Demonstrators wave Georgian and EU flags as they gather outside the parliament building in Tbilisi on April 17, 2024

Jean Delaunay

Des milliers de personnes manifestent en Géorgie contre la loi controversée sur l’influence étrangère

La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili a déclaré qu’elle opposerait son veto à la loi si elle était adoptée par le Parlement, mais que le parti au pouvoir peut passer outre ce veto en recueillant 76 voix.

En Géorgie, des milliers de personnes sont à nouveau descendues dans les rues de la capitale Tbilissi pour protester contre la loi controversée sur la transparence des influences étrangères.

Le projet de loi controversé exige que les médias et les organisations non commerciales s’enregistrent comme étant sous influence étrangère s’ils reçoivent plus de 20 % de leur financement de l’étranger.

Les critiques l’ont surnommée « la loi russe », car Moscou utilise une législation similaire pour stigmatiser les médias et les organisations considérées comme étant en désaccord avec le Kremlin.

De nombreux manifestants craignent que le projet de loi ne porte atteinte à la démocratie et ne fasse dérailler les chances du pays d’adhérer à l’Union européenne.

« Je pense que nous avons maintenant le combat le plus important et le plus crucial. Soit nous sauvons notre pays et maintenons notre voie européenne, soit nous perdons notre patrie », a déclaré la manifestante Ana Subeliani. « Mais cette énergie et cette foi, le nombre de jeunes ici, me donne l’espoir que nous aurons la victoire à la fin ».

Des policiers bloquent les manifestants alors qu'ils se rassemblent devant le bâtiment du Parlement à Tbilissi, le 16 avril 2024.
Des policiers bloquent les manifestants alors qu’ils se rassemblent devant le bâtiment du Parlement à Tbilissi, le 16 avril 2024.

Mais malgré une forte opposition publique, le parti au pouvoir, le Rêve géorgien, semble déterminé à faire avancer la loi.

« Ils ne peuvent même pas citer un seul argument pour expliquer pourquoi cette loi est russe ou mauvaise. Au moins, ils disent qu’ils n’aiment pas ce nom », a déclaré le leader de la majorité parlementaire Mamuka Mdinaradze.

Dans une déclaration en ligne au début du mois, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a qualifié la décision du Parlement de « développement très préoccupant » et a averti que « l’adoption finale de cette législation aurait un impact négatif sur les progrès de la Géorgie sur la voie de l’UE ».

Bien que la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili ait déclaré qu’elle opposerait son veto à la loi si elle était adoptée par le Parlement, le parti au pouvoir peut passer outre ce veto en recueillant 76 voix. Ensuite, le président du Parlement peut le signer.

D’autres manifestations, en faveur ou contre la loi, sont prévues lundi à Tbilissi.

Laisser un commentaire

seize − 2 =