Migrants stand in front of the Paris City Hall, Wednesday, April 3, 2024.

Jean Delaunay

Des migrants relocalisés depuis Paris avant les Jeux Olympiques

Les groupes humanitaires craignent que cette décision, qui concernait principalement des femmes et des enfants, ne soit le début d’un effort plus large des autorités parisiennes pour évacuer les gens d’ici l’été.

La police française a expulsé des dizaines de migrants du parvis de l’Hôtel de Ville de Paris alors que la capitale s’apprête à entamer son compte à rebours de 100 jours avant le début des Jeux Olympiques.

La police est arrivée à l’aube pour évacuer une cinquantaine de personnes. La plupart étaient des femmes et des enfants âgés de 3 mois à 10 ans, emmitouflés dans des poussettes, sous des couvertures ou recouverts de bâches en plastique pour se protéger de la pluie pendant leur sommeil sur la place.

Sous la surveillance de la police, les migrants ont emballé leurs affaires et sont montés à bord d’un bus pour se rendre dans un logement temporaire du gouvernement dans la ville de Besançon, dans l’est de la France.

Les travailleurs humanitaires ont exprimé leur inquiétude quant au fait que cette décision marque le début d’un effort plus large des autorités parisiennes visant à évacuer les migrants et autres personnes dormant dans la rue avant les Jeux olympiques, sans proposer d’options de logement à plus long terme.

Des migrants debout devant l'Hôtel de Ville de Paris, le mercredi 3 avril 2024.
Des migrants debout devant l’Hôtel de Ville de Paris, le mercredi 3 avril 2024.

« Ils ouvrent la voie aux Jeux Olympiques », a déclaré Yann Manzi, membre du groupe d’aide aux migrants Utopia 56, à l’Associated Press lors de l’opération policière de mercredi dans le centre de Paris. « Ce qui se passe n’est rien de moins qu’un nettoyage social de la ville. »

Les jeux auront lieu entre le 26 juillet et le 11 août. Les organisateurs des Jeux olympiques ont déclaré qu’ils travaillaient avec des groupes humanitaires pour trouver des solutions.

La plupart des familles touchées sont originaires de pays d’Afrique francophone, notamment du Burkina Faso, de Guinée, de Côte d’Ivoire et du Sénégal. Ils dorment sous la façade ornée de l’hôtel de ville depuis des jours, des semaines, voire des mois.

Des groupes humanitaires comme Utopia 56 ont distribué de la nourriture, des couvertures et des couches et ont aidé certains d’entre eux à trouver un hébergement temporaire pour une nuit ou deux.

Laisser un commentaire

vingt + 20 =