Germany

Jean Delaunay

De la répression migratoire à la refonte du Green Deal : principaux points à retenir du manifeste du PPE

Le Parti populaire européen (PPE), de centre-droit, en tête des sondages avant les élections européennes de juin, devrait approuver son programme mercredi alors qu’il lance sa campagne électorale à Bucarest.

Le document présente une série de réformes économiques, sociales et institutionnelles proposées. Mais au cœur de la campagne électorale du groupe se trouvent trois questions déterminantes : la migration, le climat et la défense.

Parmi les projets évoqués figurent l’externalisation controversée des demandes d’asile vers des pays tiers sur la base du « modèle rwandais » conçu par le Royaume-Uni, un soutien financier accru aux agriculteurs et aux pêcheurs pour s’adapter à la transition climatique et un budget européen dédié à la défense.

Le PPE, qui regroupe les partis chrétiens-démocrates, libéraux et conservateurs européens, devrait rester la faction la plus importante au Parlement européen après le vote de juin, avec sa principale candidate Ursula von der Leyen comme favorite pour être réélue présidente de la Commission européenne.

Mais le groupe fait également l’objet d’une surveillance croissante dans la mesure où il vise à regagner le terrain politique qu’il perd rapidement face à ses challengers d’extrême droite en raison de la récession économique croissante et du désenchantement à l’égard de l’élite politique.

Les spéculations vont bon train selon lesquelles le PPE, qui a formé une « grande coalition » avec les groupes centristes au Parlement européen depuis des décennies, pourrait plutôt construire des ponts avec ses homologues d’extrême droite ou eurosceptiques alors que les électeurs se tournent vers la droite.

L’Observatoire de l’Europe détaille les principes fondamentaux du manifeste du groupe.

Renforcer la « forteresse Europe »

La migration est un sujet omniprésent dans le manifeste, mentionné 18 fois au total. Le PPE se présente comme un centre pragmatique, accusant l’extrême droite de refuser de « s’engager de manière constructive » et la gauche de « réticence » à réduire la migration irrégulière.

Alors que les demandes d’asile dans l’UE ont bondi de 18 % l’année dernière seulement, une étude récente suggère que les électeurs craignant la « disparition de leur nation et de leur identité culturelle » en raison de l’immigration pourraient avoir un impact déterminant sur le résultat des élections.

En réponse, le PPE veut renforcer Frontex, l’agence européenne des frontières, en triplant ses effectifs et en augmentant ses pouvoirs et son budget. L’agence fait actuellement l’objet d’une enquête de la part du Médiateur européen pour son respect des obligations en matière de droits de l’homme.

Le manifeste s’inspire également des mesures radicales adoptées par le Royaume-Uni, dont le gouvernement conservateur s’est engagé à « arrêter les bateaux » transportant des migrants de l’Europe continentale vers les côtes britanniques.

Le texte imite le soi-disant plan rwandais du gouvernement dirigé par Sunak visant à expulser les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » où, si leurs demandes étaient acceptées, ils resteraient, l’UE admettant un quota annuel sur son territoire. Ceux qui cherchent refuge en Ukraine ne seraient pas soumis à de tels quotas.

Il apparaît malgré le fait que le projet controversé du Royaume-Uni ait été considéré comme une violation du droit international par la Cour européenne des droits de l’homme.

L’Italie a récemment approuvé un accord similaire et controversé avec l’Albanie pour traiter les demandes d’asile sur le sol albanais avant que les candidats retenus ne puissent entrer en Italie. Cet arrangement a été salué par von der Leyen elle-même.

Le manifeste soutient également de nouveaux accords avec les pays d’origine et de transit, dans lesquels de l’argent de l’UE est injecté en échange de restrictions plus strictes en matière de migration, sur la base du modèle du mémorandum d’accord avec la Tunisie.

Le Green Deal est toujours d’actualité

Le PPE a récemment été accusé de réaction négative contre le Green Deal européen, un ensemble de lois historiques visant à freiner la hausse des températures mondiales. Une cohorte de législateurs du PPE a été critiquée en 2023 pour avoir orchestré une campagne visant à bloquer la loi sur la restauration de la nature, un projet de loi européen visant à restaurer au moins 20 % des écosystèmes terrestres et marins d’ici 2030.

Mais le groupe s’engage à ouvrir la « prochaine phase » du Green Deal en donnant la priorité aux technologies « fabriquées en Europe » pour renforcer la compétitivité vis-à-vis des États-Unis et de la Chine, et en apportant davantage de soutien financier aux agriculteurs, aux pêcheurs et aux PME pour s’adapter à la transition. .

