Media rights groups and opposition campaigners hold leaflets showing journalist Slavko Curuvija during a protest in front of Serbian appeals court, in Belgrade, Serbia

Jean Delaunay

Des centaines de personnes manifestent en Serbie contre l’acquittement des suspects dans l’affaire du meurtre d’un journaliste

Les tensions politiques sont vives depuis la campagne électorale controversée de décembre 2023.

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues de Belgrade pour protester après l’acquittement de quatre anciens responsables de la sécurité de l’État du meurtre, en 1999, du journaliste et rédacteur en chef Slavko Ćuruvija.

Ćuruvija a été abattu à l’entrée de son appartement de Belgrade en 1999. Son assassinat a coïncidé avec le bombardement de la Serbie par l’OTAN dans le cadre de sa répression contre les séparatistes albanais du Kosovo.

Critique virulent du gouvernement serbe et qualifié d’« ennemi de l’État » par le gouvernement du président Slobodan Milošević, son assassinat est devenu un symbole de la lutte de longue date de ce pays des Balkans pour la liberté des médias.

Des manifestants se sont rassemblés lundi devant la Cour d’appel de Belgrade après que celle-ci ait acquitté quatre anciens responsables de la sécurité de l’État des accusations de participation à son assassinat vendredi dernier.

Cette décision a annulé le précédent verdict du tribunal rendu en 2021, qui avait reconnu coupables les quatre hommes et les avait condamnés à de longues peines de prison.

Le tribunal de Belgrade a déclaré que les accusations portées contre les quatre responsables « n’ont pas été prouvées au-delà de tout doute ».

Les manifestations, auxquelles ont participé des journalistes et des représentants d’associations de médias, ont commencé par 25 minutes de silence pour marquer les années écoulées depuis l’assassinat de Ćuruvija.

Les manifestants ont brandi des miroirs, appelant symboliquement les juges à regarder leur propre reflet.

Le gouvernement dirigé par l’actuel président serbe Aleksandar Vucic, un populiste qui était ministre de l’Information au moment de la mort de Ćuruvija, maintient un contrôle strict sur les grands médias.

Des groupes de défense des droits des médias et des militants de l'opposition tiennent des miroirs lors d'une manifestation devant la cour d'appel serbe à Belgrade.
Des groupes de défense des droits des médias et des militants de l’opposition tiennent des miroirs lors d’une manifestation devant la cour d’appel serbe à Belgrade.

L’acquittement a suscité de vives condamnations de la part des associations de journalistes, qui craignent qu’il envoie un sombre signal sur l’avenir de la liberté des médias et de la démocratie en Serbie.

En 1999, les médias d’État contrôlés par le régime de Milošević ont accusé Ćuruvija d’avoir « invité » l’Alliance de l’OTAN à bombarder la Serbie.

L’intervention de l’OTAN en Serbie était une réponse à la répression sanglante menée par Milošević contre les Albanais de souche au Kosovo, une ancienne province serbe qui a déclaré son indépendance en 2008.

Les responsables du gouvernement serbe ont nié à plusieurs reprises toute pression sur les médias non gouvernementaux.

« Je suis choquée par cette décision scandaleuse, elle envoie un message effrayant à tous les journalistes et à tous ceux qui luttent pour la liberté d’expression », a déclaré Jelena Ćuruvija, la fille de la victime qui dirige une fondation qui promeut la liberté des médias.

« Ce verdict est la preuve que les forces obscures des années 1990 dirigent toujours ce pays », a-t-elle déclaré. « C’est une terre de ténèbres. »

Laisser un commentaire

12 + dix-neuf =