Israeli police remove a person protesting against Prime Minister Benjamin Netanyahu

Jean Delaunay

Des manifestants arrêtés alors que les Israéliens exigent que le gouvernement accepte un accord d’otages avec le Hamas

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifié un cessez-le-feu permanent à Gaza de « non-démarrant » tant que les conditions israéliennes de longue date ne seront pas remplies, ce qui semble saper une proposition annoncée vendredi par le président américain Joe Biden comme étant une proposition israélienne.

Certains manifestants antigouvernementaux à Tel Aviv ont été arrêtés après que des échauffourées ont éclaté entre la police et des manifestants exigeant la démission du gouvernement israélien.

Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi à Tel Aviv pour exiger que le gouvernement israélien conclue un accord pour libérer les otages toujours détenus par le Hamas à Gaza.

Ils ont également appelé à de nouvelles élections et à la démission du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Samedi, Netanyahu a qualifié un cessez-le-feu permanent à Gaza de « non-démarreur » tant que les conditions israéliennes de longue date pour mettre fin à la guerre ne seront pas remplies.

Des manifestants protestent contre le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et appellent à la libération des otages détenus à Gaza, le 1er juin 2024.
Des manifestants protestent contre le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et appellent à la libération des otages détenus à Gaza, le 1er juin 2024.

Cette déclaration semble saper une proposition que le président américain Joe Biden avait annoncée vendredi comme étant une proposition israélienne.

Biden a qualifié la proposition en trois phases de « moment véritablement décisif ».

Il a déclaré que la première phase de l’accord proposé durerait six semaines et comprendrait un « cessez-le-feu total et complet », un retrait des forces israéliennes de toutes les zones peuplées de Gaza et la libération d’un certain nombre d’otages, notamment des femmes et des personnes âgées. et les blessés, en échange de la libération de centaines de prisonniers palestiniens.

La deuxième phase comprendrait la libération de tous les otages encore vivants, y compris les soldats de sexe masculin, et le retrait des forces israéliennes de Gaza.

Et la troisième phase appelle au début d’une reconstruction majeure de Gaza, qui fait face à des décennies de reconstruction après les dévastations causées par la guerre.

Le Hamas a publié une déclaration réagissant positivement à l’accord, affirmant qu’il était prêt à s’engager « de manière constructive » dans toute proposition basée sur une fin permanente des combats.

Alors que Biden a reconnu qu’il serait difficile de maintenir la proposition sur la bonne voie, les commentaires de Netanyahu samedi suggèrent que l’accord pourrait être mort avant que quoi que ce soit ait été convenu.

Des Palestiniens déplacés inspectent leurs tentes détruites par une frappe israélienne à l'ouest de Rafah, le 28 mai 2024.
Des Palestiniens déplacés inspectent leurs tentes détruites par une frappe israélienne à l’ouest de Rafah, le 28 mai 2024.

Dans une déclaration commune, le Qatar, l’Égypte et les États-Unis ont tous appelé le Hamas et Israël à finaliser un accord qui incarne les principes énoncés par Biden vendredi.

Pendant ce temps, de la fumée a été vue s’élever samedi en direction de Rafah, dans le sud de Gaza, alors que l’offensive israélienne dans le territoire assiégé se poursuit.

La ville située près de la frontière avec l’Égypte abritait des centaines de milliers de Palestiniens déplacés, contraints de fuir à nouveau après que l’armée israélienne a lancé de nouvelles opérations au début du mois de mai.

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré samedi qu’il n’y avait presque plus de services de santé dans la ville la plus méridionale de Gaza.

L’ONU estime qu’environ 900 000 personnes ont fui Rafah pour chercher des zones plus sûres ailleurs à Gaza.

Laisser un commentaire

1 × 4 =