The European Commission recommended a 90% cut in emissions as the bloc

Milos Schmidt

Dernières nouvelles. Bruxelles recommande un nouvel objectif climatique de l’UE : une réduction de 90 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2040

L’Union européenne doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 90 % d’ici 2040, a déclaré mardi Bruxelles dans une recommandation visant à garantir que la neutralité climatique devienne une réalité d’ici le milieu du siècle.

La réduction de 90 % par rapport aux niveaux des années 1990 entraînerait un déploiement massif de systèmes renouvelables, l’abolition irréversible du charbon et la disparition quasi totale du gaz du système énergétique du bloc.

Cet objectif est nécessaire pour que l’UE reste alignée sur l’Accord de Paris de 2015, qui engageait les nations à maintenir la température moyenne de la Terre bien en dessous de 2°C et, de préférence, en dessous de 1,5°C, un objectif qui semble s’éloigner chaque année davantage. loin.

Le sentiment d’urgence s’est considérablement accru lorsque 2023 a été déclarée année la plus chaude depuis le début des relevés en 1850, mettant à nu la bombe à retardement déclenchée par la crise climatique.

Mais pour l’heure, l’ambition 2040 n’est qu’une simple recommandation de la Commission européenne destinée à relancer le débat politique. Une proposition formelle ne serait présentée que après les élections au Parlement européen, un moment soigneusement choisi pour empêcher les partis d’extrême droite d’exploiter la question.

« Fixer un objectif climatique pour 2040 aidera l’industrie européenne, les investisseurs, les citoyens et les gouvernements à prendre des décisions au cours de cette décennie qui maintiendront l’UE sur la bonne voie pour atteindre son objectif de neutralité climatique en 2050 », a déclaré la Commission dans un communiqué de presse.

« Cela enverra des signaux importants sur la manière d’investir et de planifier efficacement à long terme, en minimisant les risques liés aux actifs bloqués. »

Le processus législatif à venir sera certainement difficile et polarisant, car le Green Deal subit une réaction croissante de la part des conservateurs, des agriculteurs et de l’industrie, qui se plaignent tous du fardeau excessif imposé par la réglementation environnementale.

La rébellion a commencé à germer lorsque Bruxelles a lancé Fit for 55, un ensemble de lois de grande envergure visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’UE d’au moins 55 % avant la fin de cette décennie. Le paquet comprenait des mesures sans précédent comme une taxe carbone aux frontières et une interdiction progressive des véhicules fonctionnant aux combustibles fossiles.

Mais c’est la loi sur la restauration de la nature, qui techniquement parlant ne faisait pas partie de Fit For 55, qui a déclenché la réaction négative et révélé un fossé grandissant entre les politiciens de droite et de gauche. Depuis lors, le Green Deal a fait l’objet de critiques ouvertes et cinglantes, comme le montrent les protestations des agriculteurs qui ont récemment envahi plusieurs États membres, comme la France, l’Allemagne, la Belgique, la Pologne et l’Italie.

Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a réagi en mettant les agriculteurs au centre de ses discours et en louant leur résilience. Mardi, quelques heures avant la révélation de l’objectif climatique pour 2040, elle a annoncé le retrait d’une loi controversée sur les pesticides à laquelle le secteur agricole s’était farouchement opposé.

La fureur dans les rues contraste fortement avec les avertissements inquiétants émis par les climatologues, qui exhortent à plusieurs reprises les gouvernements, en particulier les grandes économies comme l’UE, les États-Unis et la Chine, à intensifier leurs politiques climatiques et à réduire plus rapidement les émissions de gaz à effet de serre. rythme plus résolu.

En septembre dernier, les Nations Unies ont déclaré que la fenêtre d’opportunité pour se conformer à l’Accord de Paris « se réduisait rapidement » et ont appelé à une « action décisive » pour inverser la tendance. Quelques mois plus tard, les nations réunies à la COP28 ont conclu un accord historique pour abandonner les combustibles fossiles « d’une manière juste, ordonnée et équitable » afin « d’atteindre le zéro net d’ici 2050 ».

Dans le cadre du bilan mondial lancé à Dubaï, la Commission est obligée de proposer un objectif contraignant pour 2040 dans les six mois suivant la conférence.

Contrairement à l’objectif 2030, le chiffre 2040 recommandé mardi n’est pas précédé de « au moins », ce qui signifie que la réduction de 90 % est comprise comme un plafond maximum plutôt que comme un plancher minimum. Le Conseil consultatif scientifique européen sur le changement climatique avait précédemment préconisé un objectif strict pour 2040, se situant entre 90 % et 95 % de toutes les émissions.

L’ombre des protestations des agriculteurs pèse lourdement sur l’esprit de l’annonce de la Commission, qui est parsemée d’allusions à « l’équité », à la « solidarité », à la « compétitivité » et à l’importance de maintenir un dialogue continu avec l’industrie.

L’exécutif insiste toutefois sur le fait que les engagements pris dans le cadre de l’objectif 2030, y compris le programme Fit For 55, doivent être pleinement mis en œuvre pour atteindre les 90 % de réduction d’ici 2040.

« Avec des politiques et un soutien appropriés, le secteur agricole peut également jouer un rôle dans la transition, tout en garantissant une production alimentaire suffisante en Europe, en garantissant des revenus équitables et en fournissant d’autres services vitaux tels que l’amélioration de la capacité des sols et des forêts à stocker davantage de carbone, « , indique le communiqué.

« Un dialogue holistique avec l’industrie alimentaire au sens large, même au-delà des exploitations agricoles, est essentiel au succès dans ce domaine et au développement de pratiques et de modèles commerciaux durables. »

Réagissant à la nouvelle, les organisations environnementales ont été très critiques à l’égard du chiffre de 90 %, car l’objectif, selon la recommandation de la Commission, serait « net », laissant la porte ouverte aux technologies d’élimination du carbone, que privilégient les producteurs de combustibles fossiles car elles permettraient leur permettre de poursuivre une partie de leurs opérations.

« C’est à peu près aussi significatif qu’un objectif de prévention du cancer du poumon sans aucun plan pour mettre fin au tabagisme », a déclaré Silvia Pastorelli, militante pour le climat chez Greenpeace. « Il est clair que les combustibles fossiles doivent cesser rapidement si nous voulons éviter les pires effets du dérèglement climatique. »

Laisser un commentaire

19 − 5 =