FILE - Migrants gather outside their container houses t a refugee camp in Ritsona about 80 kilometers (50 miles) north of Athens, Thursday, April 2, 2020.

Jean Delaunay

Des « coups punitifs » ont été utilisés dans les camps de réfugiés et les centres de détention grecs soutenus par l’UE, affirme une ONG

Le personnel a maltraité les réfugiés parce qu’ils faisaient la queue, toussaient et ne nettoyaient pas leur chambre, affirme le Border Violence Monitoring Network.

Une ONG a affirmé que les réfugiés et les migrants détenus dans des centres soutenus par l’UE en Grèce subissent régulièrement des « punitions » violentes, souvent pour des délits apparemment insignifiants.

Dans un rapport publié mercredi, le Réseau de surveillance de la violence aux frontières (BVMN) a documenté des dizaines de témoignages d’individus ayant subi des violences physiques dans des camps fermés, des commissariats de police, des prisons et des centres de détention provisoire à travers ce pays du sud de l’Europe.

Les personnes interrogées ont déclaré avoir été violemment punies pour avoir « établi un contact visuel » avec des policiers, tandis que d’autres ont affirmé avoir été battues pour avoir parlé en faisant la queue pour être comptées, avoir toussé et ne pas avoir nettoyé leur chambre.

Des responsables grecs ont été contactés pour commentaires.

Selon le BVMN, les violences du personnel étaient fréquemment dissimulées, 45 % des personnes interrogées déclarant avoir été agressées dans des « espaces cachés ».

« Ils nous ont seulement battus à l’intérieur du conteneur », a déclaré à l’ONG un Sierra Leone de 47 ans, détenu dans un centre d’accès fermé sur l’île grecque de Samos. « Ils ne nous ont jamais battus à l’extérieur. Il n’y a pas de caméras à l’intérieur.

DOSSIER - Une vue du nouveau centre polyvalent d'accueil et d'identification des migrants qui a été construit près de la ville de Vathy, sur l'île de Samos, dans l'est de la mer Égée, en Grèce, en 2021.
DOSSIER – Une vue du nouveau centre polyvalent d’accueil et d’identification des migrants qui a été construit près de la ville de Vathy, sur l’île de Samos, dans l’est de la mer Égée, en Grèce, en 2021.

Le rapport du BVMN, basé sur 31 entretiens, a également documenté des pratiques d’isolement et d’humiliation dans les établissements, dont beaucoup sont financés par l’Union européenne.

« Ils nous enferment dans des chambres en guise de punition pour avoir élevé notre voix contre les conditions », a déclaré un Pakistanais détenu au centre de détention provisoire de Corinthe, cité par l’organisation.

« Il y a beaucoup de chambres d’isolement et la plupart du temps, ils nous enferment dans ces pièces pour que nous ne puissions pas obtenir de nourriture ni d’autres choses de la vie quotidienne. »

« Ils font cela en guise de punition pour avoir… demandé des choses comme : « Pourquoi nous détenez-vous si longtemps ? Pourquoi nous traitez-vous comme ça ? » il ajouta.

Des violences physiques associées à l’isolement ont été vécues par près d’un quart des personnes interrogées par le BVMN comme une punition pour un « mauvais comportement » perçu.

Des fouilles à nu ont été subies ou observées par 25 % des détenus.

« Tentez de faire taire les gens qui s’expriment »

« Ce nouveau rapport s’ajoute aux preuves croissantes du traitement inhumain et dégradant infligé aux personnes en déplacement en Grèce, qui subissent des punitions, des coups et la privation de nourriture, d’eau et de soins de santé, dans le but de faire taire les personnes qui s’expriment sur les conditions épouvantables dans lesquelles elles sont détenues. « , a déclaré Amanda Filas Licnerski, analyste politique au BVMN, dans un communiqué envoyé à L’Observatoire de l’Europe.

« Les fonds publics alloués à ces camps devraient servir à aider les personnes en quête de sécurité, et non à les enfermer », a-t-elle ajouté.

L’UE a investi 3,12 milliards d’euros en Grèce depuis 2015, spécifiquement pour gérer ses frontières et ses problèmes migratoires, selon les chiffres officiels.

Les militants affirment que cela signifie que Bruxelles porte une certaine responsabilité dans les violations présumées des droits de l’homme dans les centres d’immigration grecs.

« La complicité de l’UE dans les violences contre les personnes en déplacement dans les camps grecs est limpide », a déclaré Cornelia Ernst Député européen, juriste allemand au sein du groupe de gauche du Parlement européen.

« Non seulement l’UE finance ces camps, mais en adoptant le nouveau pacte sur la migration, elle institutionnalisera ces camps de détention dans toute l’UE.

« Les camps fermés ne sont jamais une solution », a-t-elle poursuivi.

Conclu en décembre 2023, le Pacte européen sur la migration et l’asile est un ensemble de politiques et de recommandations visant à réformer la migration, l’asile, l’intégration et la gestion des frontières dans l’UE.

Les législateurs veulent tourner la page de décennies de gestion de crise ponctuelle, au cours desquelles les gouvernements ont pris des mesures unilatérales et non coordonnées pour faire face à une forte augmentation du nombre de demandeurs d’asile.

Les critiques estiment que cela « risque d’exacerber les défis existants plutôt que de les résoudre », tels que la diminution de la pression sur les États de première entrée, la limitation de la violence aux frontières et la création d’un système d’asile européen commun doté de règles et de réglementations claires.

Dans une déclaration envoyée à L’Observatoire de l’Europe, BVMN a appelé à la fermeture des camps fermés financés par l’UE en Grèce et à la fin du recours à la détention à des fins de contrôle de l’immigration, sauf en dernier recours.

Laisser un commentaire

deux × 4 =