Des manifestations au Moyen-Orient et en Europe exigent la fin de la guerre

Jean Delaunay

Des manifestations au Moyen-Orient et en Europe exigent la fin de la guerre

Les marches reflétaient la colère croissante face au nombre croissant de victimes civiles et aux souffrances causées par la guerre entre Israël et le Hamas.

Samedi à Jérusalem, les manifestants ont exigé davantage d’action de la part du gouvernement israélien pour libérer environ 240 otages détenus par le Hamas à Gaza.

Certains voulaient que la guerre cesse, affirmant que la paix était la seule solution.

En Iran, des manifestations massives ont été organisées par les autorités contre l’invasion de Gaza par Israël.

L’Iran est farouchement opposé à l’existence d’Israël et contribue au financement du groupe militant musulman chiite Hezbollah au Liban, qui attaque Israël avec des missiles fournis par l’Iran depuis le début de la guerre.

En Irlande, les manifestants ont exigé un cessez-le-feu. Contrairement à de nombreux pays d’Europe occidentale, les gouvernements irlandais ont fréquemment critiqué Israël, tout en soutenant les droits des Palestiniens.

Des manifestations appelant à un cessez-le-feu ont également eu lieu samedi dans de nombreuses capitales européennes, dont Paris.

Les manifestants, en particulier dans les pays à forte population musulmane, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni et en France, expriment depuis des semaines leur désillusion à l’égard de leur gouvernement qui soutient Israël alors que ses bombardements sur les hôpitaux et les zones résidentielles de la bande de Gaza s’intensifient.

Plus de 12 300 hommes, femmes et enfants palestiniens ont été tués jusqu’à présent, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

Laisser un commentaire

quatre × deux =