Un projet de manifeste du PPE précédemment divulgué proposait de réviser l’interdiction de l’UE sur la vente de voitures neuves émettant du CO2 à partir de 2035. Mais l’idée a été exclue lors de remaniements de dernière minute, le texte final spécifiant « les ingénieurs, et non les politiciens, ainsi que le marché devrait décider de la meilleure technologie pour atteindre la neutralité carbone.

Les signes selon lesquels le PPE pourrait abandonner des politiques environnementales clés risquaient de créer des frictions avec von der Leyen elle-même, qui a rédigé le Green Deal, le décrivant comme le « moment de l’homme sur la lune » de l’Europe en 2019. Le texte final du manifeste vise à marcher sur une corde raide en s’engageant à s’attaquer l’action climatique tout en garantissant la sécurité économique.

Mais von der Leyen a également été critiquée pour avoir cédé aux pressions politiques et abandonné le Green Deal progressiste qu’elle défendait.

Une vague de protestations massives parmi les agriculteurs ces derniers mois a incité la Commission von der Leyen à réviser à la hâte une loi visant à réduire l’utilisation de pesticides. Il a également introduit des mesures pour protéger les agriculteurs des importations ukrainiennes bon marché et pour leur permettre d’utiliser des terres qu’ils étaient auparavant tenus de laisser en jachère pour des raisons environnementales.

Sa Commission a également annoncé des mesures visant à freiner l’augmentation des populations de grands carnivores, tels que les ours et les loups, un grief majeur parmi les agriculteurs des hautes terres, de l’Espagne à la Roumanie, qui affirment que leurs troupeaux deviennent la proie des animaux sauvages.

L’affirmation de Von der Leyen selon laquelle le loup constitue un « réel danger » pour le bétail et la vie humaine a été qualifiée d’exagérée, induite en erreur et motivée personnellement. Le propre poney de Von Der Leyen, Dolly, a été tué par un loup mâle dans le nord-est de l’Allemagne en 2022.

« Une Europe capable de se défendre »

Von Der Leyen s’est engagée à faire de la défense une pièce maîtresse de son deuxième mandat, dans le but d’annuler les impacts de décennies de coupes dans la défense alors que la guerre revient sur le sol européen.

Mardi, son exécutif a dévoilé une nouvelle stratégie industrielle de défense, conçue pour accélérer la production et l’achat d’armes et de munitions de l’UE. Le manifeste de son groupe appelle à une série de mesures supplémentaires, notamment un commissaire européen dédié à la sécurité et à la défense, un mandat pour les États membres de donner la priorité aux achats européens d’équipements militaires et de nouvelles restrictions sur les exportations d’armes.

Il appelle également à une réserve d’argent européenne dédiée à la défense au sein du budget à long terme du bloc, le cadre financier pluriannuel. Ces mesures devraient aboutir à terme à un « marché unique de la défense », affirme le PPE.

L’industrie de défense de l’UE, qui est en grande partie structurée selon des lignes nationales, a été critiquée pour sa lenteur à fournir des munitions aux forces armées ukrainiennes, les pénuries d’approvisionnement ayant entraîné de récentes pertes sur la ligne de front.

La perspective d’une émission conjointe de titres de dette ou d’obligations de défense, que les pays budgétairement conservateurs sont susceptibles de considérer comme une empiètement sur la compétence nationale, ne figure pas dans le manifeste.

Le texte reprend également la proposition du président français Emmanuel Macron en faveur d’une dissuasion nucléaire européenne.

Les décisions sur le marché unique de la défense de l’UE ainsi que sur les sanctions contre les « régimes totalitaires à travers le monde » ne devraient plus nécessiter la bénédiction unanime de tous les dirigeants de l’UE, indique également le manifeste.

Des décisions critiques de politique étrangère de l’UE, notamment sur le soutien financier à l’Ukraine, ont été sabotées ces derniers mois en raison du droit de veto du Premier ministre hongrois Viktor Orbán. Alors que le bloc cherche à intégrer de nouveaux membres – y compris l’Ukraine – dans les années à venir, il existe un large consensus sur le fait que le vote à l’unanimité devrait être remplacé par un vote à la majorité qualifiée pour éviter que les dirigeants ne fassent dérailler à eux seuls les solutions soutenues par la majorité.

Laisser un commentaire

cinq × 1 =