The UK is returning a selection of Asante Gold looted from Ghana over 100 years ago in a historic loan deal.

Jean Delaunay

Des musées britanniques vont prêter des objets pillés au Ghana

Le Royaume-Uni restitue une sélection d’or Asante pillé au Ghana il y a plus de 100 ans dans le cadre d’un accord de prêt historique.

Deux des principaux musées nationaux du Royaume-Uni vont prêter une sélection d’objets provenant du Ghana il y a plus de 100 ans.

Le Victoria & Albert Museum (V&A) et le British Museum ont signé un accord de prêt pour restituer 32 objets d’insignes royaux. La plupart des pièces seront vues au Ghana pour la première fois depuis 150 ans.

Le V&A prêtera 17 objets, tandis que le British Museum enverra 15 pièces dans le cadre d’accords de prêt de trois ans – avec une option de prolongation pour la même durée, a rapporté la BBC.

Les objets ont été emportés lors des guerres du XIXe siècle entre le Royaume-Uni et les Asante, notamment une casquette de cérémonie décorée d’ornements en or, une épée d’État, des insignes en or portés par les fonctionnaires et un calumet de la paix en or.

Une déclaration conjointe du BM et du V&A reconnaît que les objets saisis avaient « une signification culturelle, historique et spirituelle pour le peuple Asante ». Les saisies sont également « liées de manière indélébile à l’histoire coloniale britannique en Afrique de l’Ouest ».

L’accord de prêt ghanéen a été conclu avec Otumfo Osei Tutu II, l’actuel roi Asante connu sous le nom d’Asantehene.

Les objets seraient exposés au musée du palais Manhyia à Kumasi, la capitale de la région d’Asante, pour célébrer le jubilé d’argent des Asantehene.

Une bague en or Asante, un insigne en or porté par le roi "laveur d'âme"une pipe de cérémonie (toutes de V&A) et un couteau de cérémonie et un fourreau (de BM)
Une bague en or Asante, un insigne en or porté par le « laveur d’âmes » du roi, une pipe de cérémonie (tous de V&A) et un couteau et un fourreau de cérémonie (de BM)

Tristram Hunt, directeur du V&A, a déclaré que les objets en or retirés de la cour du roi Asante sont l’équivalent de « nos joyaux de la couronne ».

Hunt a également déclaré que lorsque les musées « détiennent des objets provenant de guerres et de pillages lors de campagnes militaires, nous avons la responsabilité envers les pays d’origine de réfléchir à la manière dont nous pouvons les partager plus équitablement aujourd’hui ».

Le problème est que certains musées nationaux du Royaume-Uni – notamment le V&A et le British Museum – sont interdits par la loi de « radier » des objets de leurs collections, c’est-à-dire de restituer définitivement des objets contestés dans leurs collections. Les accords de prêt, comme l’accord historique avec le Ghana, sont considérés comme un moyen de permettre aux objets de retourner dans leur pays d’origine. Cependant, un argument récurrent est que les prêts impliquent que le Royaume-Uni soit propriétaire d’objets controversés.

Hunt préconise une modification de la loi et a déclaré qu’il aimerait voir « plus de liberté pour les musées, mais ensuite une sorte de filet de sécurité, un comité auprès duquel nous devrions faire appel si nous voulions restituer des objets ».

Certains voient tout changement à cet égard comme une menace directe pour les musées britanniques et craignent que ces institutions perdent certains de leurs objets les plus précieux.

Pourtant, même si le prêt du Ghana a été largement applaudi, il reste encore un long chemin à parcourir, car de nombreux pays continuent de chercher à rapatrier leurs trésors et le Royaume-Uni est confronté à des différends de longue date sur le rapatriement.

La question des marbres du Parthénon est l’un des exemples les plus médiatisés.

La Grèce réclame depuis longtemps la restitution de la frise vieille de 2 500 ans prise à Athènes au début du XIXe siècle par le diplomate britannique Lord Elgin. Les sculptures classiques sont exposées au British Museum.

L’année dernière, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a intensifié sa guerre des mots avec le dirigeant grec, accusant le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis de tenter de « faire valoir » les marbres controversés du Parthénon. Mitsotakis, quant à lui, a déclaré que le différend avait contribué à attirer l’attention internationale sur la revendication de longue date de la Grèce sur ces objets.

Athènes souhaite qu’elles soient restituées afin qu’elles puissent être exposées aux côtés du reste des sculptures du Parthénon dans un musée spécialement construit à Athènes.

Le président du conseil d’administration du British Museum, George Osborne, a récemment déclaré qu’il recherchait une « voie pratique, pragmatique et rationnelle ».

Laisser un commentaire

dix-sept − 4 =