Valerie Hayer of the presidential Renew party and French Prime Minister Gabriel Attal, in Boulogne-Billancourt, outside Paris, Tuesday, May 28, 2024.

Jean Delaunay

Déclin politique des libéraux : pourquoi Renew Europe pourrait-il connaître une baisse importante du nombre d’eurodéputés après le vote européen ?

Les sondeurs d’L’Observatoire de l’Europe prédisent une perte potentielle de 20 députés pour le groupe libéral-démocrate européen Renew Europe, reflétant une baisse de popularité au niveau national, notamment en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Selon les Super Polls d’L’Observatoire de l’Europe, qui utilisent des sondages rendus publics pour prévoir le vote du Parlement européen du 6 au 9 juin, les libéraux du continent sont sur le point de subir une défaite historique, leur nombre d’eurodéputés devant passer de 102 à 82.

Les sondages suggèrent que le groupe libéral Renew Europe est sur le point de perdre la plupart de ses députés européens en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Si cette défaite est confirmée lors du vote final des élections européennes, elle pourrait entraîner des changements importants au sein de la prochaine législature européenne.

« Les difficultés de Renew reflètent bon nombre des problèmes auxquels il a été confronté lors des votes au niveau national au cours de l’année écoulée », a déclaré Boyd Wagner, analyste en chef au Centre de sondages d’L’Observatoire de l’Europe.

« Avec une série de questions en tête des préoccupations des électeurs européens, notamment le pouvoir d’achat, la migration, l’énergie et les protestations des agriculteurs, les partis membres de Renew ont largement échoué à aborder les questions au niveau national privilégiées par de nombreux électeurs des flancs occidentaux de l’Europe, où Renew était le plus fort en 2019 », a-t-il expliqué.

Renew et la grande coalition du Parlement européen sortant avec le PPE et le S&D

La politique des libéraux-démocrates s’est heurtée au sentiment d’insécurité croissant parmi les citoyens du flanc ouest de l’UE.

« Il existe une tendance générale selon laquelle la démocratie libérale est menacée, et cela pourrait affecter principalement les partis libéraux. Mais il y a aussi des raisons spécifiques, et la France est un cas très intéressant », Steven Van Hecke, professeur de politique comparée et de politique européenne à l’Institut Public. Governance Institute de l’Université de Louvain, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« En 2019, de nombreux libéraux français ont été élus au Parlement européen, après la victoire électorale d’Emmanuel Macron deux ans plus tôt, lors des élections nationales de 2017 », a ajouté Van Hecke.

La France est le deuxième plus grand pays de l’UE, représentée par 79 députés européens sur les 705 sièges actuels du Parlement européen, élus en 2019. Parmi eux, 23 députés appartiennent au groupe « Renew Europe », qui détient au total 102 députés « jaunes ». des places.

Cela est d’autant plus pertinent que le prochain Parlement européen devrait compter un total de 720 députés en raison d’une nouvelle répartition des sièges.

Selon le centre de sondages L’Observatoire de l’Europe, les députés européens de Renew Europe du parti français Renaissance pourraient tomber à environ 15 membres au Parlement européen.

Le prochain Parlement européen pourrait devenir le théâtre de nombreux affrontements politiques, opposant les valeurs libérales-démocrates et libérales-socialistes aux principes conservateurs.

Dans ce « Squid Game » idéologique, la France est amenée à jouer un rôle important pour au moins trois raisons.

Premièrement, l’importance de la France au sein de l’UE et de la zone euro ne peut être surestimée. Deuxièmement, il y a le leadership du président Emmanuel Macron, qui a défendu les valeurs qui ont façonné le groupe Renew Europe. Et troisièmement, la droite radicale française devrait remporter les élections européennes en France, dépassant Renaissance avec près du double des voix.

Une pancarte indique
Une pancarte indique « Paris, laissez passer nos agriculteurs » alors que des gendarmes avec des véhicules blindés font face à des agriculteurs et leurs tracteurs bloquant une autoroute, le 31 janvier 2024.

