The construction of two Italian migrant detention centres in Albania is underway with the facilities expected to open at the beginning of August.

Jean Delaunay

Des centres de détention pour migrants bientôt construits en Albanie dans le cadre d’un accord controversé avec l’Italie

La construction de deux centres de détention pour migrants italiens en Albanie est en cours et les installations devraient ouvrir début août.

La construction de deux centres de détention pour migrants italiens en Albanie est en cours et les installations devraient ouvrir début août.

La Première ministre italienne Giorgia Meloni et le Premier ministre albanais Edi Rama ont signé en novembre un accord de cinq ans concernant la coopération entre les deux pays en matière de demandeurs d’asile en Italie.

L’Albanie a accepté de détenir jusqu’à trois mille migrants secourus dans les eaux internationales chaque mois pendant que l’Italie traite leurs demandes d’asile.

Le traitement des demandes d’asile devrait prendre environ un mois, l’Albanie pouvant accueillir jusqu’à 36 000 demandeurs d’asile chaque année.

Un centre sera construit à Gjader – un ancien aéroport militaire situé à 80 km de la capitale albanaise, Tirana.

Un deuxième centre est presque terminé à Shengjin, où les logements et les bureaux sont répartis sur une superficie de 4 000 mètres carrés et entourés d’une clôture métallique barbelée de 5 mètres de haut.

Meloni a défendu ce plan controversé, affirmant qu’il était nécessaire dans le cadre de sa politique visant à réprimer l’immigration et à dissuader les réfugiés potentiels d’entreprendre la dangereuse traversée de la Méditerranée.

Des groupes de défense des droits de l’homme et des parlementaires de l’opposition ont prévenu que la protection des réfugiés pourrait être compromise. Amnesty International a qualifié cet accord de « dangereux » et de « honteux ».

Meloni a déclaré que l’accord avec l’Albanie était « extrêmement innovant », ajoutant que 15 des 27 pays de l’UE seraient intéressés par cette perspective.

Elle a déclaré que ces pays avaient demandé à la Commission européenne « si l’Union (pouvait) suivre le modèle italien dans l’accord avec l’Albanie ».

L’Albanie n’est pas membre de l’Union européenne et l’idée d’envoyer des demandeurs d’asile en dehors du bloc a suscité une controverse.

L’Italie restera légalement responsable des demandeurs d’asile détenus dans les centres albanais tout au long du processus et organisera leurs expulsions hors du pays si la protection internationale leur est refusée.

L’initiative a été annoncée pour la première fois en juillet dernier, Meloni affirmant que le traitement rapide des demandes d’asile pourrait aider à soulager la surpopulation chronique dans les centres de traitement italiens.

Avant l’accord avec l’Albanie, l’Italie avait cherché à faire preuve de solidarité avec d’autres pays de l’Union européenne pour aider à gérer le grand nombre de personnes arrivant dans le pays.

L’une des promesses clés de Meloni dans le cadre de son programme politique était de freiner l’immigration illégale en Italie – même si cela s’est avéré être un défi particulièrement difficile.

Malgré la position dure de Meloni à l’égard des immigrés, les arrivées de migrants en Italie sont en hausse par rapport à l’année dernière.

Laisser un commentaire

trois × trois =