’autres individus – le seul système médical qui puisse rivaliser avec cela serait celui des humains », ajoute Frank.

Mais quelle est la raison derrière cette apparente expertise médicale chez ces fourmis ?

« Il s’agit en réalité d’un comportement inné », explique Keller. « Le comportement des fourmis change en fonction de l’âge d’un individu, mais il existe très peu de preuves d’un quelconque apprentissage. »

Laisser un commentaire

six + 9 =