President of the European Commission Ursula von der Leyen listens during a session at the European Parliament in Strasbourg, 23 April 2024

Jean Delaunay

Dernières nouvelles. Le PPE est en tête des sondages européens alors que l’extrême droite connaît une croissance spectaculaire et que les libéraux sont en chute libre

Un changement brusque vers la droite signifiera probablement que le prochain président de la Commission européenne sera un conservateur – mais le camp de droite est affecté par de nombreuses divisions politiques, dont certaines, presque insurmontables, ressortent exclusivement du super sondage d’L’Observatoire de l’Europe.

Les forces conservatrices sont sur le point de remporter les élections européennes, comme peut le révéler en exclusivité le dernier Super sondage L’Observatoire de l’Europe du Centre de sondages L’Observatoire de l’Europe.

Les partis de centre-droit, ultraconservateurs et d’extrême droite sont en tête des sondages dans les principaux pays de l’UE.

Pendant ce temps, les libéraux-démocrates risquent de subir une défaite douloureuse, alors que le centre-gauche s’installe dans une stabilité fragile avec des pertes modérées et des gains timides, selon les pays.

La principale conséquence de l’élection pourrait être la nomination d’un nouveau président conservateur de la Commission européenne. Une lutte acharnée entre les groupes parlementaires déjà établis et les nouveaux groupes ainsi que les alliances pour savoir qui dirigera les affaires européennes au cours des cinq prochaines années risque également de s’ensuivre.

Creuser plus profond

Le Parti populaire européen (PPE) devrait confirmer sa majorité relative au Parlement européen.

Mais les forces d’extrême droite et ultra-conservatrices devraient également gagner gros, selon le sondage d’L’Observatoire de l’Europe : en France, Marine Le Pen, membre d’Identité et Démocratie (ID), et son parti le Rassemblement National (RN). En Italie, la première ministre des Conservateurs et réformateurs européens (ECR), Giorgia Meloni, et son parti des Frères d’Italie (Fratelli d’Italia, FdI) sont sur le chemin de la victoire.

Aux Pays-Bas, le Parti pour la liberté (PVV) du membre d’ID Geert Wilder est en tête des sondages, et en Roumanie, Adela Mirza et son Alternative de droite (AD) sont en tête des sondages.

Certains affiliés du PPE sont en tête des sondages en Allemagne depuis mars, avec la CDU-CSU de Friedriech Merz, la Plateforme civique (PO) du Premier ministre polonais Donald Tusk et le Parti populaire (PP) d’Alberto Núñez Feijóo en Espagne.

La CDU-CSU en Allemagne et le PP en Espagne sont des partis d’opposition, tandis que le PO de Tusk est le parti au pouvoir en Pologne.

Le groupe des Socialistes et Démocrates (S&D) se battra probablement pour la deuxième place face à l’extrême droite et aux conservateurs nationaux.

Deux pays importants avec des premiers ministres de gauche et soucieux du travail sont toujours au pouvoir : Olaf Scholz et Pedro Sánchez, respectivement d’Allemagne et d’Espagne.

Le chancelier allemand Olaf Scholz, à gauche, s'entretient avec le Premier ministre espagnol par intérim, Pedro Sanchez.
Le chancelier allemand Olaf Scholz, à gauche, s’entretient avec le Premier ministre espagnol par intérim, Pedro Sanchez.

Le Parti social-démocrate (SPD) du chancelier Scholz arrive en troisième position, un siège derrière l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) d’extrême droite.

Selon les sondages, les libéraux-démocrates de Renew devraient subir de lourdes pertes électorales dans toute l’Europe. La France, qui était autrefois un bastion du parti, va devenir un champ de bataille. Le parti Renaissance du président Macron appartient à Renew.

La nouvelle présidente Valérie Hayer va expulser les libéraux néerlandais du Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD), le parti de l’ancien Premier ministre néerlandais Mark Rutte, après qu’ils aient convenu d’une coalition à quatre avec le PVV de Wilders aux Pays-Bas la semaine dernière.

L'ancien Premier ministre néerlandais Mark Rutte, la droite et le leader populiste de droite Geert Wilders
L’ancien Premier ministre néerlandais Mark Rutte, la droite et le leader populiste de droite Geert Wilders

La Première ministre italienne d’extrême droite Giorgia Meloni et son parti FdI comptent parmi les principaux membres du parti nationaliste-conservateur ECR, aux côtés du parti polonais Droit et Justice (PiS) et du parti espagnol Vox.

L’ECR a été créé début 2009 lorsque les conservateurs britanniques ont quitté le PPE et ont rejoint d’autres mouvements politiques européens partageant des valeurs politiques similaires. Le fédéralisme anti-européen, les politiques sociales conservatrices et la critique du leadership franco-allemand de l’UE sont devenus ses marques de fabrique.

Les conservateurs britanniques ont quitté le REC après le Brexit.

