Des ONG remettent plus de 260 000 signatures pour protéger le parc espagnol de Doñana à la Commission européenne

Jean Delaunay

Des ONG remettent plus de 260 000 signatures pour protéger le parc espagnol de Doñana à la Commission européenne

Un groupe d’ONG a remis à la Commission européenne une pétition de plus de 260 000 signatures pour protéger le parc national espagnol de Doñana.

Les organisations pensent que le parc est menacé par un projet de loi présenté par le gouvernement de droite d’Andalousie, qui élargirait considérablement les zones d’irrigation pour les agriculteurs locaux.

La législation proposée a déclenché une tempête politique, opposant les partis progressistes espagnols, qui contrôlent le gouvernement central et s’opposent avec force à la mesure andalouse, et les conservateurs, qui ont récemment fait des gains aux élections locales.

La dispute atteint Bruxelles après que la Commission européenne a publiquement exprimé ses inquiétudes concernant les plans et a exhorté les autorités espagnoles à se conformer à une décision rendue en 2021 par la Cour de justice européenne.

Le tribunal avait condamné l’Espagne pour ne pas avoir protégé de manière adéquate le parc contre « l’extraction excessive d’eau » et les dommages qui en résultent pour ses habitats.

Doñana, qui a la catégorie légale de réserve naturelle, est réputée pour ses écosystèmes uniques et sa riche faune, y compris des espèces menacées comme le lynx ibérique. Il représente également une route importante pour des millions d’oiseaux qui migrent chaque année de l’Europe du Nord vers l’Afrique chaque année.

Mais cette riche biodiversité est depuis des décennies sous la pression de l’agriculture intensivela surexploitation, l’assèchement des marais, la prévalence des puits illégaux et l’afflux continu de touristes, s’ajoutant aux malheurs causés par le changement climatique.

Le projet de loi a encore aggravé l’inquiétude quant à l’avenir du parc, comme en témoignent les 262 728 signatures recueillies par Ecologistas en Acción, Salvemos Doñana, SEO/BirdLife, Wemove et le World Wildlife Fund (WWF).

Les ONG ont rencontré mercredi après-midi Virginijus Sinkevičius, le commissaire européen à l’environnement, et lui ont personnellement remis la collection de signatures, dans un appel direct à l’action pour sauvegarder les aquifères de Doñana.

« Nous voulons arrêter cette loi. Nous sommes venus ici parce que nous voulons l’arrêter. Et nous allons faire tout notre possible », a déclaré Nuria Blázquez, d’Ecologistas en Acción, à L’Observatoire de l’Europe avant de se rendre à la réunion.

« Si nous ne l’arrêtons pas avant qu’il ne soit approuvé, il sera arrêté par la Commission européenne ou le peuple espagnol parce que nous ne pouvons pas permettre la destruction de Doñana. »

Les ONG ont appelé Sinkevičius, qui a pris la défense de la réserve naturelle, à prendre des mesures juridiques, mais l’exécutif ne peut pas lancer une affaire formelle jusqu’à ce que la loi passe par le parlement andalou et entre en vigueur.

Le processus législatif est actuellement suspendu, dans l’attente des élections générales anticipées prévues le 23 juillet.

Juan Manuel Moreno, premier ministre du gouvernement andalou, dit la semaine dernière il s’est dit ouvert à la « possibilité d’inclure des modifications susceptibles d’améliorer le texte juridique », même si le délai de dépôt d’amendements est déjà passé.

« Aucun poste ne devrait être inamovible », a déclaré Moreno.

Le premier ministre a cependant défendu l’essence de la loi et a fait valoir qu’il était nécessaire de « donner une réponse » à environ 1 500 agriculteurs qui travaillent aujourd’hui dans un vide juridique et dont les récoltes souffrent d’une sécheresse persistante.

La production agricole de Doñana est fortement axée sur les fruits rouges comme les fraises, qui nécessitent une irrigation constante et abondante.

Moreno a précédemment déclaré que l’expansion des zones d’abreuvement couvrirait entre 700 et 800 hectares. Mais selon une estimation publiée par le WWF, la loi, dans sa forme proposée, légaliserait jusqu’à 1 900 hectares.

Les ONG ont utilisé ce nouveau chiffre pour soutenir leur campagne d’opposition contre ce qu’elles appellent une « attaque écologique » contre l’une des zones humides les plus importantes d’Europe.

« Les politiques ont une vision à court terme de gagner des élections tous les quatre ans. Il faut avoir une vision à long terme. Aujourd’hui, il faut être cohérent avec ce que disent les experts et ce qui se passe : on va avoir moins d’eau , nous allons avoir des températures plus élevées », a déclaré Felipe Fuentelsaz, du Fonds mondial pour la nature en Espagne.

« Par conséquent, parier sur des activités économiques qui nécessitent un usage intensif de l’eau, c’est prendre du recul. C’est du recul. »

Laisser un commentaire

quatre × un =