Des doutes subsistent sur l'accord sur les céréales de la mer Noire, alors que la date limite de renouvellement approche

Jean Delaunay

Des doutes subsistent sur l’accord sur les céréales de la mer Noire, alors que la date limite de renouvellement approche

L’accord a été négocié par les Nations Unies entre les pays belligérants, la Russie et l’Ukraine.

À une semaine de l’expiration de l’accord autorisant les exportations de céréales ukrainiennes via la mer Noire, l’incertitude demeure quant à savoir si Moscou reviendra sur sa menace de ne pas prolonger l’accord d’exportation conclu avec Kiev.

La Russie a précédemment déclaré que les pays pauvres ne recevaient « pas plus de 3 % » des quelque 30 millions de tonnes de céréales et autres denrées alimentaires ukrainiennes exportées depuis juillet 2022 dans le cadre de l’accord.

Cependant, la Commission européenne a rejeté cette affirmation.

« La Russie, même si elle prétend que l’accord profite aux Européens ou aux Ukrainiens, la Russie enregistre en fait une augmentation des bénéfices de son propre commerce d’engrais, de blé et de céréales qu’elle vole également à l’Ukraine », a déclaré le porte-parole de la Commission pour les affaires étrangères, Peter Stano. , a déclaré dans une interview à L’Observatoire de l’Europe.

« Donc, tout ce qui vient de Russie n’est fondamentalement que des mensonges et des mensonges liés à la campagne illégale contre l’Ukraine. »

Moscou exige également la levée des barrières à ses exportations d’autres produits, dont une qu’elle juge cruciale – la possibilité pour la Banque agricole russe d’être à nouveau acceptée dans le système de paiement international SWIFT.

L’initiative a été négociée par l’ONU qui comprend les inquiétudes de Moscou.

« La Russie a fait des demandes raisonnables sur ce qui doit se passer pour pouvoir exporter ses exportations sur les marchés mondiaux », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU.

« Et ces exportations ne sont pas soumises à des sanctions et devraient être autorisées à atteindre les marchés mondiaux. Mais il y a eu différents obstacles : obstacles bureaucratiques, obstacles juridiques, obstacles impliqués, quelles décisions les entreprises sont prêtes à prendre ou ne sont pas prêtes à prendre. »

Un autre médiateur a été la Turquie, où le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu samedi dernier, où il a plaidé pour une prolongation de l’accord.

S’il n’y a pas d’accord, les prix des denrées alimentaires risquent d’augmenter et d’aggraver la crise humanitaire dans certains pays, comme l’Afghanistan, l’Éthiopie, le Kenya, la Somalie, le Soudan et le Yémen.

Laisser un commentaire

dix-neuf − 2 =