FILE - Journalists walk past Leonardo da Vinci

Jean Delaunay

Des militants jettent de la soupe sur le tableau de Mona Lisa au musée du Louvre

Le groupe « Food Riposte » a revendiqué cette « attaque artistique » et a déclaré que le gouvernement français ne respectait pas ses engagements climatiques.

Deux militants pour le climat ont lancé dimanche de la soupe sur le verre protégeant la Joconde au Musée du Louvre à Paris et scandé des slogans en faveur d’un système alimentaire durable. Cela s’est produit au milieu des protestations des agriculteurs français contre plusieurs problèmes, notamment les bas salaires.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, on pouvait voir deux femmes avec la mention « FOOD RIPOSTE » inscrite sur leurs t-shirts passant sous une barrière de sécurité pour se rapprocher du tableau et jetant de la soupe sur le verre protégeant le chef-d’œuvre de Léonard de Vinci.

« Quelle est la chose la plus importante ? » ils ont crié. « L’art ou le droit à une alimentation saine et durable ?

« Notre système agricole est malade. Nos agriculteurs meurent au travail », ont-ils ajouté.

On pouvait alors voir les employés du Louvre poser des panneaux noirs devant la Joconde et demander aux visiteurs d’évacuer la salle.

La police parisienne a indiqué que deux personnes avaient été interpellées à la suite de cet incident.

Sur son site Internet, le groupe « Food Riposte » a déclaré que le gouvernement français ne respectait pas ses engagements climatiques et a appelé à la mise en place d’un système de santé équivalent au système de santé public du pays pour donner aux gens un meilleur accès à une alimentation saine tout en offrant aux agriculteurs un meilleur accès à une alimentation saine. un revenu décent.

Les agriculteurs français en colère utilisent leurs tracteurs depuis des jours pour établir des barrages routiers et ralentir la circulation à travers la France afin d’obtenir une meilleure rémunération pour leurs produits, moins de bureaucratie et une protection contre les importations bon marché. Ils ont également déversé des déchets agricoles puants aux portes des bureaux du gouvernement.

Vendredi, le gouvernement a annoncé une série de mesures qui, selon les agriculteurs, ne répondent pas pleinement à leurs revendications. Il s’agit notamment de la « simplification drastique » de certaines procédures techniques et de la fin progressive des taxes sur le carburant diesel pour les véhicules agricoles.

Certains agriculteurs ont menacé de converger vers Paris, à partir de lundi, pour bloquer les grands axes routiers menant à la capitale.

Nouveau Premier ministre Gabriel Attal visité dimanche une ferme dans la région Centre d’Indre-et-Loire. Il a reconnu que les agriculteurs se trouvent dans une position difficile car « d’un côté nous disons ‘nous avons besoin de qualité’ et de l’autre ‘nous voulons des prix toujours plus bas’ ».

« L’enjeu est de trouver des solutions à court, moyen et long terme », a-t-il déclaré, « car nous avons besoin de nos agriculteurs ».

Attal a également déclaré que son gouvernement envisageait des mesures « supplémentaires » contre ce qu’il a qualifié de « concurrence déloyale » de la part d’autres pays qui ont des règles de production différentes et importent des produits alimentaires en France.

Il a promis que « d’autres décisions » seraient prises dans les semaines à venir pour répondre aux préoccupations des agriculteurs.

Laisser un commentaire

19 − quatorze =