Les membres du parti ECR sont coincés entre la préservation des valeurs conservatrices traditionnelles et les positions d’extrême droite. Les groupes d’extrême droite ECR et ID partagent une forte rhétorique anti-migration et populiste.

Après le rassemblement d’extrême droite de la semaine dernière à Madrid, Meloni et Le Pen ont fait allusion à une sorte de réconciliation après des années de compétition. Il pourrait s’agir d’une tentative de trouver un terrain d’entente et de collaborer dans les négociations post-électorales européennes.

Marine Le Pen, chef du Rassemblement national d'extrême droite française, et Jordan Bardella, président du centre.
Marine Le Pen, chef du Rassemblement national d’extrême droite française, et Jordan Bardella, président du centre.

Avec les résultats attendus par les partis de Meloni et de Le Pen, les deux dirigeants ont la rare opportunité d’influencer de manière critique l’élaboration des politiques européennes au cours des cinq prochaines années.

Mardi, les relations entre Le Pen et l’AfD se sont tendues après que le chef de liste électorale du parti, Maximilian Krah, a déclaré dans une interview au quotidien italien La Repubblica : « Ne dites jamais que quiconque porte un uniforme SS est automatiquement un criminel. « 

L'Allemand Maximilian Krah, du parti d'extrême droite allemand Alternative pour l'Allemagne
L’Allemand Maximilian Krah, du parti d’extrême droite allemand Alternative pour l’Allemagne

Des questions demeurent

Le camp conservateur est très divisé. De nombreux membres du PPE sont soit fédéralistes, soit fortement pro-européens. Ce n’est cependant pas le cas de la majorité des membres d’ECR et d’ID.

Une coalition centre-droite-droite pourrait dérailler avant même d’avoir commencé, sur la base de principes européens ou de stratégies politiques différentes, comme celle de l’UE. droit de regard sur l’état de droit dans chaque État membre, la création de structures de défense européennes renforcées et les investissements dans l’économie verte.

Les chiffres des votes suggèrent une majorité conservatrice, ce qui signifierait que les partis conservateurs pourraient avoir leur mot à dire sur la nomination du président de la commission.

Giorgia Meloni, Première ministre italienne
Giorgia Meloni, Première ministre italienne

Néanmoins, les gouvernements nationaux sont légalement mandatés pour décider qui dirigera la Commission européenne. La France, l’Allemagne et l’Espagne ont des gouvernements libéraux et sociaux-démocrates. Ainsi, la nomination d’un président de la Commission européenne sur la base des résultats des élections européennes et sans la participation active d’Emmanuel Macron serait irréaliste.

De même, la relance d’une grande coalition entre le PPE, Renew et S&D serait en contradiction avec la volonté des électeurs européens.

Même une coalition entre le PPE, l’ECR et Renew ne semble pas réalisable. Le président français Emmanuel Macron, principal sponsor de Renew, aurait du mal à trouver un terrain d’entente avec l’ECR et vice versa.

Le président français Emmanuel Macron, à gauche, s'entretient avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen
Le président français Emmanuel Macron, à gauche, s’entretient avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen

Ce que disent les sondages

« Emmanuel Macron fera pression pour la majorité traditionnelle, le PPE, le S&D et Renew. Cela reste justifié par les chiffres que nous voyons dans nos prévisions », déclare Francesco Sismondini du centre de sondages L’Observatoire de l’Europe.

Les ultra-conservateurs tentent d’éviter cette issue en rétablissant de bonnes relations entre eux, comme on l’a vu lors de la conférence d’extrême droite Vox à Madrid la semaine dernière.

« Les dirigeants des groupes ECR et d’extrême droite comme Giorgia Meloni et Marine Le Pen peuvent essayer de trouver un terrain d’entente », explique Sismondini. « Et pour y parvenir, ils doivent prendre des décisions difficiles, comme rompre avec l’AfD pour Marine Le Pen et devenir modérés sur des questions telles que l’immigration, les questions sociales et le soutien à l’Ukraine. »

Mais le terrain de jeu est encore grand ouvert. Ce n’est pas seulement une question de résultats électoraux : la politique doit encore avoir son mot à dire, estime-t-il. Sismondini : « Dès que les négociations commenceront après les élections, nous verrons que les groupes politiques au Parlement européen ne sont pas très attachés (les uns aux autres) ».

Cependant, la victoire de l’extrême droite dans certains pays importants influencera inévitablement la nomination des postes les plus élevés de l’UE, tels que le chef de la Commission, le président du Conseil européen et le haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. .

« Nous pouvons prévoir un effort de la part des groupes politiques de droite et d’extrême droite pour obtenir un certain soutien des électeurs traditionnels d’extrême droite », a déclaré Sismondini. « Certains efforts sont extrêmement clairs. Le Rassemblement National est très fort. Le parti de Macron en France arrive deuxième, mais avec un écart de 16% avec le Rassemblement National. »

Laisser un commentaire

deux × quatre =