Global Witness projected Al Jaber’s face and findings from its report onto buildings surrounding the Bonn Intersessional on 3 June.

Milos Schmidt

« Déprimant et dystopique » : les Émirats arabes unis ont utilisé la COP28 pour multiplier par cinq les accords sur les combustibles fossiles, selon une enquête

« J’espère que les jeunes générations pourront nous pardonner », aurait déclaré un diplomate impliqué dans les négociations de l’ADNOC.

La compagnie pétrolière publique des Émirats arabes unis a profité du sommet de l’ONU sur le climat de l’année dernière pour tenter de quintupler ses accords sur les combustibles fossiles, selon une nouvelle enquête.

La COP28 à Dubaï a été entachée de controverses dès le début de l’année 2023, lorsque le président du sommet a été annoncé comme étant Sultan Al Jaber, PDG de l’Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC).

À l’aube de la conférence de novembre, des documents divulgués ont révélé que l’équipe nationale de la COP28 envisageait de discuter d’accords pétroliers et gaziers avec plus d’une douzaine d’autres pays – tirant apparemment parti de son prestige en tant qu’hôte de la COP à l’avantage de l’ADNOC.

Aujourd’hui, une enquête de l’ONG Global Witness montre qu’ADNOC a recherché près de 100 milliards de dollars (92 milliards d’euros) de contrats pétroliers, gaziers et pétrochimiques en 2023, soit une multiplication par cinq par rapport à l’année précédente.

« Après avoir placé un PDG de combustibles fossiles à la barre, les Émirats arabes unis savaient exactement ce qu’ils faisaient et n’ont pas été déçus : la COP28 semble avoir été façonnée au profit de leur compagnie pétrolière d’État », déclare Patrick Galey, enquêteur principal à Global Witness. .

Le rapport paraît cette semaine lors de la Conférence de Bonn sur le changement climatique en Allemagne – à mi-chemin entre la COP28 et la COP29 en Azerbaïdjan. Il prévient que le nouvel hôte pétrolier ne peut pas être autorisé à copier l’approche des Émirats arabes unis.

Quels accords l’ADNOC a-t-il conclus au cours de l’année COP des Émirats arabes unis ?

Les documents divulgués, préparés par l’équipe des Émirats arabes unis pour la COP28 et obtenus par les journalistes du Center for Climate Reporting, ont identifié 16 pays comme principales cibles pour la conclusion d’accords.

L’ADNOC a effectivement conclu des accords avec 12 de ces pays, selon les enquêteurs de Global Witness.

Cela inclut l’annonce par ADNOC et BP de leur intention de créer une coentreprise pour acheter une participation de 50 pour cent dans la société israélienne NewMed Energy afin d’étendre le développement du gaz. Ainsi que deux offres d’achat d’une participation dans Braskem, le plus grand producteur de produits pétrochimiques d’Amérique latine, qui appartient en partie au producteur public de pétrole et de gaz brésilien Petrobras.

Elle a également finalisé des contrats d’une valeur estimée à 17 milliards de dollars (15,6 milliards d’euros) pour développer les champs gaziers de Hail et Ghasha aux Émirats arabes unis, en partenariat avec le russe Lukoil et l’allemand Wintershall Dea.

Au total, ADNOC a conclu 20 accords internationaux majeurs sur les combustibles fossiles en 2023, selon l’analyse de Global Witness, pour un montant potentiel de 92 milliards d’euros. C’est cinq fois supérieur à la valeur des transactions conclues en 2022 et 40 % supérieure à celle des quatre années précédentes combinées.

Bien que l’ONG reconnaisse qu’elle a pu manquer certains accords depuis 2019, les chiffres – compilés à partir de divers ensembles de données – signalent une énorme augmentation de l’activité commerciale au cours de l’année où les Émirats arabes unis ont accueilli la COP.

Selon une source anonyme, un diplomate impliqué dans les négociations aurait déclaré : « J’espère que les jeunes générations pourront nous pardonner ce que nous avons fait. »

L’ADNOC nie cependant avoir utilisé la COP28 pour conclure des accords commerciaux.

« Ce dernier rapport de Global Witness tente de recycler d’anciennes allégations et de formuler des déclarations négatives, trompeuses et inexactes », a répondu un porte-parole de l’entreprise.

Un porte-parole de la COP28 a déclaré à l’ONG que « les allégations inventées sur des conversations qui n’ont jamais eu lieu et qui tentent de discréditer le travail acharné et les formidables réalisations de la présidence ne méritent pas d’être prises en considération ».

D’un état pétrolier à l’autre : l’Azerbaïdjan suivra-t-il l’exemple des Émirats arabes unis ?

« Ne vous y trompez pas, la COP28 a été détournée par les intérêts de l’industrie des combustibles fossiles, qui ne se sont pas contentés de bloquer ou de bloquer une véritable politique climatique, mais ont profité de l’occasion pour poursuivre des accords pétroliers et gaziers destructeurs pour le climat », ajoute Galey.

« Aussi déprimants que dystopiques, les négociations sur le climat ne doivent jamais créer davantage de chaos climatique. »

L’Azerbaïdjan faisait partie des pays avec lesquels l’ADNOC a conclu des accords l’année dernière. En août 2023, elle a acquis une participation de 30 % dans le champ gazier d’Absheron en Azerbaïdjan, en partenariat avec le géant pétrolier français TotalEnergies.

Alors que la COP28 entrait dans sa dernière semaine, la société émirienne a également annoncé un accord avec l’Azerbaïdjan pour explorer la production d’hydrogène fossile.

Les militants craignent qu’une telle poignée de main ne conduise à une proximité plus insidieuse entre les hôtes de la COP et les autres États pétroliers. Global Witness affirme que l’Azerbaïdjan semble chercher à imiter l’approche de l’ADNOC en matière de négociations sur le climat, ayant annoncé son intention de privatiser certaines parties de la société pétrolière et gazière publique SOCAR dans les semaines précédant le sommet de Bakou en novembre.

« La COP28 semble avoir fourni aux autres États pétroliers un sinistre manuel à copier-coller », explique Galey. « Alors que les Émirats arabes unis passent le relais à l’Azerbaïdjan, nous envisageons désormais la possibilité que des COP consécutives soient détournées au profit des intérêts des grands pollueurs et de leurs profits. »

Le président de la COP29 est un autre choix controversé : Mukhtar Babayev, ministre azerbaïdjanais de l’écologie, qui a auparavant passé près de deux décennies à des postes de direction au sein de la SOCAR.

En réponse à l’enquête de Global Witness, un porte-parole de la COP29 a déclaré qu’ils « rejettent dans les termes les plus fermes la suggestion selon laquelle l’Azerbaïdjan aurait un agenda caché en accueillant la COP29.

« L’Azerbaïdjan est déterminé à 100% à rassembler les pays avec l’ambition de maintenir l’objectif de 1,5°C à portée de main », ont-ils ajouté.

Laisser un commentaire

treize + 7 =