La popularité de Macron dans son pays est en déclin depuis au moins 2019. Les électeurs français ont rejeté les réformes économiques mises en œuvre par la majorité présidentielle.

Des mesures telles que des politiques de décarbonation, des réformes des retraites, des réductions prévues des allocations de chômage et ce que l’extrême droite critique comme une « politique anti-immigration inefficace » ont toutes contribué à l’impact négatif du président sur la popularité.

Comme c’est souvent le cas, les citoyens d’Europe occidentale utilisent les élections européennes comme une plateforme pour exprimer leur mécontentement à l’égard de leurs gouvernements nationaux.

De la même manière, les libéraux-conservateurs néerlandais dirigés par l’ancien Premier ministre Mark Rutte sont confrontés à une situation similaire. Le VVD, ou Parti populaire pour la liberté et la démocratie, est la deuxième force du groupe Renew à l’actuel Parlement européen.

Il pourrait toutefois être expulsé du groupe en raison d’un accord gouvernemental conclu dans son pays avec le Parti de la liberté (PVV) d’extrême droite de Geert Wilders, partenaire du groupe Identité et Démocratie, qui comprend le parti national de Marine Le Pen et de Jordan Bardella. Rallye (RN).

Aux Pays-Bas, le mécontentement à l’égard des libéraux se concentre en grande partie sur leur politique migratoire.

Le président français Emmanuel Macron, à gauche, puis le Premier ministre néerlandais Mark Rutte arrivent à Amsterdam, Pays-Bas, 202
Le président français Emmanuel Macron, à gauche, puis le Premier ministre néerlandais Mark Rutte arrivent à Amsterdam, Pays-Bas, 202

Le compromis néerlandais entre les conservateurs libéraux et la droite radicale contraste fortement avec l’intense bataille idéologique entre Macron et son principal adversaire, Le Pen, qui prépare le terrain pour les élections présidentielles françaises de 2027.

Le succès électoral de Macron en France en 2017 a donné un élan aux libéraux européens. En 2019, il est resté relativement populaire dans son pays et son parti est sorti vainqueur des élections européennes.

« Cela a amené un nombre exceptionnellement élevé de libéraux français au Parlement (UE), ce qui a finalement permis de financer une place dans le groupe libéral. Et maintenant, d’une certaine manière, les libéraux ne recevront plus aucun dopage français. Et ils reviennent simplement. à la taille de 2014. Donc, de cette façon, c’est un peu une normalisation », a déclaré Van Hecke.

Les principes libéraux ne sont pas le monopole exclusif de Renew Europe : ils sont présents dans d’autres groupes.

« Il ne faut pas sous-estimer qu’un certain nombre de forces libérales plus ou moins traditionnelles sont attachées au Parti populaire européen (PPE) et même au groupe des Conservateurs et réformistes européens (ECR). Pour vous donner deux exemples : Plateforme civique de Donald Tusk en Pologne, on pourrait l’appeler Parti populaire chrétien-démocrate, mais il est également libéral-conservateur et fait désormais partie du groupe PPE et non des libéraux. De plus, les nationalistes flamands de la NVA, pour des raisons particulières, ne font pas partie du groupe Renew. font plutôt partie du groupe ECR », a expliqué Van Hecke.

Du point de vue du réalisme politique, le libéralisme multipartite existant pourrait potentiellement ouvrir d’autres options, comme la formation d’une coalition libérale-conservatrice.

La coalition libérale-conservatrice

Il existe également une question importante concernant les libéraux européens : la fracture géographique entre l’Europe occidentale et centrale.

« Les partis libéraux étaient traditionnellement forts en Europe occidentale. Et c’est particulièrement en Europe occidentale que l’on constate une fragmentation du paysage politique. Ils deviennent donc plus petits au niveau national et donc aussi au niveau européen, sans pouvoir compenser cette perte dans les soi-disant nouveaux États membres d’Europe centrale et orientale », a conclu Steven Van Hecke.

Laisser un commentaire

cinq × 4 =