Des lettres d'amour françaises vieilles de 200 ans ouvertes pour la première fois

Jean Delaunay

Des lettres d’amour françaises vieilles de 200 ans ouvertes pour la première fois

Autrefois oubliées dans les archives militaires britanniques, les lettres d’amour vieilles de 200 ans ont enfin vu le jour, grâce à un professeur de l’université de Cambridge.

Ils n’ont jamais atteint ceux à qui ils étaient destinés : des lettres écrites au XVIIIe siècle à des marins français pendant la guerre de Sept Ans entre la France et la Grande-Bretagne ont enfin été ouvertes, apportant un témoignage à la fois intime et historique.

Initialement considérées comme des documents sans intérêt militaire, ces 104 lettres ont finalement été transférées aux Archives nationales britanniques, où elles sont restées oubliées dans une boîte jusqu’à ce qu’elles attirent l’attention de Renaud Morieux, professeur d’histoire à l’université de Cambridge.

« J’ai simplement demandé à consulter cette boîte par curiosité », a expliqué le chercheur. Ses conclusions ont ensuite été publiées mardi dans la revue académique Annales Histoire Sciences Sociales.

« J’ai réalisé que j’étais la première personne à lire ces messages très personnels », regroupés en trois piles et maintenus ensemble par des rubans.

« Leurs destinataires n’ont pas eu cette chance et c’était très émouvant », a-t-il expliqué, ajoutant que ces lettres contiennent « des expériences humaines universelles ».

« Mon cher mari » lettre d’une femme à son mari

Un aperçu des expressions d’amour des femmes du XVIIe siècle

Écrits principalement par des femmes, ils témoignent de l’expérience des épouses, des mères et des fiancées en temps de guerre, obligées de gérer seules le foyer et de prendre des décisions en l’absence de leurs hommes.

Renaud Morieux a identifié chacun des 181 membres de la frégate Galatée, dont un quart avait été destinataire de ces lettres, et a également mené des recherches généalogiques sur les marins et les épistolaires.

Rien qu’en 1758, un tiers des marins français furent capturés par les Britanniques. Pendant toute la durée de la guerre de Sept Ans, remportée par l’alliance menée par la Grande-Bretagne et la Prusse, 65 000 personnes furent détenues par les Britanniques.

Beaucoup sont morts de maladie et de malnutrition, tandis que d’autres ont finalement été libérés.

Durant cette période, les lettres étaient le seul moyen par lequel leurs familles pouvaient tenter de les contacter.

« Ces lettres parlent d’expériences humaines universelles, elles ne sont pas propres à la France ou au XVIIIe siècle », a ajouté le professeur Morieux.

« Ils révèlent comment nous faisons tous face aux grands défis de la vie. Lorsque nous sommes séparés de nos proches par des événements indépendants de notre volonté comme la pandémie ou les guerres, nous devons trouver comment rester en contact, comment rassurer, prendre soin des gens et les garder. la passion vivante », dit l’historien.

« Aujourd’hui, nous avons Zoom et WhatsApp. Au XVIIIe siècle, les gens n’avaient que des lettres, mais ce qu’ils écrivaient leur semble très familier. »

Aperçu historique des manifestations d'affection au XVIIe siècle
Aperçu historique des manifestations d’affection au XVIIe siècle

L’amour d’outre-tombe

Une lettre de l’épouse d’un officier, une autre d’une mère reprochant à son fils de ne pas lui écrire plus souvent… ces lettres furent saisies par la Royal Navy lors de la guerre qui opposa les Britanniques aux Français entre 1756 et 1763 pour leur possessions coloniales.

« Je pourrais passer la nuit à t’écrire… Je suis ta femme toujours fidèle. Bonne soirée, ma chère amie. Il est minuit maintenant. Je crois qu’il est temps pour moi de me reposer », écrivait Marie Dubosc en 1758 à son mari. Louis Chambrelan, premier lieutenant de la frégate française Galatée, capturée par les Britanniques.

Louis n’a jamais reçu la lettre et sa femme est décédée l’année suivante, presque certainement avant sa libération par les Britanniques.

Dans une autre missive datée du 27 janvier 1758, la mère du jeune marin normand Nicolas Quesnel lui reproche son manque de communication.

« Je pense plus à vous qu’à moi… En tout cas, je vous souhaite une bonne année remplie de bénédictions du Seigneur », a écrit Marguerite, 61 ans, dans une lettre probablement dictée à quelqu’un d’autre.

« Je crois que je suis pour le tombeau, je suis malade depuis trois semaines. Donne mes compliments à Varin (un camarade de bord), c’est seulement sa femme qui me donne de vos nouvelles », a-t-elle ajouté.

Mais le Galatée, parti de Bordeaux pour Québec, est capturé dans l’Atlantique et emmené à Plymouth, sur la côte sud de l’Angleterre, puis enfin à Portsmouth.

Les lettres suivaient le navire de port en port jusqu’à sa capture, avant d’arriver également en Angleterre.

Laisser un commentaire

19 − quatre =