Dernières nouvelles.  Bruxelles autorise l'utilisation du glyphosate dans toute l'UE pendant 10 ans supplémentaires après l'échec des États membres à parvenir à un accord

Milos Schmidt

Dernières nouvelles. Bruxelles autorise l’utilisation du glyphosate dans toute l’UE pendant 10 ans supplémentaires après l’échec des États membres à parvenir à un accord

La Commission européenne a annoncé mercredi qu’elle autorisait l’utilisation du glyphosate, une substance chimique controversée, dans l’ensemble de l’Union européenne pour une nouvelle décennie, après que les États membres ne soient pas parvenus à un accord.

« La Commission, sur la base d’évaluations approfondies de la sécurité réalisées par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA), en collaboration avec les États membres de l’UE, va désormais procéder au renouvellement de l’approbation du glyphosate pour une période de 10 ans, sous réserve de certaines nouvelles conditions et restrictions », a-t-il indiqué dans un communiqué.

« Ces restrictions incluent l’interdiction de l’utilisation avant la récolte comme déshydratant et la nécessité de certaines mesures pour protéger les organismes non ciblés », ajoute le texte.

L’exécutif européen a obtenu le pouvoir d’approuver sa propre proposition après que les experts des États membres n’ont pas réussi mercredi matin, pour la deuxième fois, à atteindre une majorité qualifiée en faveur ou contre le plan présenté pour la première fois en septembre.

Cela est intervenu après que l’EFSA a déclaré dans une évaluation de juillet qu’elle n’avait trouvé « aucun sujet de préoccupation critique » pour le renouvellement de l’utilisation au-delà du 15 décembre, date à laquelle l’approbation actuelle de cinq ans devait expirer.

La décision d’utiliser le glyphosate au niveau national reste cependant entre les mains de chaque gouvernement.

Aucun pays de l’UE n’interdit globalement le glyphosate, même si certains, notamment l’Autriche, la France, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne, ont mis en place des interdictions partielles en interdisant son utilisation dans certaines zones ou dans les ménages.

« Des preuves alarmantes »

Le glyphosate est un herbicide introduit dans les années 1970 et utilisé pour éliminer les mauvaises herbes qui envahissent les cultures agricoles et les espaces publics. Il est source de controverse depuis que l’agence de lutte contre le cancer de l’Organisation mondiale de la santé a conclu en 2015 qu’il était probablement cancérigène pour l’homme.

La Commission a rappelé dans son dernier communiqué que l’EFSA a examiné 16 000 études publiées, dont 2 000 considérées comme potentiellement pertinentes, ainsi que 300 études supplémentaires portées à son attention lors de la phase de consultation publique pour livrer son évaluation.

Il a ajouté que si de nouvelles preuves apparaissaient indiquant que les critères d’approbation ne sont plus remplis, il lancerait un nouvel examen et « prendrait immédiatement des mesures pour modifier ou retirer l’approbation si cela est scientifiquement justifié ».

Mais l’ONG Pesticide Action Network a déclaré que le projet de la Commission de renouveler l’approbation par elle-même violerait la loi européenne sur les pesticides qui stipule qu’un principe de précaution doit être observé lorsqu’il n’y a pas de consensus scientifique clair sur une politique soupçonnée de comporter un risque de nuire à l’environnement. le public ou l’environnement.

« Nous regrettons que la Commission tourne le dos à la science indépendante et aux préoccupations des citoyens et envisage de ré-approuver cet herbicide dangereux pour encore 10 ans », a déclaré Angeliki Lysimachou, responsable scientifique et politique du Pesticide Action Network Europe.

« Il existe des preuves alarmantes mettant en évidence les risques de cancer associés au glyphosate, ainsi que la myriade d’autres effets indésirables signalés », a-t-elle également déclaré.

L’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL), une autre ONG environnementale, a réagi en disant que « ce nouvel échec à rassembler la majorité des États membres en faveur d’un renouvellement pour 10 ans du glyphosate montre qu’il est devenu politiquement impossible d’ignorer l’état de la situation ». la science. »

« Il est inacceptable que la Commission envisage encore d’aller de l’avant avec sa proposition compte tenu de la quantité de preuves scientifiques sur les effets de cette substance sur la santé et les souffrances qui en découlent », a ajouté Natacha Cingotti, responsable du programme Produits chimiques, dans un communiqué.

Les nouvelles conditions et restrictions introduites par la Commission pour l’utilisation du glyphosate incluent l’interdiction de l’utiliser comme dessicant – pour provoquer ou maintenir un état de sécheresse – et l’obligation pour les États membres d’améliorer leurs évaluations des risques pour prendre en compte la biodiversité, y compris la faune. .

Les gouvernements devront également fixer des taux d’application maximaux en fonction de ces évaluations des risques et des mesures d’atténuation des risques afin de garantir la protection des organismes non ciblés et de l’environnement.

Laisser un commentaire

huit − un =