Des militants remettent au Parlement européen une pétition forte de 540 000 personnes contre la maltraitance des enfants en ligne

Jean Delaunay

Des militants remettent au Parlement européen une pétition forte de 540 000 personnes contre la maltraitance des enfants en ligne

Ils réclament les mesures les plus strictes possibles en matière de mesures européennes de prévention et de lutte contre les abus commis sur des enfants en ligne.

Des militants et des survivants ont remis mercredi une pétition comptant plus de 500 000 signatures au Parlement européen demandant une réglementation stricte pour prévenir et combattre les abus sur enfants en ligne, après que le texte approuvé par la commission des affaires juridiques du Parlement ait affaibli la proposition initiale de la Commission européenne.

La pétition a été collectée par l’ONG Justice Initiative auprès de la chanteuse finlandaise et survivante d’abus, Scharliina, interprétant sa chanson lors de l’événement à Bruxelles. Appelé Des morceaux de moila chanson parle de sa propre expérience de maltraitance envers les enfants.

« Tant de jeunes enfants sont victimes de violences sexuelles et aujourd’hui plus que jamais parce que nous avons désormais ce nouveau terrain de jeu en ligne qui n’a aucune réglementation de sécurité pour protéger les enfants de ces crimes horribles », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« Et pour moi, en tant que survivant, il est vraiment important de m’assurer que personne n’ait à vivre ce que j’ai vécu. »

Le dernier texte du Parlement européen a supprimé la capacité des plateformes en ligne à détecter et à supprimer volontairement les contenus pédopornographiques, ce qui ne peut être fait qu’après une décision de justice.

Selon Hilde Wautmans, députée européenne belge, il s’agit de protéger la vie privée des utilisateurs en ligne.

« Le tribunal l’ordonnera très rapidement et nous avons également pris de nombreuses mesures pour empêcher la circulation du matériel, car c’est la chose la plus importante : protéger nos enfants de devenir des victimes », a déclaré Wautmans à L’Observatoire de l’Europe.

« Peut-être que ce n’est pas à 100% ce que nous souhaitons tous, mais c’est un compromis que nous défendrons et un grand pas en avant pour protéger les droits des enfants. »

Un ou trois internautes sont des enfants et, l’année dernière, 32 millions de signalements ont été signalés dans le monde faisant état de soupçons d’exploitation sexuelle d’enfants en ligne.

Catharina Rinzema, eurodéputée néerlandaise qui fait partie de l’Intergroupe Droits de l’Enfant au Parlement, attend également des entreprises qu’elles renforcent leurs propres capacités.

« La partie de la législation qui fait l’objet de nombreux débats est qu’elle est technologiquement neutre. Est-ce vraiment le cas ? » a-t-elle déclaré dans une interview.

« Au moment où nous parlons, de nombreuses entreprises technologiques nous disent qu’elles ont une capacité limitée pour le faire, mais je crois fermement au pouvoir de l’innovation et au pouvoir de la technologie. »

Les négociations entre le Parlement européen et les États membres devraient bientôt commencer, mais de nombreux pays de l’UE sont divisés et souhaitent disposer de plus de temps pour débattre de la question en interne.

Si elle est adoptée, cette législation serait l’une des plus complètes au monde et pourrait devenir une référence pour d’autres régions.

Laisser un commentaire

trois + 9 =