Des anciennes pizzas aux sanctuaires de serpents : découvrez cette maison récemment fouillée à Pompéi

Jean Delaunay

Des anciennes pizzas aux sanctuaires de serpents : découvrez cette maison récemment fouillée à Pompéi

Les ruines mondialement connues de Pompéi ont encore de nombreux secrets à découvrir. Récemment, les vestiges d’une domus ont offert de nouveaux témoignages extraordinaires de la vie dans la ville avant la catastrophe.

Des archéologues travaillant à Pompéi ont fouillé les vestiges d’une maison, déterrant des preuves extraordinaires de la vie dans la ville avant l’éruption volcanique mortelle qui a entraîné la mort et la destruction en 79 après JC.

Les découvertes récentes incluent les restes de trois squelettes humains, un four utilisé pour la cuisson, un petit sanctuaire qui avait probablement une importance religieuse importante, ainsi que les restes calcinés d’un lit qui témoigne de la dévastation rapide causée par la catastrophe.

Parmi les découvertes les plus intrigantes figurent une collection de fresques exquises qui ornaient les murs de la demeure.

L’une de ces fresques représente l’image d’un aliment d’apparence très familière servi sur une assiette en métal : une pizza.

Démêler l’énigme de l’ancienne « pizza »

Crédit : Parc archéologique de Pompéi
Une peinture pompéienne vieille de 2 000 ans, une nature morte, découverte par les nouvelles fouilles Regio IX.

Bien qu’il ne s’agisse pas techniquement d’une pizza et plutôt d’une focaccia ronde avec des garnitures, cette découverte récente est probablement l’une des représentations les plus frappantes de la nourriture de renommée internationale découverte ces dernières années.

Pompéi est à deux pas de Naples, la ville de la pizza, mais les ingrédients clés pour la préparation du plat emblématique de l’Italie – les tomates et la mozzarella – n’étaient pas disponibles lorsque la fresque a été peinte il y a quelque 2 000 ans.

Les experts pensent que ce qui est réellement représenté sur la fresque est une focaccia, recouverte de fruits, dont de la grenade et des dattes, et finie avec des épices.

A quelques mètres à côté, il y a un grand four bien conservé, assez grand pour produire 100 pains par jour.

Une cinquantaine de fours ont jusqu’à présent été déterrés à Pompéi, mais les experts pensent que celui-ci était probablement utilisé par un grossiste, distribuant du pain dans toute la ville, peut-être aux nombreux points de restauration rapide pour lesquels Pompéi était si célèbre.

« Cette maison ici est probablement quelque chose entre les deux du côté supérieur (classe) parce que nous avons des peintures, nous avons cette nature morte (fresque) ici, il y a d’autres pièces avec des fresques, mais il y a aussi une boulangerie avec un four à l’intérieur de la maison , ce qui est inhabituel pour les maisons d’élite les plus aisées », explique Gabriel Zuchtriegel, directeur du site archéologique de Pompéi.

Échos de la tragédie

Crédit : AP Photo/ Parc archéologique de Pompéi
Les restes d’un squelette découvert par les nouvelles fouilles Regio IX.

A quelques mètres du four, trois squelettes ont été retrouvés gisant sur le sol, les os brisés.

L’analyse suggère qu’il s’agissait de deux femmes et d’un enfant de 3-4 ans qui s’étaient réfugiés dans l’une des chambres pour échapper à l’éruption puis sont décédés après avoir été écrasés par l’effondrement du toit.

« Ils ont été très gravement endommagés par l’effondrement des structures des étages supérieurs de la maison. Donc, vous avez eu une image vraiment drastique d’os et de crânes brisés à cause de cet impact du bâtiment qui s’effondre », explique Zuchtriegel.

« Ces personnes, probablement deux femmes et un enfant, qui se cachaient ici pendant l’éruption. Il a commencé à pleuvoir des pierres ponces, donc la réponse naturelle a été de trouver un abri, de se cacher sous un toit. »

Le drame qui se déroule des jours mémorables d’octobre 79 après JC est également dévoilé dans une autre section de la maison, dans ce qui servait autrefois de chambre à coucher.

Le lit lui-même existe maintenant sous la forme d’une masse carbonisée, résultat du feu qui fait rage. Sa reconnaissance est un défi, car il ne conserve qu’un vague contour, gravé de manière obsédante dans les murs et le sol environnants.

Sanctuaire couvert de serpent

Crédit : AP Photo
Au temps de Rome, le serpent était un symbole de prospérité et de bon augure.

Dans une autre salle, des fouilleurs ont récemment découvert le « Lararium », un magnifique sanctuaire où ses habitants confiaient leurs espoirs, leurs souhaits et leurs prières aux dieux.

Il est décoré de deux serpents en stuc peints, des animaux qui à l’époque de Rome étaient des symboles de prospérité et de bon augure, représentant un lien avec les ancêtres.

Ces dernières fouilles reviennent sur un secteur du parc exploré pour la dernière fois à la fin du XIXe siècle, mais ce n’est que maintenant, pour la première fois, que toute sa superficie et cette domus ont été révélées.

« Ce n’est pas notre objectif de fouiller toute la ville, ce qui serait très irresponsable car vous ne pouvez creuser qu’une seule fois. Les fouilles sont en quelque sorte aussi une forme de destruction », explique Zuchtriegel.

« Peut-être qu’à l’avenir, ils seront capables d’en tirer encore plus d’informations, nous devrions donc également laisser quelque chose pour l’avenir », ajoute-t-il.

Laisser un commentaire

un × 2 =