Des fourmis de feu envahissantes ont atteint l'Europe – et elles vont probablement se propager à mesure que le climat se réchauffe

Jean Delaunay

Des fourmis de feu envahissantes ont atteint l’Europe – et elles vont probablement se propager à mesure que le climat se réchauffe

Les fourmis rouges sont l’une des espèces exotiques envahissantes les plus mauvaises et les plus coûteuses au monde – et elles ont élu domicile en Italie.

L’une des pires espèces exotiques envahissantes au monde est arrivée en Europe pour la première fois, révèle une nouvelle étude.

La fourmi rouge a formé une population mature en Sicile, en Italie, selon une étude publiée dans la revue scientifique Current Biology.

L’étude prévient que, avec l’aide du réchauffement climatique, les fourmis pourraient se propager à travers le continent. Le climat de la moitié des zones urbaines européennes est déjà favorable à l’espèce.

Cela pourrait avoir des impacts dévastateurs et coûteux sur la biodiversité, les cultures et la santé humaine.

Pourquoi les fourmis rouges sont-elles dangereuses ?

En tant que butineuses agressives, les fourmis de feu deviennent généralement l’espèce de fourmi dominante lorsqu’elles sont introduites dans un nouveau territoire.

Cela signifie qu’ils peuvent dévaster les populations de fourmis indigènes et détruire les plantes indigènes. Ils possèdent également une piqûre venimeuse qui peut tuer ou blesser les grenouilles, les lézards et les petits mammifères.

Les fourmis peuvent également piquer les gens, rendant les espaces publics tels que les parcs dangereux pour les enfants. Ils peuvent également provoquer une réaction allergique potentiellement mortelle chez un petit pourcentage de personnes qui réagissent à leur venin.

Par la prédation, la compétition et les piqûres, on sait également qu’ils ont un impact sur les oiseaux et les poissons.

En plus de ravager les écosystèmes locaux et la biodiversité, les fourmis de feu peuvent endommager les cultures et infester les équipements électriques.

Elles constituent la cinquième espèce envahissante la plus coûteuse au monde, coûtant près de 20 milliards d’euros en dégâts et en gestion entre 1970 et 2017, selon une estimation publiée dans la revue Nature en 2021.

Les fourmis de feu sont répertoriées parmi les 100 pires espèces exotiques envahissantes par la base de données mondiale sur les espèces envahissantes.

D’où viennent les fourmis rouges ?

Les fourmis rouges – ou Solenopsis invicta – sont originaires d’Amérique du Sud.

En moins d’un siècle, ils se sont répandus via le commerce humain dans une grande partie des États-Unis, du Mexique, des Caraïbes, de la Chine, de Taiwan et de l’Australie. Ils se déplacent souvent dans des sols, du foin, du paillis et des matériaux d’aménagement paysager et de construction infestés.

Solenopsis invicta est déjà répertorié comme « espèce préoccupante » sur la liste des espèces exotiques envahissantes de l’UE.

Rien qu’aux États-Unis, les coûts annuels associés à cette espèce sont désormais estimés à environ 1 milliard de dollars (933 millions d’euros).

La Nouvelle-Zélande est le seul pays à avoir réussi à éradiquer cette fourmi envahissante.

Les fourmis de feu ont déjà été observées dans des produits en Espagne, en Finlande et aux Pays-Bas, mais pas dans la nature, comme en Sicile, où 88 nids ont été trouvés.

Les fourmis de feu vont-elles se propager à travers l’Europe ?

Les habitants proches de la ville sicilienne de Syracuse signalent de fréquentes piqûres de fourmis rouges depuis 2019.

L’analyse génétique des fourmis trouvées dans la région suggère qu’elles pourraient être originaires du sud des États-Unis, de la Chine continentale ou de Taiwan.

On ne sait pas exactement comment ni quand l’espèce a été introduite dans la région, mais elle pourrait avoir transité par le port de fret voisin d’Augusta.

Les chercheurs ont découvert que les fourmis pourraient s’établir dans 7 % de l’Europe et de la Méditerranée dans les conditions environnementales actuelles. Les zones agricoles sont les plus menacées, tandis que la moitié des zones urbaines étudiées disposent de conditions adaptées.

Parmi celles-ci, les villes côtières méditerranéennes disposant d’importantes connexions portuaires sont les plus menacées.

Les projections futures montrent que l’environnement européen deviendra probablement plus adapté aux fourmis à mesure que le climat se réchauffe.

Les chercheurs estiment que la détection et l’action précoces sont essentielles à la gestion de cette nouvelle menace. Les rapports des citoyens sur les piqûres et les nids pourraient aider à suivre la propagation des fourmis.

Laisser un commentaire

17 − neuf =