An Israeli soldier walks past a line of tanks at a staging ground near the border with Gaza in southern Israel, May 5, 2024

Jean Delaunay

Des chars aperçus près de la frontière avec Gaza alors qu’Israël s’engage à poursuivre ses opérations terrestres à Rafah

Les désaccords se sont poursuivis lors des négociations de cessez-le-feu au Caire, le Hamas faisant pression pour un cessez-le-feu permanent et accusant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de sabotage en raison de l’insistance de son gouvernement pour que toute suspension soit temporaire.

Des chars et des troupes israéliennes ont été aperçus près de la frontière du pays avec Gaza, faisant craindre que l’offensive terrestre promise depuis longtemps dans la ville de Rafah, dans le sud du pays, ne démarre bientôt.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait face à des pressions au sein de son gouvernement de coalition pour lancer une offensive visant à éliminer les bataillons du Hamas qui, selon les Israéliens, s’y abritent.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu affirme qu’Israël « sera seul » si nécessaire pour se protéger

Mais ces projets ont également suscité de nombreuses critiques de la part d’organisations de défense des droits de l’homme et de dirigeants mondiaux, y compris les États-Unis, l’allié le plus fidèle d’Israël.

« Aujourd’hui, nous sommes à nouveau confrontés à des ennemis déterminés à nous détruire. Je le dis aux dirigeants du monde : aucune pression, aucune décision d’un forum international n’empêchera Israël de se défendre », a déclaré Netanyahu lors de la cérémonie annuelle commémorative de l’Holocauste à Jérusalem.

Mais à Rafah se trouvent également environ 1,4 million de civils qui ont déménagé dans la ville pour échapper aux combats ailleurs dans la bande lorsque l’armée israélienne a déclaré la zone de sécurité.

Beaucoup vivent dans des campements de fortune sordides avec peu ou pas d’accès à la nourriture, à l’eau potable ou à l’assainissement. L’Organisation mondiale de la santé a averti plus tôt cette semaine qu’une offensive terrestre à Rafah entraînerait un « bain de sang ».

Pas d’accord

Pendant ce temps, une nouvelle série de négociations de trêve entre Israël et le Hamas s’est terminée au Caire sans accord.

Israël n’a pas envoyé de délégation aux négociations, mais le Hamas est retourné à Doha, la capitale qatarie, pour consulter les dirigeants politiques basés là-bas sur le dernier accord proposé par les négociateurs, qui impliquerait une suspension des hostilités pendant 40 jours et un échange d’otages israéliens contre Prisonniers palestiniens.

Mais le Hamas fait pression en faveur d’un cessez-le-feu permanent et accuse Netanyahu de « saboter » les pourparlers dans le but de poursuivre l’opération militaire.

Des Palestiniens se tiennent dans les ruines d'une maison après une frappe israélienne nocturne qui a tué au moins deux adultes et cinq enfants à Rafah, le 3 mai 2024.
Des Palestiniens se tiennent dans les ruines d’une maison après une frappe israélienne nocturne qui a tué au moins deux adultes et cinq enfants à Rafah, le 3 mai 2024.

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré que le Hamas ne prenait pas au sérieux un accord de cessez-le-feu et a de nouveau mis en garde contre une éventuelle opération à Rafah.

« Nous reconnaissons des signaux inquiétants selon lesquels le Hamas n’envisage pas d’accepter aucun accord ou accord avec nous, et le sens de cette opération à Rafah et dans toute la bande de Gaza dans un avenir très proche », a-t-il déclaré aux officiers à Gaza.

Davantage d’aide a dû être acheminée par avion vers le sud de Gaza dimanche après qu’Israël a fermé le poste frontière de Kerem Shalom.

Cette décision est intervenue après que le Hamas a tiré des roquettes en direction du terminal. Certains médias israéliens ont rapporté que trois soldats avaient été tués dans l’attaque.

Laisser un commentaire

trois × trois =