Des chercheurs suisses utilisent des drones pour surveiller la santé de la forêt tropicale

Jean Delaunay

Des chercheurs suisses utilisent des drones pour surveiller la santé de la forêt tropicale

Le projet de l’équipe a atteint la finale du concours mondial XPRIZE Rainforest qui encourage le développement de technologies pour mesurer et surveiller l’écosystème de la forêt tropicale.

Un groupe de chercheurs de l’ETH Zurich sont en lice pour le mondial XPRIZE Rainforest concurrence avec leur projet utilisant des drones construits sur mesure pour surveiller la santé de la forêt tropicale.

Le concours est doté d’un prix de 10 millions de dollars (9,1 millions d’euros) et est conçu pour encourager le développement de technologies pour surveiller, mesurer et évaluer l’écosystème complexe.

Les drones de l’équipe suisse fonctionnent en collectant des échantillons d’ADN environnemental sans avoir besoin d’entrer dans la forêt tropicale elle-même. Les données recueillies peuvent ensuite être utilisées pour identifier des centaines d’espèces végétales et animales.

L’ADN environnemental fait référence aux traces génétiques de plantes et d’animaux dans une zone particulière qui peuvent aider à prouver si un animal ou une plante donnée vit dans la zone.

Parmi les technologies développées par l’équipe figurent des drones capables de prélever des échantillons d’air ainsi qu’un autre appareil pouvant être treuillé à partir d’un drone pour prélever des écouvillons de plantes dans la canopée forestière.

«Nous avons amené ici principalement deux types de drones», explique Stefano Mintchev, professeur assistant de robotique environnementale à l’ETH Zurich.

« Nous avons ajouté une charge utile personnalisée et avec cette charge utile personnalisée, nous sommes en mesure de collecter de l’air pour échantillonner l’eDNA aéroporté », a-t-il déclaré.

La deuxième charge utile est une sonde que nous pouvons abaisser à l’intérieur de la canopée afin de collecter l’ADNe de surface en tamponnant la végétation que nous rencontrons lorsque la sonde monte et descend dans la canopée », a ajouté Mintchev.

La demi-finale XPRIZE à Singapour a vu 13 équipes s’affronter pour démontrer l’efficacité de leurs technologies avec 24 heures pour collecter des données et 48 heures supplémentaires pour analyser leurs résultats et rédiger un rapport.

Les chercheurs ont été chargés d’identifier autant d’espèces de plantes et d’animaux que possible sur une parcelle désignée sans mettre les pieds dans la jungle.

L’équipe suisse rejoindra cinq autres groupes lors de la finale XPRIZE Rainforest l’année prochaine.

Pour en savoir plus sur cette histoire, regardez la vidéo dans le lecteur multimédia ci-dessus.

Laisser un commentaire

9 + dix-neuf =