This handout picture released by the Italian Culture Ministry on December 12, 2023 shows mosaics uncovered in a luxurious Roman home near the Colosseum.

Jean Delaunay

Des archéologues découvrent une luxueuse demeure romaine avec une mosaïque « sans précédent » près du Colisée

Le ministère italien de la Culture décrit la domus romaine, vieille de plus de 2 000 ans, comme un véritable « trésor authentique ».

Des archéologues italiens ont récemment mis au jour une superbe demeure romaine unique en son genre, dotée d’une mosaïque « sans précédent » composée de coquillages, de marbre et de verre précieux, près de l’emblématique Colisée de Rome.

La résidence luxueuse, datant de la seconde moitié du IIe siècle avant JC jusqu’à la fin du Ier siècle avant JC, a été décrite par le ministre de la Culture Gennaro Sangiuliano comme un « trésor authentique ».

Trois grands navires chevauchent les vagues dans la mosaïque en direction d’une ville côtière, ses murs parsemés de petites tours et de portiques, dans une scène suggérant que le propriétaire de la maison vieille de plus de 2 000 ans, ou domus, avait été victorieux au combat.

Mise au jour après la découverte par les archéologues d’une série de murs en 2018, la domus s’étend sur plusieurs étages. Jusqu’à présent, seules quelques pièces ont été fouillées et les fouilles se poursuivront jusqu’en 2024.

Le coeur de la domus

Cette photo publiée par le ministère italien de la Culture le 12 décembre 2023 montre les murs découverts dans une luxueuse maison romaine près du Colisée.
Cette photo publiée par le ministère italien de la Culture le 12 décembre 2023 montre les murs découverts dans une luxueuse maison romaine près du Colisée.

Aménagée autour d’un atrium, la pièce principale de la domus est une salle de banquet conçue comme une grotte, utilisée pendant les mois d’été, a indiqué le ministère.

Le propriétaire, un noble probablement sénateur, aurait diverti ses invités avec des « jeux d’eau spectaculaires », grâce à des tuyaux en plomb placés entre les murs décorés, précise-t-on.

Mais ce qui « rend la découverte exceptionnelle, c’est (…) un mur extraordinaire recouvert d’une mosaïque dite ‘rustique’ sans précédent par la chronologie et la complexité des scènes représentées », ajoute-t-on.

Une merveille de mosaïque

Cette photo publiée par le ministère italien de la Culture montre des mosaïques découvertes dans une luxueuse maison romaine près du Colisée.
Cette photo publiée par le ministère italien de la Culture montre des mosaïques découvertes dans une luxueuse maison romaine près du Colisée.

La mosaïque présente un ensemble de coquillages, de tesselles bleues égyptiennes, de verre précieux et de fragments de marbre blanc, représentant des tridents, des navires de guerre et des trompettes de style celtique.

Un aspect particulièrement intrigant de la mosaïque est la représentation d’une ville côtière avec de petites tours et portiques, entourée de vignes et de feuilles de lotus.

Cette scène, réalisée avec une attention méticuleuse aux détails à l’aide de roches en travertin, se déroule sur fond de trois grands navires naviguant sur une mer avec les voiles relevées.

« La représentation d’une ville côtière pourrait faire allusion à une conquête guerrière par le propriétaire de la domus, appartenant à un personnage aristocratique, vraisemblablement de rang sénatorial », a indiqué le ministère.

Alfonsina Russo, directrice du parc archéologique du Colisée, a exprimé son engagement à rendre ce joyau historique accessible au public.

Autres découvertes romaines récentes

La ville du sud du Latium est désormais constituée en grande partie de champs cultivés.
La ville du sud du Latium est désormais constituée en grande partie de champs cultivés.

Ailleurs dans le monde des découvertes archéologiques, les vestiges d’un théâtre couvert, d’un marché et d’un port fluvial ont été découverts à l’emplacement d’une ville romaine.

Une étude menée par l’Université de Cambridge a révélé qu’Interamna Lirenas, l’ancienne colonie romaine située au centre de l’Italie, était une ville florissante.

Contrairement aux croyances antérieures, les preuves trouvées sur le site indiquent que son déclin a commencé environ 300 ans plus tard que prévu.

Grâce à l’analyse des poteries excavées, les chercheurs ont déterminé que la ville du sud du Latium a résisté au déclin jusqu’à la fin du IIIe siècle après JC.

À son apogée, la colonie, désormais constituée essentiellement de champs agricoles, aurait hébergé environ 2 000 personnes, selon l’étude.

Laisser un commentaire

deux × 4 =