Des acteurs hollywoodiens piquent des studios de cinéma à New York et LA

Jean Delaunay

Des acteurs hollywoodiens piquent des studios de cinéma à New York et LA

Après avoir résisté à la peste, Hollywood est maintenant pleinement en guerre dans son propre double long métrage « Apocalypse Now ». Des dizaines de milliers de Screen Actors Guild-American Federation of Television and Radio Artist ont fait grève la semaine dernière, rejoignant les 11 000 scénaristes de la WGA en grève depuis mai.

La dernière fois que les acteurs de cinéma et les écrivains ont frappé simultanément, en 1960, les guildes ont établi des paiements de redevances (plus tard résiduelles) pour les rediffusions de films et d’épisodes télévisés, entre autres protections historiques. Si cette grève comptait avec l’aube de la télévision, celle-ci fait à peu près la même chose pour l’ère du streaming.

Pendant des décennies, un acteur qui est apparu dans une émission de télévision populaire comme « Seinfeld » ou « The Office » ne pouvait compter qu’une seule fois sur des chèques de redevances lorsque l’émission apparaissait dans des rediffusions, apportant un salaire même à des moments où il était incapable de trouver du travail.

Le modèle de streaming a largement tari ces revenus, avec des paiements résiduels non liés à la popularité d’une émission ou d’un film. Les acteurs veulent une part à long terme de ces revenus.

Pour les scribes et les interprètes, le passage au streaming et ses effets d’entraînement ont également signifié des saisons de spectacles plus courtes avec des écarts plus longs entre eux, et donc moins de travail. Ils disent que l’inflation dépasse les augmentations de salaire prévues dans leurs contrats.

Et les écrivains et les acteurs craignent la menace d’une utilisation non réglementée de l’intelligence artificielle. Les acteurs disent que les studios veulent pouvoir utiliser leurs portraits sans avoir à les embaucher ou à les payer.

Laisser un commentaire

13 + 8 =