De la vie dans des tentes à l'absence de l'école, voici pourquoi le changement climatique est une « crise des droits de l'enfant »

Milos Schmidt

De la vie dans des tentes à l’absence de l’école, voici pourquoi le changement climatique est une « crise des droits de l’enfant »

Si nous ne reconnaissons pas la manière dont les enfants sont affectés par le changement climatique, nous pourrions rater l’occasion de nous adresser au groupe qui a le moins contribué à provoquer la crise.

Un milliard d’enfants, soit près de la moitié de la population infantile mondiale, vivent dans des pays vulnérables au climat. Un tiers de la population infantile mondiale est touchée à la fois par la crise climatique et par la pauvreté.

Selon l’UNICEF, les conditions climatiques extrêmes ont provoqué le déplacement d’au moins 43 millions d’enfants au cours des six dernières années, soit l’équivalent de 20 000 enfants par jour contraints d’abandonner leur maison et leur école.

Toutefois, moins de 3 % des principaux fonds mondiaux consacrés au climat ont été consacrés au soutien des enfants depuis 2006, selon un rapport des membres de la coalition Children’s Environmental Rights Initiative (CERI) : Plan International, Save the Children et l’UNICEF.

« Il est vraiment essentiel de garantir que la crise climatique soit reconnue et traitée comme une crise des droits de l’enfant », a déclaré Inger Ashing, PDG de Save the Children, à L’Observatoire de l’Europe Green lors de la COP28.

« Si nous ne le reconnaissons pas, nous risquons énormément de ne pas nous adresser au groupe le plus touché et qui a le moins contribué à provoquer la situation. »

Des conséquences climatiques dévastatrices pour les enfants

Ashing se trouvait au Pakistan en août, un an après les inondations dévastatrices qui ont laissé un tiers du pays sous les eaux, faisant plus de 1 700 morts et 8 millions de personnes déplacées à cause des conditions météorologiques extrêmes.

« Les enfants vivaient encore sous des tentes parce que les maisons n’avaient pas été reconstruites », dit-elle.

« Nous avons commencé à aider à reconstruire l’école, mais en plus de cela, nous nous efforçons également d’aider les enfants à comprendre ce qui leur est arrivé et de les aider à comprendre ce qu’ils peuvent faire pour éviter d’être affectés lorsque cela se reproduira. »

Le changement climatique a provoqué de fortes pluies dans la maison de Nafiso, 16 ans, à Mogadiscio, en Somalie, raconte-t-elle à L’Observatoire de l’Europe Green. Les inondations ont entraîné l’absence de plusieurs jours d’école ces derniers mois.

Nafiso, 16 ans (à droite) et Inger Ashing au Pavillon des enfants et de la jeunesse à la COP28.
Nafiso, 16 ans (à droite) et Inger Ashing au Pavillon des enfants et de la jeunesse à la COP28.

La sécheresse apporte une chaleur extrême, ce qui signifie que la maison au toit de tôle de sa famille devient insupportablement chaude. « Certains des plus jeunes enfants ont dû être emmenés à l’hôpital pour obtenir de l’aide », raconte-t-elle.

Lors de la COP28, Nafiso a croisé la route de son propre président et a souligné les conditions auxquelles sont confrontés les enfants vivant dans des camps de personnes déplacées en Somalie en raison du conflit, des inondations et des sécheresses.

« J’espère que le message que j’ai transmis aux dirigeants – tant au gouvernement somalien qu’à la communauté internationale – signifie qu’ils prendront des mesures pour résoudre les problèmes que j’ai soulevés. Et (que les enfants) puissent bénéficier des services et de l’éducation qu’ils méritent.

Le financement climatique laisse tomber les enfants

Pour s’attaquer aux crises imbriquées que sont le changement climatique, les conflits, la pauvreté et bien d’autres encore, Ashing affirme qu’il faut s’attaquer à la cause profonde du problème plutôt que de simplement appliquer des solutions de fortune.

Mais le financement actuel ne parvient pas à soutenir de manière adéquate les enfants touchés par la crise climatique.

Le rapport de Save the Children, Plan International et de l’UNICEF publié plus tôt cette année a révélé que seulement 2,4 pour cent des principaux fonds mondiaux pour le climat pouvaient être classés comme soutenant des activités adaptées aux enfants.

Des enfants somaliens, qui ont fui en raison de la sécheresse, jouent ensemble dans un camp de fortune pour personnes déplacées, à la périphérie de Mogadiscio.
Des enfants somaliens, qui ont fui en raison de la sécheresse, jouent ensemble dans un camp de fortune pour personnes déplacées, à la périphérie de Mogadiscio.

Cela représente environ 1,2 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) qui répondent aux trois critères énoncés : faire face aux risques distincts et accrus qu’ils courent en raison de la crise climatique, renforcer la résilience des services sociaux essentiels aux enfants et donner aux enfants les moyens de devenir des agents de changement.

Les auteurs du rapport affirment qu’il s’agit probablement également d’une surestimation et qu’encore moins d’argent aurait pu répondre à toutes les exigences.

« Nous essayons de faire comprendre aux gouvernements et autres qu’à moins de cibler spécifiquement les enfants, il existe un risque énorme que vous ne répondiez pas à leurs besoins lorsque vous répondez », explique Ashing.

Jusqu’à présent, aucune décision officielle de la COP n’a été axée sur les enfants et la crise climatique.

Les voix des enfants sont absentes du processus

Tout au long de la COP28, les jeunes ont de plus en plus exprimé leur voix en faveur de leur inclusion dans le processus de négociation.

Lors d’un événement de dialogue entre les jeunes, le Dr Mashkur Isa de YOUNGO – un réseau mondial d’ONG de jeunesse, d’enfants et de jeunes activistes âgés de moins de 35 ans – a demandé aux membres de l’auditoire de moins de 35 ans de lever la main. La plupart des spectateurs ont installé le leur.

Même s’il existe un niveau élevé de représentation des jeunes, il a souligné que les jeunes sont pour la plupart absents du travail quotidien de la conférence des Nations Unies sur le climat.

« Malgré nos appels continus à des actions climatiques ambitieuses, nos enfants et nos jeunes sont absents des discussions, des engagements et de l’élaboration des politiques sur le climat », a déclaré le Dr Isa.

« Les partis doivent protéger nos intérêts en plaçant immédiatement la voix des enfants et des jeunes au centre de tous les niveaux de prise de décision sur le changement climatique. »

Le rapport de la coalition CERI se concentre uniquement sur la question de savoir si les fonds profitent aux enfants, sans parler de leur implication dans le processus de détermination de leurs besoins.

Chaque pays doit veiller à impliquer les enfants dans leur travail quotidien afin de s’assurer qu’ils connaissent leurs besoins.

Inger Ashing

PDG, Save the Children

Ashing déclare : « Si vous envisagez uniquement la participation des enfants et les projets ciblant directement les enfants, (le financement est) encore moindre. »

« Chaque pays doit veiller à impliquer les enfants dans leur travail quotidien afin de s’assurer qu’ils connaissent leurs besoins. »

Cette idée – ce que les enfants pensent devrait être une priorité, en particulier en ce qui concerne l’argent qui leur est destiné – doit ensuite être intégrée au processus décisionnel concernant la manière dont cet argent est alloué.

« C’est la seule façon de rendre le programme plus adapté aux enfants », ajoute Ashing, « et de permettre à la COP d’avoir les implications positives que nous souhaitons avoir pour les enfants. »

Laisser un commentaire

20 − onze =