Protesters hold Palestinian flags and placards reading

Jean Delaunay

Des militants pro-palestiniens dénoncent la « neutralité » du pays lors d’une nouvelle manifestation

Lors de la Journée mondiale d’action pour Gaza, des manifestants en Suisse ont appelé à un cessez-le-feu permanent dans la région, accusant le pays d’être « complice du génocide » malgré sa neutralité déclarée.

Plus de 15’000 manifestants pro-palestiniens en Suisse sont descendus samedi dans les rues de Bâle pour organiser leur première manifestation nationale en soutien aux Gazaouis depuis que plusieurs cantons alémaniques ont interdit de telles actions, appelant à un cessez-le-feu immédiat et permanent dans le pays. région.

La manifestation, organisée à l’occasion de la Journée mondiale d’action pour Gaza par la Fédération Suisse-Palestine (FSP) nouvellement fondée, a appelé la population de toute la Suisse à se rassembler pour protester contre la « complicité du gouvernement de leur pays dans la mort d’au moins 22 300 Palestiniens ». lit-on dans un communiqué de presse partagé avec L’Observatoire de l’Europe.

Les manifestants descendent dans les rues de Suisse
Les manifestants descendent dans les rues de Suisse

L’interdiction de manifester dans plusieurs cantons alémaniques a été introduite après la manifestation nationale de solidarité avec les Palestiniens du 4 novembre 2023, la première depuis l’attaque du Hamas le 7 octobre et la guerre menée par Israël contre le groupe militant.

Le FSP, qui représente une alliance de collectifs et d’organisations de tout le pays, a déclaré que cette interdiction constituait « une violation inconstitutionnelle du droit fondamental de manifester ».

Le groupe critique la neutralité déclarée de la Suisse, affirmant que l’engagement neutre et humanitaire du pays conformément aux résolutions de l’ONU a été «flagrement violé» en raison de la position clairement pro-israélienne qu’elle a adoptée depuis le 7 octobre.

« Cela rend la Suisse complice du génocide en cours », a déclaré le groupe. «La complicité de la Suisse va de l’interdiction du droit de manifester dans certains cantons suisses, à la censure des travaux universitaires dans les universités suisses, à l’annulation du soutien financier des ONG palestiniennes, à la tentative d’annuler le travail de l’UNWRA, crucial lors de cette catastrophe humanitaire, jusqu’à l’aide directe au génocide israélien. grâce à une coopération militaire et à des relations économiques continues avec l’État d’apartheid.

Les manifestants descendent dans les rues de Suisse
Les manifestants descendent dans les rues de Suisse

« La neutralité est une politique qui ne sert que le régime d’apartheid israélien et son colonialisme de peuplement », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Catarina Viegas, l’une des militantes présentes à la manifestation de samedi. « Alors qu’un génocide se déroule sous nos yeux, nous refusons de garder le silence face à la violence du pouvoir et jusqu’à ce que tout le monde soit libre. »

Le FSP demande désormais à la Suisse d’introduire des sanctions militaires et économiques contre Israël par le biais du Conseil de sécurité de l’ONU, l’arrêt des investissements dans les entreprises impliquées dans la politique de colonisation et de sécurité israélienne et la décriminalisation du mouvement de solidarité palestinien.

Laisser un commentaire

seize + 18 =